club house

Thumeries-Moncheaux, un paisible vétéran

Longue histoire que celle du golf de Thumeries puisque c’est en 1932 qu’il prit naissance, sous la forme d’un 9 trous à l’initiative des frères Béghin. Aujourd’hui, ce sont 18 trous très paisibles et bordés d’arbres magnifiques qui accueillent les visiteurs.


Dû à la volonté des industriels sucriers qu’étaient les frères Béghin, le golf de Thumeries ne compta longtemps que 9 trous, dessinés par l’Anglais Percy Boomer, à l’époque pro du golf de Saint-Cloud et auteur d’une fameuse méthode d’apprentissage. Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que l’extension à 18 trous fut confiée au Français Jean-Manuel Rossi.

« L’ancien parcours, c’est à dire les neuf premiers trous, est très classiques, précise Marcel Capelain, le président du club. Il est très plat mais peuplé de très nombreux arbres, dont certains sont plus centenaires. Les 9 derniers trous sont plus vallonnés, modernes, et nous entretenons six d’entre eux en links, avec de hautes herbes dans les roughs. Mais pas denses au point de perdre les balles ! En revanche, elles sont difficiles à sortir. Et, quand il y a un peu de vent, cela donne de très belles vues. »

Les 500 membres de ce club associatif ont donc de quoi être pleinement heureux. « Seule la moitié de nos membres jouent régulièrement mais nous ne courons pas après les bus d’Anglais, avertit Françoise Dumoulin, la directrice. Nous tenons à une certaine tranquillité ce qui ne nous empêche pas d’accueillir très volontiers les visiteurs. » 

parcours Thumeries-Moncheaux,

« C’est important pour nous, abonde Marcel Capelain, de conserver les caractéristiques de ce parcours qui est situé en pleine nature dans un cadre très apaisant. Mais n’allez pas croire qu’il est pour autant facile à jouer. Très peu de joueurs ont réussi ici à rendre une carte en dessous du par. »

Martine et Gaëtan Griboual sont membres ici depuis une quinzaine d’années et ne s’en plaignent pas : « Ici nous sommes tranquilles, pas de maisons, encore moins de voitures aux abords du parcours. Nous sommes vraiment en pleine nature. » Evidemment, chacun a ses préférences qui s’expriment à demi-mots : « La partie links , est moins jardin », estime madame, « elle est plus dure, surtout avec du vent », apprécie monsieur.

arbres

La partie jardin anglais est en tout cas impressionnante de beauté avec de nombreux arbres magnifiques, dont quelques bouleaux pleureurs et une haie de hêtres pourpres. De quoi oublier les bunkers, assez nombreux, et des petits greens à double plateau...

Ce golf compte une autre particularité : une approche très écologique de son entretien. Il est en effet équipé d’une sorte de petite station d’épuration. « Nos deux installations permettent de recycler d’une part les eaux de lavage de nos machines et celles qui sont utilisées pour laver les cuves d’entrepôt des produits phytosanitaires », détaille Jean-Pierre Danjou, le greenkeeper.

« Chacune de ces installations contient des bactéries qui détruisent les matières actives résiduelles, les savons et les huiles, poursuit Jean-Pierre Danjou. Les eaux sont ensuite rejetées, une fois épurées, dans la nature. En fait, nous essayons de faire un compromis entre l’écologie et l’exigence des joueurs. Pour moi, un vrai golf écologique supposerait qu’il soit fermé cinq mois par an... »

station épuration

Le golf de Thumeries, qui compte également des robots ramasse-balles et tondeur pour le practice, est cependant ouvert toute l’année et reste néanmoins en parfait état ! Et il propose des forfaits 3 green fees ou green fee et repas. Sur réservation.

www.golfdethumeries.fr

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf