La crinière

M. Guihot

Attachant

Il est 9h30. Départ de Saint-Cast-le-Guildo, notre camp de base, pour l’acte I de la trilogie de neuf trous des Côtes d’Armor que nous nous proposons de signer cet hiver. Cap sur Morieux, près de Saint-Brieuc: 30 kilomètres de routes de campagne.

À 10 heures, au bout du chemin de terre qui mène au Manoir de la Ville Gourio, Christelle Guihot propose un café et fait visiter le fief atypique de la famille. Dans les murs d’un ancien haras (d’où le nom de La Crinière), le mini-accueil du golf est adossé à une maxi-discothèque de campagne créée par son père, Edouard, en 1978. S’y sont ajoutés un restaurant-pub-pizzeria, mais aussi des chambres d’hôtes dans le vieux manoir racheté avec le domaine de 21 hectares où beaucoup de choses étaient à faire ou à refaire. Un rêve d’enfant que cette propriété appartenant jadis à un comte...
Petit, Edouard Guihot passait par là tous les matins pour aller à pied à l’école de Morieux. Aller-retour: six kilomètres par jour depuis la maison familiale. «Les gens du manoir me donnaient des biscuits quand je traversais, ils devaient avoir pitié!» se souvient M. Guihot dans un sourire.

Ce n’est qu’après l’ouragan de 1987, qui laissa de grandes trouées dans la forêt de la propriété, que la création du 9 trous fût décidée, en parallèle avec l’activité discothèque débutée neuf ans plus tôt. Les remises des prix des tournois de golf se font donc souvent dans le patio reliant la boîte de nuit et le restaurant! On y dresse même une tente berbère lors de la fameuse compétition semi-nocturne qui a lieu chaque année à cheval sur les 13 et 14 juillet. Le parcours est alors éclairé et des joueurs en équipes de six se relayent pour enchaîner trois fois neuf trous en scramble à deux. Dont l’un presque dans le noir tandis que l’on danse au «clubhouse»! «En 2012, nous allons organiser la 15e édition et en faire un événement encore plus spécial», explique Christelle Guihot, directrice du golf tandis que son frère Nicolas et son père se chargent toujours d’animer la discothèque... ou de travailler sur le parcours.

10h30. C’est parti pour le début de notre trilogie. «Pas la peine de sortir le driver à chaque trou, prévient Christelle Guihot. Ici, c’est plus technique que long.» Et effectivement: des chênes plusieurs fois centenaires bordent étroitement le fairway dès le n°1 et vous rappellent à l’ordre au premier coup déviant. Au hasard du parcours dessiné par Olivier Brizon (à quinze minutes à peine du 18 trous de Pléneuf-Val-André, c’est à noter), on a vue sur la campagne bretonne, on croise un élevage de yearlings destinés pour certains aux fameuses ventes de Deauville et on retrouve Edouard Guihot, 65 ans, toujours le sourire aux lèvres et sa souffleuse à la main pour débarrasser les greens des dernières feuilles de chêne roussies par l’automne 2011. Cette «Crinière» et son histoire sont attachantes...

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf