Brèves de fitting : épisode 2

04/03/2017
Photo : ffgolf - Alexis Orloff

Au fil de l’année 2017, nous allons découvrir, pas à pas, avec Raphaël Halippré (1), les mille et un secrets du fitting, le passage obligé pour acquérir des clubs qui vous faciliteront la pratique du golf.

Brèves de fitting : épisode 2

Monomarque ou multimarque ?

Il n’y a pas techniquement d’avantages à choisir la même marque pour tous les clubs que peut contenir un sac (maximum 14), du putter au driver. Sauf pour la série de fer qui doit être de la même marque, et du même modèle, dans la marque.
Du wedge aux plus long fers, qui sera un 6, un 5 ou un 4, il faudra jouer une seule gamme afin d’obtenir une régularité entre chaque longueur. Vous verrez que c’est plus confortable et donc, plus efficace et plus plaisant.
Mais on choisira peut-être un hybride d’une autre marque, un bois de parcours aussi, ou un driver parce qu’ils se révèleront mieux adaptés à la personne. Seule une séance de fitting peut indiquer de façon incontestable (données chiffrées à l’appui) ce petit « rien » qui peut vous permettre d’obtenir un meilleur rendement avec tel club, plutôt que tel autre.
Il existe au moins 6 séries de fers, trois séries de bois chez plusieurs fabricants parmi les mieux implantés sur le marché. Soit entre 200 et 300 possibilités ! Sachant qu’en réalité, vous allez essayer cinq ou six tête, maximum.

Où il est question de « lie »

Qu’est-ce qu’on appelle le lie d’un club ? C'est l'angle formé par le shaft (la tige) du club avec le sol, lorsqu'à l'adresse (position naturelle du golfeur devant la balle), la tête repose au sol.
Cette position dépend donc de la posture du golfeur, de sa taille et de la longueur du shaft. Pour réaliser un coup correct il faut que le lie soit neutre, c'est à dire que la semelle repose au sol (ou touche le sol lors de l'impact) à plat.
Il est évident que si vous êtes très grand ou très petit et que vous avez opté pour des clubs standard, votre « lie » ne sera forcément pas correct. C’est le rapport entre la taille de la personne et la longueur du club, donc du shaft qui importe. Auquel s’ajoute un autre critère majeur : C’est la hauteur des mains sur le grip.
Lors d’une séance de fitting, on prendra en compte votre taille, mais aussi la hauteur entre votre poignet et le sol.
Le cas échéant, certains fabricants sont en mesure de modifier l’angle du club en fonction de ces données sur vos propres clubs, si par ailleurs, ils vous conviennent bien.
Ce réglage est vraiment très important sur les fers.
Parfois, un fitting permet de constater que vos clubs sont un peu courts, ou un peu longs. Mais si ça se joue à quelques millimètres près, et que vos clubs vous conviennent, on ne vous fera pas racheter toute une série de fers pour cela. En revanche, si d’autres critères vous invitent à en racheter des neufs, ce « détail » sera automatiquement pris en compte et vous sentirez un mieux en les utilisant.
Car un club plus court, plus long, ça change quand même les points de flexion, de dynamisme et d’équilibre.
Le but, c’est de pouvoir retrouver au moment de l’impact, un club qui soit à plat sur le sol.
Un joueur très grand qui joue avec des clubs standar, risque de se retrouver avec des mains placées un peu plus haut qu’il ne le faudrait. Conséquences : il risque de frapper la balle avec la pointe de la tête de club. Au contact, le club va alors s’ouvrir légèrement, et sa balle va sortir à droite.
Lorsqu’on on a des clubs adaptés à son niveau de jeu et sa morphologie, on arrive à avoir plus de régularité et surtout moins de dispersion sur les petites erreurs.
Pour info, le loft (souvent cité à juste titre avec le lie), c’est l'inclinaison de la face de la tête de club par rapport au plan passant par l'axe du shaft et le bord inférieur de la face. En jeu, les joueurs modifient artificiellement le loft d'un club en inclinant plus ou moins le shaft vers l'avant afin d'ajuster l'angle de frappe de la balle.

Pourquoi un nouveau driver ?

Une tête de club de driver, suivant la façon dont la masse est répartie à l’intérieur, aura un centre de gravité plus ou moins haut. Plus le centre de gravité va être bas, plus la balle va pouvoir monter.
Plus le centre de gravité va être haut, plus la balle va être basse.
Ainsi, lors d’un fitting, vous allez comprendre comment réagit votre driver, et peut-être, essayer un driver qui puisse vous aider à « porter » la balle, car la plupart des gens font des balles trop basses.
Avec un modèle issu d’anciennes générations, quand vous allez le taper un peu en pointe ou en talon, votre club va s’ouvrir ou se fermer, et donc produire des effets latéraux qui vont vous faire perdre précision et énergie.
Les clubs anciens avaient un point central. Si vous tapiez au centre, votre coup partait bien. Mais le moindre décentrage était tout de suite suivi d’un effet très marqué.
La répartition des masses actuelle donne aux clubs d’aujourd’hui un équilibre plus important, augmente l’inertie du club, et de ce fait, on arrive, en mettant ces masses davantage sur les pointes et les talons, à donner une zone d’impact - le « sweetspot » - plus importante.
La différence pour les drivers d’il y a 15 ans et ceux d’aujourd’hui, est phénoménale.
Il n’y a pas de demi-mesure.
Aujourd’hui, les débutants peuvent utiliser le driver très vite, alors qu’il y a 15 ans, on disait aux nouveaux golfeurs de commencer avec un bois 5, ou bois 3, comme si le driver n’était réservé aux joueurs confirmés. Ce n’est plus le cas, même débutants, il y a forcément un driver fait pour vous.

Dominique Bonnot

(1) Raphaël Halippré est l’un des spécialistes les plus reconnus en France dans le domaine du fitting.

Dominique Bonnot
Vidéos
One Year to Go : le résumé

One Year to Go : le résumé

Retour sur les deux jours de célébration du One Year to Go avec les deux capitaines de la Ryder Cup 2018, Thomas Björn et Jim Furyk.

La séance fitness avec Justine Dreher : épisode 6

La séance fitness avec Justine Dreher : épisode 6

L'Académie fitness développe votre physique de golfeur avec les conseils et exercices de Justine Dreher, joueuse du LET, accompagnée de Thomas Brégeon, coordinateur fédéral de la préparation physique. Dans ce sixième épisode, travaillez votre transfert de poids.

One Year to Go : Björn et Furyk font le spectacle

One Year to Go : Björn et Furyk font le spectacle

Capitaines des équipes européennes et américaines de Ryder Cup, Thomas Bjorn et Jim Furyk participaient lundi aux célébrations du One Year to Go. Une journée consacrée aux plus jeunes qui éveille déjà l’enthousiasme à moins d’un an de l’édition tricolore.

toutes les vidéos
One Year to Go : le résumé

One Year to Go : le résumé

Retour sur les deux jours de célébration du One Year to Go avec les deux capitaines de la Ryder Cup 2018, Thomas Björn et Jim Furyk.

La séance fitness avec Justine Dreher : épisode 6

La séance fitness avec Justine Dreher : épisode 6

L'Académie fitness développe votre physique de golfeur avec les conseils et exercices de Justine Dreher, joueuse du LET, accompagnée de Thomas Brégeon, coordinateur fédéral de la préparation physique. Dans ce sixième épisode, travaillez votre transfert de poids.

One Year to Go : les deux capitaines à la Tour Eiffel

One Year to Go : les deux capitaines à la Tour Eiffel

Les deux capitaines de la Ryder Cup 2018, Thomas Björn et Jim Furyk, dans les pas d'Arnold Palmer et en swing au 1er étage de la Tour Eiffel ! La Ryder Cup n'a jamais été aussi proche.

One Year to Go : Björn et Furyk font le spectacle

One Year to Go : Björn et Furyk font le spectacle

Capitaines des équipes européennes et américaines de Ryder Cup, Thomas Bjorn et Jim Furyk participaient lundi aux célébrations du One Year to Go. Une journée consacrée aux plus jeunes qui éveille déjà l’enthousiasme à moins d’un an de l’édition tricolore.

toutes les vidéos
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf