Ryder Cup 2016 : le bilan de Pascal Grizot

03/10/2016
Photo : D.R.

Le président de la Commission Ryder Cup France 2018, Pascal Grizot, revient sur la 41e édition du tournoi à Hazeltine marquée par la transmission du flambeau à l'organisation française à 24 mois de l'événement au Golf National. Une semaine américaine aux symboles forts mais dont les bénéfices peuvent s'avérer nombreux.

Ryder Cup 2016 : le bilan de Pascal Grizot

Après une semaine aux États-Unis, avec quels sentiments quittez-vous Hazeltine ?

Il y a beaucoup de sentiments mais je dirais de l'émotion et de la fierté. Nous sommes très impressionnés par ce que les Américains ont réussi à mettre en place ici. De toutes les Ryder Cup auxquelles j'ai pu assister, celle-ci constitue un nouveau benchmark. Ce qu'ils ont mis en place ici est absolument fantastique et je pense qu'ils ont réussi le pari de pouvoir accueillir beaucoup de spectateurs mais dans un total confort avec des plans de transport incroyables. Dimanche matin par exemple, nous avons mis 30 minutes pour venir au golf sans aucun embouteillage. Tout est parfaitement huilée et je pense que quand on en arrive à un tel niveau de professionnalisme et d'organisation, c'est qu'il y a un énorme travail qui a été fait derrière pour que les spectateurs aient une expérience optimale et que pour eux tout paraisse simple.

Cela nous met-il une certaine pression pour 2018 ?

Non car j'ai l'impression d'avoir bien élaboré ce qu'il va se passer en 2018. Je ne dis pas qu'il ne peut pas y avoir des surprises mais en tout cas, il y a un gros travail de réflexion de façon à ne pas être débordé par les problèmes que nous pourrions rencontrer. C'est un travail qui aura pris dix ans de ma vie puisque on a commencé en 2008 donc nous avons eu le temps de bien penser à tout ce qu'il fallait faire pour arriver à donner une expérience maximale à tous les Français mais également à tous les étrangers qui auront la chance de pouvoir acheter des billets.

Quelles idées allez-vous transposer de cette 41e édition ?

Sans prétention aucune, je n'ai pas remarqué ici des idées révolutionnaires. Je pense que tout ce qu'ils ont fait, ils l'ont très bien fait mais je n'ai pas vu quelque chose que je voulais absolument reproduire à Paris. J'ai été marqué à Medinah en 2012 par la mise en place par American Express de locations de petites tablettes qui permettaient de pouvoir suivre les quatre matchs le matin et l'après-midi tout en suivant une partie. Je trouve qu'aujourd'hui malheureusement, soit on regarde à la télévision où on voit très bien, soit on est sur place avec une ambiance extraordinaire mais on ne peut suivre qu'une partie. C'est ce que j'aimerais arriver à mettre en place à Paris d'autant que la technologie existe pour ce type de dispositif. Il faut grâce aux moyens technologiques pouvoir améliorer l'expérience du spectateur parce que, quand une personne fait l'effort de venir et payer son billet, on se doit de pouvoir lui donner la meilleure expérience possible.

Les relations nouées ou fructifiées cette semaine avec les instances du golf américain sont-elles de bon augure pour espérer voir les Américains débarquer en nombre à Paris dans deux ans ?

J'ai la certitude que nous allons voir beaucoup d'Américains qui feront le déplacement. C'est évidemment plus simple pour eux d'aller à Paris que d'aller au Celtic Manor ou à Gleneagles. De toute façon, les Américains ont déjà une attirance pour la ville de Paris qu'ils aiment fortement. Juste avant, ils ne venaient pas du tout à Paris pour jouer au golf donc de pouvoir arriver à jumeler leurs deux passions les fera se déplacer. Nos contacts vont dans ce sens-là en tout cas. Les Américains ont beaucoup d'attentes par rapport à cette Ryder Cup parisienne. Les précédentes éditions européennes ont été des vrais succès mais quand vous faites la comparaison, Paris est quand même une capitale européenne si ce n'est la plus grande et ceci suscite beaucoup d'intérêt de la part des spectateurs et des organisateurs outre-Atlantique. La victoire de leur équipe cette semaine dans le Minnesota peut être aussi un accélérateur.

Propos recueillis par Pierre-François Yves
Vidéos
Swing de Champion : Alexander Levy

Swing de Champion : Alexander Levy

Découvrez grâce à des images au ralenti les swings de nos champions ou championnes et ce que vous devez en retenir pour votre golf ! Ce mois-ci, le swing compact d'Alexander Levy !

L'Entraînement du Mois : épisode 7

L'Entraînement du Mois : épisode 7

Le directeur du coaching ffgolf Patrice Amadieu vous reçoit au domaine de Falgos pour son nouveau programme d'entraînement composé ce mois-ci de ses exercices préférés !

toutes les vidéos
Swing de Champion : Alexander Levy

Swing de Champion : Alexander Levy

Découvrez grâce à des images au ralenti les swings de nos champions ou championnes et ce que vous devez en retenir pour votre golf ! Ce mois-ci, le swing compact d'Alexander Levy !

L'Entraînement du Mois : épisode 7

L'Entraînement du Mois : épisode 7

Le directeur du coaching ffgolf Patrice Amadieu vous reçoit au domaine de Falgos pour son nouveau programme d'entraînement composé ce mois-ci de ses exercices préférés !

CFJ 2017 : le résumé des finales

CFJ 2017 : le résumé des finales

Les plus belles images des six finales du Championnat de France des Jeunes à La Baule avec la réaction des vainqueurs.

CFJ 2017 : le résumé des demi-finales

CFJ 2017 : le résumé des demi-finales

Les plus belles images des demi-finales du Championnat de France des Jeunes à La Baule.

toutes les vidéos
Club des partenaires frances 2018 Ryder Cup