Barbaroux, un festival d'opportunités

Au cœur de la Provence, dans un fabuleux paysage boisé de 87 hectares, venez jouer un parcours particulièrement réputé.

« Ah ! Le 3 ! Quand on le joue pour la première fois, c’est quelque chose ! Mais quand on le connaît, poursuit Stéphane, une lueur de plaisir dans les yeux, c’est un trou à birdie ! » « Vantard ! », lui rétorque David. Le 3 de Barbaroux est un par 5 en effet pour le moins étrange lorsqu’on le découvre. Découvrir n’est sans doute pas le mot. Si l’on n’a pas pu prendre le temps d’aller voir de quoi il retourne, ce trou est un vrai mystère. On ne sait guère où driver, et si l’on n’a pas tapé un drive assez conséquent, on ne voit toujours pas le green, situé très largement en contrebas.

Mais Stéphane et David le connaissent bien, leur parcours de Barbaroux. Et ce n’est pas la première fois qu’ils s’y livrent à un match play. Toujours est-il que grâce à son birdie sur ce fameux 3 et à quelques autres trous bien négociés, Stéphane menait 3 up à la sortie du 9. Trois trous plus loin, les deux amis étaient à égalité mais Stéphane, plus expérimenté que David, malgré la très belle force de frappe de ce dernier, reprenait le dessus et remportait le match au 15.

« Ce qui est bien sur ce parcours, c’est qu’on n’a jamais les mêmes coups à taper », avertit Stéphane. En effet, ce superbe golf dessiné dans la forêt par le célèbre architecte américain Pete Dye, offre une véritable panoplie de situations : coups à jouer dans toutes les pentes imaginables, tracé plutôt tortueux, il laisse une grande place à l’imagination des joueurs mais fait aussi souvent appel à leur sagesse comme à leur modestie.

Golf de Barbaroux

Très accueillants, Stéphane et David ne font pas de mystères : ils avertissent leur compagnon de jeu des nombreux pièges et difficultés du parcours. Barbaroux est donc un parcours ardu, avec un slope de 136 des marques bleues, de 138 des jaunes et de 143 des blanches, mais, pour compenser, il est pourvu de quelques points de vue sublimes sur cette belle région de Brignoles, parfaitement intégré qu’il est aux différents paysages qu’il traverse. Au 10, par exemple, on est obligé de survoler une parcelle de vignes. À la fin de l’été, il doit être particulièrement tentant d’envoyer négligemment sa balle entre les raisins, histoire de grappiller.

Peut-être est-ce l’une des raisons qui poussent Stéphane à préférer la belle saison pour jouer, jusque tard en fin de journée… Mais début mars, sous le soleil, ce n’est pas mal non plus, loin s’en faut. Et il faut croire que cela est le cas quelle que soit la saison sur un parcours qui fut l’un des hauts lieux de l’aujourd’hui défunt Allianz Golf Tour et où Victor Dubuisson, entre autres, se distingua. www.barbaroux.com

Partenaires officiels
logos partenaires officiel sffgolf
fournisseurs officiels
logos fournisseurs officiels ffgolf
Partenaires medias
logos partenaires médias ffgolf