AT&T Pebble Beach Pro-Am (PGA Tour) : Grande première pour Joël Stalter

10/02/2016
Photo : Frédéric Stevens / ffgolf

Le Lorrain Joël Stalter, membre du Challenge Tour en 2016 et ancien étudiant à la prestigieuse université de Berkeley (Californie), prend le départ ce jeudi de l’AT&T Pebble Beach Pro-Am. Depuis 1947, il est le sixième Français à disputer l’un des tournois références sur le circuit U.S.

Après Jean Van de Velde, Thomas Levet, Victor Dubuisson et Alexander Levy, Joël Stalter est le cinquième Français à prendre le départ de l'AT&T Pebble Beach Pro-Am.

>>> Les horaires de départ (+9 heures en France)

Un peu comme au Masters, le golfeur Français est une denrée rare à l’AT&T Pebble Beach Pro-Am. Depuis que le PGA Tour s’est arrêté pour la première fois dans la baie de Carmel, au sud de San Francisco – c’était en 1947 sous l’impulsion du chanteur et acteur Bing Crosby – cinq de nos représentants ont disputé cette épreuve pas comme les autres, se jouant en format Pro-Am sur trois parcours différents (Pebble Beach Golf Links, Sypglass Hill, Monterrey Peninsula). Et ces "privilégiés" ne sont pas n’importe qui ! Jean GaraialdeJean Van de Velde, Thomas Levet, Victor Dubuisson et Alexander Levy. Le Cannois trouvant même le luxe de prendre en 2014 la 13e place finale, associé à Pascal Grizot, le président du Comité Ryder Cup 2018. Cette année, il va falloir ajouter un nom à cette short-list. Joël Stalter, membre du Challenge Tour 2016 mais aussi un des dix meilleurs joueurs universitaires du pays quand il étudiait à Berkeley avant de passer pro en 2013, a ainsi bénéficié d’une invitation.

Un retour aux sources
« C’est toujours hyper difficile de décrocher une de ces invitations, souligne, ravi, le Lorrain, âgé aujourd’hui de 23 ans. De façon générale, les organisateurs du tournoi invitent régulièrement des anciens des universités de Berkeley et de Stanford. Si je ne m’étais pas blessé l’an passé, je pense que j’aurais joué. Me retrouver ici, pas très loin de l’endroit où j’ai passé quatre ans en fac, c’est tout simplement génial. Et quelque part, c’est un retour aux sources, en passant à l’échelon supérieur. L’AT&T Pebble Beach Pro-Am est un tournoi mythique, où les célébrités golfiques mais aussi du show-business sont nombreuses. C’est une épreuve richement dotée (7 millions de dollars)... A part les Majeurs, il n’y a rien de plus gros. Et pour couronner le tout, ce sont mes grands débuts sur le PGA Tour ! Bref, je suis fier de planter le drapeau Français sur le PGA Tour cette semaine ! »

Des échecs mais de l'expérience
Tout au long du mois de janvier, Joël Stalter a bien tenté de décrocher une première expérience sur le Circuit le plus exigeant de la planète. Il s’est ainsi présenté au Monday Qualifier du Sony Open in Hawaï puis du Farmers Insurance Open. Sans résultat, hélas. Mais le plein d’expérience est fait. Idéal pour affronter une saison 2016 sur le Challenge Tour où l’objectif prioritaire est d’accéder en fin de saison sur l’European Tour. Les États-Unis ? On y pensera un petit peu plus tard. Mais pas trop tard non plus...

La Ryder Cup, un jour...
« Sur le long terme, je me vois évoluer aux Etats-Unis, ajoute-t-il. Pour me sentir bien, j’ai besoin de jouer à la fois en Europe et aux Etats-Unis. Pour l’instant, je mets l’Europe devant. Je pense que c’est un bon choix... Le Challenge Tour, c’est très formateur. Surtout au niveau de la vie. Mon but final est de développer au maximum mes qualités pour un jour gagner des Majeurs et jouer la Ryder Cup. » 2015 n’a pourtant pas été un grand cru. 83e à l’issue de la saison sur la deuxième division européenne, les résultats se font toujours attendre. « J’ai bien joué au début et mal joué au mauvais moment en milieu de saison quand il y avait les gros tournois (six cuts manqués d’affilée entre la mi-juillet et la mi-août). J’ai bien joué sur les deux derniers tournois mais c’était un peu tard. Je conserve mon droit de jeu sur le Challenge Tour mais je m’attendais à mieux. J’ai beaucoup appris et je crois avoir progressé dans mon jeu, notamment au driving. Mes mauvais coups sont meilleurs et j’ai une meilleure attitude sur le parcours. » 

Spyglass Hill, le plus redoutable
En attendant la reprise sur le Challenge Tour programmée au Kenya le 17 mars prochain, Joël Stalter va longuement savourer le privilège de disputer l’un des événements les plus importants de l’année sur le PGA Tour. Il débute ce jeudi à 8h33 locale (17h33 en France) sur le plus délicat des trois parcours proposés, Spyglass Hill Golf Club. Un par 72 de 6 364 mètres qu’il n’a jamais joué. Contrairement à Pebble Beach et Monterrey Peninsula. « Mais un de mes amis l’a joué à plusieurs reprises. Donc, c’est comme si je l’avais déjà joué », conclut notre homme, dans un grand éclat de rires ! 

So much fun today playing Pebble Beach with two legends; Kenny G. and Padraig Harrington!

Posté par Joël Stalter sur mardi 9 février 2016
Lionel Vella
Vidéos
toutes les vidéos
UBS Hong Kong Open (T1) : la réaction de Sébastien Gros

UBS Hong Kong Open (T1) : la réaction de Sébastien Gros

Auteur d'une carte de 65 (-5), le Lyonnais Sébastien Gros occupe la deuxième place du UBS Hong Kong Open avec un coup de retard sur la tête à l'issue du premier tour.

Le Swing par Patrice Amadieu : de la traversée au finish

Le Swing par Patrice Amadieu : de la traversée au finish

Finissez votre swing en beauté avec les conseils et exercices du directeur du coaching ffgolf.

Le Swing par Patrice Amadieu : l'impact

Le Swing par Patrice Amadieu : l'impact

Une vidéo qui va "impacter" votre swing.

Astuce de pro : les putts courts avec Alexandra Bonetti

Astuce de pro : les putts courts avec Alexandra Bonetti

Vous avez la phobie des putts courts ? Alexandra Bonetti, joueuse sur le LETAS, vous donne sa clé anti-stress !

toutes les vidéos
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf