vue du domaine avec deux château

Le Domaine d'Essendieras

Sur un domaine exceptionnel, avec deux châteaux, des terres et de l’investissement immobilier, le Néerlandais Jeroen Bakker a fait construire un splendide 9 trous en 2009.

Dans le fief d’André Maurois

Essendiéras est un domaine de 400 hectares situé dans le Périgord Vert, à Saint-Médard-d’Excideuil. Il comporte 250 hectares de terres agricoles, 120 hectares de forêts, 11 hectares d’étangs, 1 manège d’équitation, 1 camping mais aussi 13 maisons et fermes disséminées sur le domaine, 8 chalets et 2 grands châteaux du XVIe et XIXe siècles dont les nombreuses chambres et suites peuvent être louées pour des réceptions, des mariages ou des séjours golfiques... Quand le Néerlandais Jeroen Bakker racheta l’ancienne propriété historique d’André Maurois aux petits-enfants de l’industriel français Sylvain Floirat, il n’eût pas peur de voir grand. «Au départ, pour ma femme Ellen et pour nos huit enfants, ce ne devait être qu’une simple maison de vacances» explique le colosse de Zélande, région située au sud-ouest des Pays-Bas. Mais après avoir vendu, en 2004, une entreprise de logiciels qu’il dirigeait depuis vingt ans, M. Bakker décida de mettre définitivement le cap sur la Dordogne avec toute la famille. Et ce ne fût pas pour prendre sa retraite. Si les 160 hectares de pommiers qui avaient souffert de la tempête de décembre 1999 furent arrachés en prévision de la création du golf 9 trous, l’exploitation agricole se poursuit aujourd’hui avec du maïs, du blé et du colza.

domaine d'Essendieras

à doite, Jeroen Bakker," châtelain" d'Essendiéras

 

intérieur du Club house

Le clubhouse : bois chaleureux et vue exceptionnelle

Durer 100, 200 ou 300 ans...

La restauration dans les règles des deux châteaux mobilisa, elle, nombre d’artisans locaux et de compagnons du devoir. Mais c’est surtout par des actions immobilières, avec des hameaux créés sur les collines avoisinantes pour louer ou vendre de l’habitation que Jeroen Bakker rechercha un certain équilibre de gestion. Dans ce but, il créa même sa propre entreprise locale de construction. Mais pourquoi ce golf ouvert en 2009 ? A 30 kilomètres de Périgueux et surtout dans le contexte économique un peu difficile de ces quatre dernières années... «Mais pour qu’il y ait une chose agréable de plus sur le domaine» répond tranquillement le propriétaire. En ajoutant, pour qu’on comprenne ce qui peut bien motiver quelqu’un à se lancer dans cette aventure châtelaine qui engagera le reste de sa vie et sans doute celle de ses huit enfants : «Il faut que des gens s’occupent des vieilles choses et s’en occupent bien. J’aimerais que de tout ce que nous faisons aujourd’hui, il reste quelque chose de bien dans 100 ans. Et que cela soit encore dans 200 ou 300 ans.» Pour le golf comme pour le reste, l’homme de Zélande n’a en tout cas pas conduit les choses à moitié. En faisant appel à Wilhem Swart, ancien champion des Pays-Bas, et à son père, «l’un des plus grands greenkeepers de notre pays et qui en connaît tous les parcours» pour dessiner son 9 trous, Jeroen Bakker ne s’est pas trompé.

 

Un 9 trous signé Swart père et fils

Dans le prolongement des châteaux et sur ces coteaux qui permettent de découvrir une grande partie du domaine tout en jouant, le par 36 présente déjà un dessin déjà remarquable malgré son jeune âge. Un travail de pro, avec une utilisation des reliefs qui donne une impression de fairways sculptés et où la question du drainage a été particulièrement étudiée. Wilhem Swart, qui est le pro responsable du golf, veillera sans doute à ce que l’évolution (avec peut-être un 18 trous) se poursuive dans le même souci de qualité. M. Bakker a déjà pu voir que tout cela avait un coût. Mais il raconte avec humour comment Lars Petterson, le Suédois fondateur du golf du Château des Vigiers (aujourd’hui décédé, voir la partie «Périgord Pourpre/Château des Vigiers) l’avait prévenu avec cette devinette ironique : «Comment faire pour acquérir une petite fortune ?... C’est très simple. Il suffit d’avoir une grosse fortune et d’acheter un golf !» Malgré tout, on sent bien que la famille Bakker a tout à fait l’intention de s’investir sans compter dans ses châteaux et dans son golf. En témoigne en particulier un vaste clubhouse flambant neuf, avec cette partie vitrée qui offre une vue panoramique sur l’Est du Domaine d’Essendiéras et sur les collines du Périgord Vert. Et où on est accueilli par le chaleureux et professionnel Olivier de Paepe... qui fit partie de l’équipe de la restauration à Valderrama à la grande époque de la Ryder Cup de 1997 !

Contact : www.essendieras.fr

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf