Ryder Cup 2018 : « le budget est maîtrisé »

04/11/2016
Photo : Alexis Orloff / ffgolf

Le président de la Commission Ryder Cup France 2018, Pascal Grizot, est revenu sur la phase budgétaire de la Ryder Cup à l'occasion du deuxième Comité national de pilotage.

Pascal Grizot

À l’occasion du Comité national de pilotage, vous avez abordé de nombreux sujets connectés aux enjeux de l’accueil de cet événement planétaire en France. Certains sujets, on pense notamment à la sécurité dans le contexte actuel, sont complexes. Ont-ils une influence sur le budget de la ffgolf consacré à la Ryder Cup 2018 ? La facture est-elle maîtrisée ?
Oui les courts sont maîtrisés puisque l’Etat s’est engagé autour de la manifestation dès la période de candidature et nous avions à l’époque des lettres qui ont été faites par le Ministère de l’Intérieur nous garantissant un soutien total de l’Etat. Ce qui ne nous exonère pas de mettre en place, avec les moyens du détenteur de droits, une sécurité pour que les services de l’État et les services de l’organisateur soient parfaitement distincts mais très complémentaires. Évidemment, compte tenu des problématiques rencontrées depuis quelques années, il faudra renforcer la sécurité mais ce sont des efforts partagés entre l’Etat et le détenteur de droits.

 

« Le soutien de l’État est indispensable »

 

Le budget de la Fédération et le budget de la Ryder Cup sont deux budgets séparés. La Fédération, à  travers ses engagements, a un budget à travers le compte Ryder Cup de 40 millions d’euros. Je rappelle que cette somme provient de l’augmentation de la licence, qui a été votée à hauteur de 83%, d’un montant de trois euros pendant treize ans qui nous a permis de financer la période de candidature et ensuite de prendre en charge la partie des frais d’organisation qui incombe contractuellement au pays hôte de 1,5 million sur une période de douze ans. Les services de l’État nous ont aidés pour un montant de 10,7 millions d’euros : 6 en termes d’aide à l’organisation et 4,7 en termes d’aide à l’investissement qui correspondent aux travaux effectués au Golf National. Ensuite, le Club des Partenaires nous génère le complément soit entre 12 et 13 millions de recettes qui sont faites à travers les revenus que nous apportent les partenaires. Donc ces 40 millions ne sont pas pris sur le budget de la Fédération. Ils nous auraient été très difficiles de les solliciter autrement que pour la Ryder Cup.

Votre modèle de financement a-t-il évolué depuis la désignation de la France comme pays hôte en 2010 ?
Il a forcément évolué car lorsque nous faisons un budget en 2009 qui va être valable jusqu’en 2022, il y a forcément des changements que nous ne maîtrisons pas. Mais l’important est que ce budget devait être à l’équilibre, ce qui est toujours le cas, dégageant même un profit qui, s’il est clairement identifié au moment de l’événement, sera réinvesti au profit de ce dernier. Il n’est pas question pour la Fédération de gagner de l’argent avec la Ryder Cup. Il s 'agit d’un investissement maîtrisé au profit du développement de notre discipline.

L’État est engagé à vos côtés pour la réussite de la Ryder Cup 2018. Outre l’aide financière, comment son soutien se traduit-il concrètement ?
Comme nous le voyons dans un comité comme celui-ci, l’Etat nous apporte son soutien par sa puissance publique et son influence qui nous permet d’organiser l’événement dans les meilleures conditions et de débloquer parfois des situations qui peuvent être compliquées. Avoir le soutien de l’Etat, de l'administration et des collectivités est indispensable pour organiser un événement aussi important que la Ryder Cup. Seul un projet aussi ambitieux et fédérateur que la Ryder Cup a permis de mobiliser tous ces acteurs au profit du développement du golf.

Propos recueillis par Pierre-François Yves
Vidéos
La Paroisse du Petit Jeu : épisode 3

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 3

Golfez en toute sécurité autour et sur le green avec la "Paroisse du Petit Jeu" de l'entraîneur fédéral Olivier Léglise, coach notamment de Grégory Bourdy et Benjamin Hébert ! Dans ce troisième épisode, découvrez un exercice pour apprendre à putter sous pression.

toutes les vidéos
Shenzhen International (T3) : La réaction de Grégory Bourdy

Shenzhen International (T3) : La réaction de Grégory Bourdy

Grégory Bourdy réagit après son 70 (-2) lors du 3e tour du Shenzhen International 2017.

Shenzhen International (T3) : La réaction d'Alexander Levy

Shenzhen International (T3) : La réaction d'Alexander Levy

Alexander Levy réagit après son 64 (-8) lors du 3e tour du Shenzhen International 2017.

Shenzhen International (T1) : La réaction de Grégory Bourdy

Shenzhen International (T1) : La réaction de Grégory Bourdy

Grégory Bourdy réagit après son premier tour en 67 (-5) lors du Shenzhen International 2017.

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 3

La Paroisse du Petit Jeu : épisode 3

Golfez en toute sécurité autour et sur le green avec la "Paroisse du Petit Jeu" de l'entraîneur fédéral Olivier Léglise, coach notamment de Grégory Bourdy et Benjamin Hébert ! Dans ce troisième épisode, découvrez un exercice pour apprendre à putter sous pression.

toutes les vidéos
Club des partenaires frances 2018 Ryder Cup