Antoine Schwartz : « Mon jeu évolue dans le bon sens »

22/01/2016
Photo : Pro Golf Tour

Vainqueur jeudi du Red Sea Egyptian Classic, tournoi d'ouverture de la saison 2016 sur le Pro Golf Tour, Antoine Schwartz revient sur ce succès qui lui offre une invitation pour l'étape égyptienne du Challenge Tour fin avril.

Antoine Schwartz : « Mon jeu évolue dans le bon sens »

Antoine, félicitations ! C'est une saison qui commence de la meilleure des manières, n'est-ce-pas ?
C'est sûr qu'on ne peut pas espérer mieux que de gagner le premier tournoi de l'année ! C'est de très bon augure pour la suite, et c'est d'autant plus sympa que cette victoire m'offre une invitation pour l'épreuve du Challenge Tour qui se jouera sur le même parcours en avril (le Red Sea Egyptian Challenge, du 20 au 23, ndlr). C'est un petit bonus qui fait plaisir.

Comment vous êtes-vous adapté aux conditions météo, et notamment au vent, très présent en début de tournoi ?
Le jeu était en place, tout s'est plutôt bien passé durant ces trois jours. Le putting était un peu délicat, mais je pense que c'était pareil pour tout le monde car les greens étaient très rapides. Le vent a soufflé vraiment très fort lors du premier tour mardi. Ce n'était pas facile, car les balles bougeaient presque sur les greens, à tel point qu'on a failli ne pas finir nos parties. Mais il est resté constant et finalement le premier tour a pu aller au bout. Ça s'est ensuite bien calmé lors des deux derniers tours. Cela dit, ça n'a pas non plus permis d'avoir des scores extrêmement bas, car même si le tracé n'est pas très long les greens étaient difficiles à négocier.

Vous avez abordé le dernier tour en position de co-leader avec l'Écossais David Law. Avez-vous eu l'impression de disputer un match play l'un contre l'autre ?
Complètement ! Et aussi avec Ross Cameron, le troisième joueur de notre partie (qui partait 3e avec un coup de retard sur les deux autres, ndlr). En plus on a commencé tous les trois par six pars d'affilée, donc au bout d'un moment on avait vraiment le sentiment de se faire un match à trois dans lequel personne ne parvenait à prendre l'avantage... Puis David et moi nous sommes un peu détachés vers le 12, 13. C'est resté un vrai un contre un entre lui et moi. On a tous les deux fait birdie au 13, mais j'ai pris l'avantage au 14 grâce à un autre birdie. Puis au 17, un par 5 atteignable en deux, il fait un très mauvais deuxième coup, mais a réussi à sauver son par en rentrant 10 mètres. De mon côté je fais birdie grâce à un chip donné, et je me retrouve avec deux points d'avance au départ du 18. Je n'ai pas cherché à faire d'exploit... Je l'ai joué un peu tranquille, car comme la position de drapeau était très compliquée pour aller chercher un birdie je savais qu'un bogey me suffisait. C'était un vrai match play tout au long de la journée, et c'était loin d'être une partie de plaisir ! Et ça aurait très bien pu tourner en sa faveur.

« Je sens que ma frappe de balle est meilleure qu'avant, et que mon driving qui était un point faible devient un point fort. »

Comment expliquez-vous que vous ayez réussi à être performant dès la reprise de la saison ?
J'ai fait un très bon travail technique cet hiver à La Boulie avec mon entraîneur Guillaume Biaugeaud. Après quoi je suis parti trois semaines à Dubai pour m'entraîner dans d'excellentes conditions avec mon ami Alexis Anghert, qui a d'ailleurs fini 6e du tournoi. On voulait vraiment se mettre dans les meilleures conditions pour démarrer la saison, et non pas prendre les deux premiers tournois en Égypte comme des tours de chauffe. On voulait être prêts dès le coup d'envoi. On a donc joué trois semaines sur des parcours fantastiques aux Émirats arabes unis. Guillaume m'a rejoint là-bas quelques jours, et on a mis en place des améliorations qui ont été bénéfiques. S'il n'était pas venu, je ne pense pas que j'aurais pu scorer aussi bas cette semaine. Je sens que mon jeu évolue dans le bon sens. Certes, cette victoire était très serrée, elle s'est joué à pas grand-chose, mais je sens que ma frappe de balle est meilleure qu'avant, et que mon driving qui était un point faible devient un point fort.

schwartz2

Vous évoquez Alexis Anghert, l'un de vos collègues français sur le Pro Golf Tour. Quelle est l'ambiance entre les Tricolores qui évoluent sur ce circuit tout au long de l'année ?
On est une petite dizaine à faire toute la saison ensemble. Depuis cette année on est quatre du RCF, avec Olivier Rozner, Kévin Turlan et Stanislas Gautier, donc on est déjà très bons potes à la base. Alexis est un de mes meilleurs amis, on partage souvent nos chambres en tournoi. David Antonelli est aussi un très bon copain, tout comme Mathieu Fenasse et Mathieu Decottignies-Lafon. On dîne ensemble tous les soirs, on se voit tout le temps. L'ambiance entre nous est géniale ! C'est sans doute très sympa aussi sur l'Alps Tour, mais comme on est moins nombreux sur le Pro Golf Tour, on reste vraiment tout le temps ensemble.

Comment êtes-vous arrivé sur le Pro Golf Tour, et non pas sur l'Alps Tour comme la majorité des jeunes Français ?
J'ai été attiré par la qualité générale des parcours. Même si la dotation moyenne est légèrement inférieure sur le Pro Golf Tour que sur l'Alps Tour, les parcours sont vraiment top. À mon avis, c'est une très bonne école pour préparer l'accession au Challenge Tour, puis au circuit européen.

En parlant de ça, on imagine que votre objectif est de terminer dans le top 5 et d'accéder ainsi au Challenge Tour l'an prochain. D'autant plus maintenant avec une victoire au compteur...
Exactement. C'est le but de tous les joueurs qui fréquentent le Pro Golf Tour. Cela dit, on peut aussi décrocher une catégorie sur l'European Tour ou le Challenge Tour via les cartes, mais ça n'a pas été mon cas l'an dernier (échec aux PQ1, ndlr). On peut aussi obtenir une catégorie sur le Challenge Tour en performant dans ces tournois-là. Je vais en jouer au moins quatre en 2016 : les trois en France et celui en Égypte. On ne sait jamais ce qui peut se passer : il suffit de faire un top 3 pour se retrouver directement à l'échelon supérieur. Les choses peuvent vite tourner. Donc on verra comment ça se passe pour moi sur ces quatre tournois-là, mais la priorité reste toujours de bien jouer sur le Pro Golf Tour pour terminer dans les cinq premiers.

Parlez-nous plus en détail de votre relation avec votre coach, Guillaume Biaugeaud...
C'est quelqu'un qui me connaît depuis très longtemps. On s'est rencontrés quand je suis rentré à La Boulie, au moment où j'ai commencé mon sport-études avec lui. Ça fait donc une petite dizaine d'années. On avait débuté une collaboration, puis je suis parti vers d'autres coaches, mais on retravaille ensemble depuis un peu plus d'un an. Il me connaît très bien, il voit parfaitement quel est mon caractère et quelle est ma façon de fonctionner. Il comprend très bien les choses. Dans le même temps je ne suis pas quelqu'un qui a besoin d'avoir son coach derrière soi à chaque instant. Je peux le voir une fois toutes les deux semaines, il me donne une orientation, on la travaille ensemble, et après je la mets en pratique de mon côté. C'est quelqu'un qui a déjà une grande expérience du haut niveau, puisqu'il entraîne aussi Victor Riu, Adrien Bernadet, Christophe Brazillier, Romain Schneider, Nicolas Tacher et Stanislas Gautier. Il est très investi, et il a beaucoup d'outils de pointe pour travailler. C'est vraiment facile de bosser avec lui.

Après le deuxième tournoi égyptien, qui aura lieu de lundi à mercredi, quelle sera la suite de votre programme ?
Je pars dans la foulée à Agadir au Maroc où on a deux tournois qui se suivent (l'Open Océan du 7 au 9 février et l'Open Tazegzout du 11 au 13, ndlr). Après cela je reviendrai en Égypte pour disputer les deuxième et troisième tournois du calendrier de l'Alps Tour. Le but est de rester dans le rythme de la compétition, car sinon ça me ferait plus de trois semaines de break en attendant les deux tournois suivants sur le Pro Golf Tour, qui auront lieu eux aussi au Maroc en mars. Je préfère venir jouer sur un circuit qui n'est pas le mien, dans de bonnes conditions climatiques et sur des bons parcours, plutôt que de rester à Paris dans le froid !

Pour finir, outre Guillaume Biaugeaud, quelles sont les autres personnes dans votre entourage ?
Il y a Sébastien et Romuald qui sont mes préparateurs physiques, ainsi que tous mes sponsors qui me soutiennent depuis mes débuts pros : Gilles Terzakou de Multi Restauration Service, Didier Diaz de Transpalux, Philippe Matière et le Golf de Haute Auvergne, Lucien Benattan de Pharma Référence, ainsi que Taylormade et Golf Plus pour le matériel et Crémieux pour le textile. Pas un ne m'a lâché depuis que je suis pro, donc c'est aussi grâce à eux que j'en suis là aujourd'hui.

 
propos recueillis par Alexandre Mazas
Vidéos
L'Académie ffgolf : épisode 5

L'Académie ffgolf : épisode 5

Dans ce cinquième épisode de l'académie ffgolf :
- le sommet du backswing avec Patrice Amadieu, directeur du coaching ffgolf
- le putt en descente avec Perrine Delacour, joueuse LPGA
- la séance fitness avec Joanna Klatten, joueuse LPGA

toutes les vidéos
Czech Masters : Les impressions de Michaël Lorenzo-Vera

Czech Masters : Les impressions de Michaël Lorenzo-Vera

Michaël Lorenzo-Vera livre ses impressions à la veille du premier tour du D+D Real Czech Masters.

L'Académie ffgolf : épisode 5

L'Académie ffgolf : épisode 5

Dans ce cinquième épisode de l'académie ffgolf :
- le sommet du backswing avec Patrice Amadieu, directeur du coaching ffgolf
- le putt en descente avec Perrine Delacour, joueuse LPGA
- la séance fitness avec Joanna Klatten, joueuse LPGA

Jeux Olympiques : Karine Icher et Gwladys Nocera en préparation à l'INSEP

Jeux Olympiques : Karine Icher et Gwladys Nocera en préparation à l'INSEP

Les deux golfeuses olympiques à Rio, Karine Icher et Gwladys Nocera, étaient à l'INSEP mardi 2 août pour une préparation physique idéale avant les Jeux qui débutent pour elles dans quinze jours.

Championnat de France des Jeunes 2016 : le résumé des finales

Championnat de France des Jeunes 2016 : le résumé des finales

Les plus belles images et les réactions des finales du Championnat de France des Jeunes 2016 à Bondues.

toutes les vidéos
Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf