Le club compte aujourd’hui 360 inscrits à l’année, semainiers ou à plein temps.

Dès qu’une personne devient membre, elle se voit attribuer un parrain, chargé de lui présenter quelques amis golfeurs du même niveau, de façon à organiser rapidement des parties conviviales qui se terminent au restaurant du club-house tout récemment ouvert en lieu et place d’anciens bureaux.

Il y a cinq ans, quand Jean-François Fusy a repris le golf, ils n’étaient que 96 membres. À quoi doit-il une telle augmentation du nombre d’habitués en si peu de temps ? «  Nous avons mis en place des programmes commerciaux adaptés et fait de l’accueil et de la qualité des prestations, notre objectif n°1 », explique ce jeune directeur qui a recruté ses équipes en fonction de ces attentes. La moyenne d’âge des personnes qui sont en charge de vous accueillir est de moins de trente ans.

« L’accueil, est une zone absolument primordiale dans un golf, assure-t-il. Il faut aller au devant de la clientèle, aimer parler aux nouveaux arrivants. Les gens viennent pour se détendre. Quand ils tombent dans des golfs où ils sont accueillis de façon un peu hautaine, non seulement ils ne reviennent plus, mais se dispensent d’y envoyer leurs amis. En nous ouvrant aux autres, nous nous employons tous les jours à démontrer qu’un club de golf n’est pas un endroit réservé à quelques privilégiés. »

Le personnel est là aussi pour détailler les différentes offres susceptibles de plaire au plus grand nombre. Des formules : “ découverte ”, “ accès carte verte ”, “ perfectionnement ”. Stages intensifs de quatre jours. Cours individuels ou collectifs…

« Notre approche pédagogique est basée sur le fait que, pour pouvoir se faire plaisir au golf, il faut assimiler des coups, connaître des paramètres tels que la trajectoire de balles, les distances, le choix des clubs, sans lesquels le golf n’aura qu’un intérêt limité pour celui qui va vite se trouver sans solutions », explique M. Fusy. Les progrès réguliers sont la garantie que le golfeur d’un jour deviendra peut-être l’un des futurs piliers du club.   

La clientèle, dont 70 % est parisienne, bénéfice également d’une zone de practice particulièrement bien fournie avec 76 postes sur deux étages, dont 30 couverts pour un rendement moyen de 500 balles frappées à la journée par tapis ! Une bonne frange d’habitués ne va jamais sur le terrain, mais se limite au practice, au putting-green extrêmement spacieux et aux trois zones de wedging pour travailler les différents coups d’approches et les sorties de bunkers.

« L’accès est libre, il suffit de s’acquitter du prix d’un seau de balles », souligne Jean-François Fusil fier de diriger le seul club alentour capable de proposer un tel niveau de prestation à titre quasi gratuit.

Club indépendant, le golf d’Etiolles a pris pour partenaire la chaîne Blue Green qui permet de gérer un trafic supplémentaire. D’autres partenariats existent, avec les golfs de Saint-Marc, Bussy, Marivaux et Bondoufle.

 Les saisons sont rythmées par de nombreuses animations (147 en 2014), qui vont de la compétition interclubs aux soirées organisées au bar-restaurant, en passant par des journées “ fiting ” (gratuites, deux fois par mois) pour trouver un club sur mesure et/ou progresser encore plus vite, grâce à l’analyse technique de votre swing.

Côté jeunes, ça s’active pas mal aussi. Venus des quatre coins de la région, soixante-quinze enfants fréquentent régulièrement l’école de golf, encadrés par deux pros tournés vers une approche personnelle de l’apprentissage du golf, mais avec l’objectif commun de transmettre, outre la technique, les valeurs que véhicule ce sport. Le respect des horaires, des professeurs, des copains, du terrain, des règles.

L’étiquette, avant tout. «  C’est un discours qui a séduit les professeurs des écoles du voisinage, qui ont trouvé ici une structure permettant d’accueillir des enfants pour un coût inférieur à celui d’une entrée à la piscine, avec cette dimension pédagogique dont les établissements scolaires ont un réel besoin, estime le Directeur Général. Et même si le golf a encore du mal à se défaire de l’étiquette de “ sport de riche ” qui lui colle à la peau, les enfants d’ici ne ressentent pas cela du tout, ils sont heureux d’être au contact de la nature et de pratiquer un sport qui leur plaît. » Et qui, pour certains, représente déjà une vocation. 

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf