Accueil / Actus / Amateur / Haut niveau masculin : des changements en cours et à venir

Haut niveau masculin : des changements en cours et à venir

La décevante saison 2018 a poussé la Direction technique nationale, le comité de performance, les élus et les entraîneurs à imaginer un nouveau projet sportif ambitieux visant à accélérer l’accession des meilleurs amateurs au plus haut niveau.

Laurent Gautier et Jérémy Gandon au championnat du monde par équipes
Laurent Gautier en compagnie de Jérémy Gandon lors du championnat du monde par équipes en Irlande. Gérard Rancurel/ffgolf

Malgré quelques belles victoires internationales remportées par Jérémy Gandon dans le championnat NCAA, Alexandre Fuchs à l’Open de Saint-Malo, une épreuve du Alps Tour, Hubert Tisserand aux Internationaux de France messieurs, Victor Veyret au Carrick Neil Scottish Open, et une cinquième place au Championnat d’Europe par équipes messieurs, le bilan de la saison 2018 n’a pas répondu aux attentes des dirigeants fédéraux, et moins encore après la trente-huitième place de l’équipe de France au dernier championnat du monde en Irlande.

La Direction technique nationale, le comité de performance, élus et entraîneurs ont donc entamé une large réflexion visant à mettre en oeuvre un nouveau projet à l’attention de l’élite du golf français.

Ce chantier nécessitera des mois de travail de la part de tous les intervenants mais, d’ores et déjà deux ou trois idées ont été proposées par Laurent Gautier, membre du comité de performance et capitaine de l’équipe de France messieurs, Renaud Gris, sélectionneur des messieurs et Mathieu Santerre, responsable des Boys. 

Laurent Gautier au championnat du monde par équipes messieurs
Laurent Gautier a assumé son rôle de capitaine de l'équipe de France dans les moindres détails, en préparant les carnets de parcours.

«Il s’agit de mettre en place une «filière hommes» plus homogène et de mutualiser des expertises pouvant bénéficier aussi bien aux messieurs qu’aux Boys, explique Laurent Gautier. L’objectif est triple : avoir un maximum de joueurs dans les 50 premiers du classement mondial amateur, accompagner la transition amateur/pro, et redonner l’envie de jouer en équipe de France. Sur un plan purement sportif, nous continuons à accompagner les meilleurs amateurs mais nous avons décidé de durcir les critères leur permettant de bénéficier des aides fédérales financières et techniques. Non pas dans un esprit de punition, mais pour leur faire prendre conscience, dès maintenant, que le haut niveau exige de la performance, de l’engagement et de l’organisation. Pour être éligibles, les joueurs doivent tout d’abord obtenir un certain classement au WAGR selon leur catégorie d’âge. Puis ils devront soumettre à la DTN un projet de qualité et s’entourer d’un staff de haut niveau. Si le projet est validé, le joueur aura droit aux aides correspondantes. Au début, il y aura moins de bénéficiaires que par le passé mais, les aides seront plus conséquentes pour les meilleurs et multiples avec un accès à de l’expertise. Le but est d’offrir aux tout meilleurs des moyens d’aller plus vite et plus haut. De plus, les primes de performance seront maintenues sur un programme de jeu très axé sur l’international. Dès le mois prochain, nous avons programmé un stage de quelques jours à Sotogrande, sur le parcours de La Reserva, auquel nous convierons des experts.

Par ailleurs, en nous inspirant du mode de fonctionnement de certaines autres fédérations, nous allons demander aux coaches «privés» des joueurs, y compris des plus jeunes, de venir assister à certains stages ou à un tournoi (pour les messieurs  les Internationaux de France à Chantilly ou le British Amateur à Portmarnock). Ils seront pris en charge par la fédération. Nous pourrons ainsi échanger avec eux afin de mieux comprendre le fonctionnement entre eux et leur joueur, et les axes de travail mis en place. Cette interaction ne pourra être que profitable à tout le monde, notamment lors des tournois par équipes.»

Etre fier de porter le polo de l’équipe de France

Laurent Gautier au championnat du monde par équipes messieurs
Laurent Gautier et Renaud Gris souhaitent redonner envie aux joueurs d'appartenir à l'équipe de France.

Parallèlement au projet individuel, Laurent Gautier et Renaud Gris souhaitent redonner envie aux joueurs d’appartenir à l’équipe de France : «Nous voudrions qu’ils soient heureux de l’intégrer et fiers de porter le polo frappé du coq, lance le capitaine de la sélection tricolore. Quel que soit le sport, défendre les couleurs de son pays dans une compétition internationale n’a rien d’anodin car c’est un moment de partage inoubliable. Nous  voulons que ce soit un vrai objectif pour ceux qui seront retenus. Un rendez-vous en équipe nationale constitue l’un des moments les plus forts d’une saison. Nous allons mettre en place une préparation spécifique au championnat d’Europe par équipes, qui sera incontournable pour les sélectionnés et garante d’une meilleure cohésion.

«L’équipe de France demeurera ouverte à tous, tout au long de la saison. Personne n’en est exclu même ceux ne répondant pas aux critères imposés pour entrer dans le groupe des joueurs aidés. Nous serons très attentifs aux performances de tous et celles-ci pourront donner lieu à une sélection.

«Tout se mettra en place progressivement. Dans les prochains mois, avec la DTN, le comité de performance et les élus, nous allons encore avancer dans la finalisation de notre projet global avec des décisions fortes et porteuses d’avenir.»

Dans trois ans, le Golf National et le parcours de St Nom-la-Bretèche accueilleront les championnats du monde par équipes dames et messieurs. Une occasion rêvée pour atteindre, une nouvelle fois, le sommet de la planète golf.


Par Gérard RANCUREL
7 février 2019