Saint-Thomas

Golf de Saint-Thomas à Béziers

À Béziers, on voit les choses en grand ! Mais il ne faut voir dans cette affirmation rien de mégalomaniaque. C’est que le clou de l’année, ici à Saint-Thomas, est le « pro-am des Grands Vins du Grand Béziers » ! Cet événement qui ouvre vraiment la saison a lieu au mois d’avril (le 14 pour la prochaine) et réunit autant de membres du club que d’« étrangers ». 

À en croire Michel Planès, cette manifestation est révélatrice de l’esprit qui règne sur ce golf : convivialité, savoir-vivre et simplicité : « Nous organisons une trentaine de compétitions dominicales par an qui se terminent le plus souvent par des soirées sur la terrasse, autour d’un barbecue, mais le clou, le grand moment, c’est ce pro-am avec la participation de 18 vignerons qui viennent avec leurs cartons de vins. Le point d’orgue se situe à 13 heures, au bout de 9 trous, où tous les joueurs sont réunis autour de deux grands buffets pour se restaurer et déguster les vins. A la suite de quoi ils finissent leur parcours. Les meilleures cartes sont primées mais chaque participant repart avec son lot. Et enfin il y a la soirée de gala. Au départ, en 2000, cette opération n’était que de la communication et maintenant c’est de la convivialité. »

Michel Planès est président de l’association sportive depuis 2000. « C’est du boulot mais du boulot très gentil, rassure-t-il. J’ai toujours aimé le tissu associatif et j’ai donc accepté lorsqu’on m’a demandé de prendre la présidence. Et maintenant, je ne trouve pas de successeur, fait-il semblant de se plaindre. Mais j’ai une très bonne équipe. Tous les capitaines sont bons, concernés et dynamiques. Je suis content de voir comment ça se passe, tout est très ludique mais cela s’accompagne d’un travail en profondeur qui paiera bientôt. »

Ce président-là est particulièrement fier du comportement de l’équipe première, composée exclusivement de jeunes formés au club. A l’heure où la tendance est au recrutement par certains clubs des meilleurs jeunes joueurs, Michel est presque outré qu’un joueur extérieur à son club ait demandé à faire partie de l’équipe première en question. Il n’en était évidemment pas question.

l'équipe de Saint-Thomas

l'équipe de Saint-Thomas

Toutes ses occupations (il est également vice-président de la Ligue du Languedoc-Roussillon) n’empêchent pas Michel Planès de jouer. Cet ancien joueur de rugby de la grande équipe de Béziers s’est mis à la petite balle blanche avec des amis rugbymans, il avait 45 ans. C’est en moyenne deux à trois fois par semaine qu’il se retrouve sur le parcours, de préférence en situation de compétition. « Il m’est arrivé d’en faire 52 une année mais en moyenne j’en fais dans les 40. »

Tout roule donc très bien pour ce golf dont les activités sont régulièrement suivies par le Midi Libre, le quotidien régional. Et de nouveaux joueurs se présentent souvent : soit les parents entraînés par leurs enfants qui suivent les cours de l’école de golf, soit à la suite d’opérations spéciales telle « golf pour tous » qui a permis de monter dans un grand centre commercial de Béziers une structure d’initiation par laquelle sont passées plus de 200 personnes en trois jours, soit par le bouche à oreille. Toujours est-il que le nombre de licences délivrées est en augmentation.

Le parcours de Saint-Thomas, Michel Planès en est vraiment amoureux. Il faut avouer qu’il y a de quoi ! Ce golf, plongé en pleine garrigue, est composé de trous très variés et très bien dessinés (l’architecte en est Patrice Lambert), dont certains sont très délicats à aborder, notamment le 10.

Saint-Thomas

« Je l’aime beaucoup, et encore plus maintenant qu’on a refait la plupart des bunkers, mais je le trouve très dur, surtout quand je joue des blanches, s’exclame Michel Planès. Quand il y a du vent, bonjour les dégâts. Il n’est pas long, mais il n’en a pas besoin. Et certains trous sont très beaux, comme le 18. Il y a une perspective terrible. Je dis toujours aux golfeurs d’arrêter un peu de ne regarder que la balle et d’admirer plutôt les paysages. »

Son trou préféré est le 16, un par 3 qui lui réussit particulièrement bien. « Il fait 170 mètres, ce qui correspond à la distance que je fais avec mon driver. Je le joue en rythme et je manque rarement le green. J’ai même fait un trou en un, mais c’est horrible, en partant au driver ! On jouait l’apéro avec les copains. Du coup, ils m’appellent parfois Louis XVI… » Longue vie donc à ce roi qui se passe très bien de couronne et qui veille avec bonhomie sur un domaine de plus de 500 membres très fidèles, dont près de 80 Britanniques, et quelque 13 000 visiteurs annuels.

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf