Le 18 trous de Lolivarie
Lolivarie et la forge

Dans le Périgord Noir, la ville de Siorac compte deux golfs contigus : le 18 trous de Lolivarie et le 9 trous de La Forge. Il y a là 1000 habitants et 450 golfeurs !

À 43 kilomètres de Lascaux

On peut s’attendre à beaucoup de choses dans le Périgord Noir. Par exemple à découvrir, dans cette partie sud-est de la Dordogne qui doit sa «couleur» aux sombres et épaisses forêts de chênes recouvrant ses reliefs, une grotte préhistorique majeure comme Lascaux. On peut tomber, au gré des vallées de la Vézère ou de la Dordogne, sur des cités médiévales comme Sarlat ou sur les sites paléolithiques qui ont fait la réputation de la région. Mais en arrivant à Siorac-en-Périgord, toute petite ville au sud de ce Périgord Noir, comment imaginer qu’on va tomber non pas sur un, mais sur deux golfs ! Et quasiment côte à côte ! Le beau parcours 18 trous de Lolivarie a poussé là en premier, puisqu’il fût créé en 1992 par le local Jean Duc, dans le prolongement de l’hôtel qu’il possédait alors et qui existe toujours : l’Auberge de la Petite Reine. Quant au petit 9 trous de La Forge, quasiment contigu, il est sorti de terre en 2003, dans cette même zone bucolique à un kilomètre du centre de Siorac. Incroyable de trouver 27 trous dans un site aussi discret, même si on est jamais qu’à 29 kilomètres de Sarlat, 43 de Lascaux, 58 de Périgueux... Et, en qui concerne les départements voisins de la Corrèze et du Lot : à 70 kilomètres de Cahors et 90 de Brive.

 

Julien Prévost et Boris Gibert, directeurs à Siorac

Julien Prévost (à g.) et Boris Gibert, directeurs à Siorac

 

La Forge, fief de la famille Gibert

C’est à La Forge, fief de la famille Gibert, que les deux directeurs de ces golfs de Siorac-en-Périgord, Boris Gibert et Julien Prévost, nous attendent ensemble ce matin-là. Malgré un petit crachin de printemps, l’atmosphère est très chaleureuse dans l’ancien séchoir à tabac transformé en clubhouse fonctionnel et clair. Il ne manque ni la cheminée pour l’hiver ni la terrasse ombragée où la jolie «Flo», en charge de « l’Air Shot Café», propose ses soirées «planchas» aux grandes tablées de l’été. Boris et Julien résument la situation avec le sourire : 1000 habitants à Siorac-en-Périgord, 150 adhérents au golf de la Forge «tenu» par le premier et 300 adhérents au golf de Lolivarie, bichonné par le second...Quelle autre ville ou village de France possède un ensemble golfique dont les fidèles représentent presque l’équivalent de 50% de sa population ! Malgré une possibilité d’abonnement commun et un aspect évident de complémentarité plus que de concurrence (d’un côté Lolivarie et ses 18 trous déjà bien patinés; de l’autre, La Forge et ses 9 trous à la fraîcheur rustique...) chacun des deux golfs a sa propre identité et son histoire.

 

le trou n°14

Le par 5 n°14 de Lolivarie : 536m

 

Jeff, greenkeeper «tri-nations»

Pourquoi «La Forge»? Parce que le grand-père de Boris Gibert, Léo Gibert, était forgeron et travaillait sur ce site-même. Le terrain de dix hectares appartenait à la grand-mère et c’est le père de Boris, Jean Gibert, qui lança l’idée de ce petit golf familial il y a une dizaine d’années. Cet instituteur, également amateur de rugby (et de golf), rentrait d’un voyage en Nouvelle-Zélande avec ses amis rugbymen et était plus que convaincu de l’intérêt de la petite balle blanche... «Il avait même construit un green à la maison» se souvient Boris Gibert. Autant que les caractéristiques du parcours (par 30, 1411 mètres, six par 3 dont le très joli n°2 et trois par 4), autant que le côté charmant des abords du parcours avec ses ruisseaux bordés de pervenches ou de primevères, il y a à La Forge une atmosphère. Une histoire dans laquelle s’inscrit aussi Jeff le greenkeeper, un stakhanoviste de la «nettitude», à en juger par les moindres recoins d’arbres ou de talus tondus au millimètre ! «J’adore ce parcours !» explique cet ancien artisan maçon au physique ascétique et dont la mère est anglaise et le père hollandais ! Un vrai clin d’oeil à ce Périgord du golf qui vit beaucoup grâce à l’enthousiasme des joueurs de ces deux nationalités.

 

Lolivarie_4

Lolivarie, vingt ans en belle forme

Julien Prévost, le directeur de Lolivarie, le confirme en nous emmenant ensuite «chez lui», c’est à dire sur le 18 trous qui est donc situé à deux pas de La Forge : «74% de notre clientèle au golf de Lolivarie est étrangère, avec une majorité de Hollandais.» Confirmation immédiate quand, après un bon déjeuner dans son propre clubhouse, Julien nous «co-voiturette» sur le parcours. On parle anglais sur beaucoup de parties avec des joueurs au large sourire qui accueillent le directeur avec une courtoisie et une chaleur qui en disent long, là encore, sur la belle atmosphère golfique à Siorac-en-Périgord. Plus loin, on croise une partie 100% néerlandaise, avec quatre gaillards taquins, apparemment ravis de leur après-midi et surtout de la qualité de ce parcours de Lolivarie. Nouvel échange amical avec Julien Prévost et le quatuor pose même avec humour devant l’objectif pour passer à la postérité sur le site de la ffgolf ! (voir ci-dessous). À d’autres moments de l’année, on pourra croiser sur les fairways de Lolivarie, quelques noms connus de la famille de l’athlétisme français, eux-aussi reçus chaleureusement dans ce petit coin du Périgord Noir.

 

 

Julien et les Néerlandais taquins

Ce qui est certain, c’est que les vingt ans d’âge de Lolivarie se voient sur place. Et de belle façon. Le parcours de 6000m, avec ses faux-plats et ses subtils dévers, dégage un vrai classicisme. Celui d’un parcours qui a bien mûri. La famille Azoulay, actuelle propriétaire du golf, ainsi que Julien Prévost, directeur passionné qui veille à tout avec une patte très professionnelle, peuvent être fiers de ce qu’est devenu Lolivarie en deux décennies. L’impression générale est très bonne, avec une apparente qualité de jeu mais aussi un site bien entretenu et bien conçu. Des efforts paysagers évidents et des aménagements judicieux, comme les deux pitching greens proches du clubhouse, apportent tous ces petits plus qu’aiment les golfeurs enthousiastes. Quant à David Trotta, le nouveau moniteur de golf membre de la PGA France, il donne bien évidemment ses leçons en anglais et en français, clientèle internationale oblige. Lolivarie vaut le détour. La Forge aussi. Et l’ensemble mérite doublement un petit stop à Siorac !

Contacts : www.lolivariegolfclub.com www.golfdelaforge.fr

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf