Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / CFJ Minimes garçons : Beauvy maîtrise, Bekirian assure

CFJ Minimes garçons : Beauvy maîtrise, Bekirian assure

Les trois joueurs du podium des qualifications ont survécu à la première journée du tableau de match play, et se sont qualifiés pour les quarts de finale. Derrière eux, quelques têtes d’affiche ont été les premières victimes de cette phase de confrontation directe.

Paul Beauvy, accroché le matin, a élevé son niveau de jeu l'après-midi. Frederic Stevens / ffgolf
27-31
juillet
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES - MINIMES GARÇONS COUPE YAN LE QUELLEC
LIEU : Bordeaux Lac, France
CATÉGORIE : Minimes (15-16 ans)

Le match play. Ah, le match play… Cette savoureuse formule de jeu grâce à laquelle le plus petit des David peut venir à bout du plus grand des Goliath. Sauf que ce dimanche, sur le parcours de la Jalle de Bordeaux Lac, point de régicide en règle à signaler. Les trois médaillés de la qualification ont tracé leur route jusqu’aux quarts de finale. Est-ce à dire que ladite route fut droite ? Oh non. Et celle des cinq autres quart-de-finalistes non plus.

Bekirian a dû s’employer

Tête de série n°1 après sa victoire lors de la qualification, Jean Bekirian ouvrait le bal le matin en seizième de finale, face à son camarade de club Nelson Van Caneghem. Ce dernier a tenu le score sur l’aller, avec notamment une approche rentrée au 7, pour amener le match all square au départ du 10. Mais il concédait alors un bogey et le trou à Bekirian, qui enchaînait ensuite pour se présenter 3 up au départ du 16. Deux mises en jeu de Van Caneghem hors limites sur ce court par 4 ont scellé le sort du match. La tête du roi n’a pas été tranchée… celle du bois 3 du vaincu, en revanche, oui.

L’après-midi, en huitièmes de finale, Nathan Legendre a idéalement débuté son match. Sur la droite lignée du putt de 6 m qui lui avait permis de s’imposer au 18 face à Bastien Amat (Bondues) le matin, le joueur de Coutainville rentrait deux birdies sur les deux premiers trous. L’avantage de deux trous glané au passage a tenu jusqu’au 10, où Jean Bekirian a entamé sa remontée. Un birdie au 12 l’a ensuite ramené à la hauteur du Normand.

Une mise en jeu hors limites de ce dernier au 14 a fait passer le Provençal en tête pour la première fois, avant que celui-ci ne parachève pour l’emporter 2&1. Lundi matin, en quart de finale, il affrontera Antoine Renard, qui s’est tout d’abord défait de Romain Biginelli 3&1, avant de disposer d’Eliott Pelfresne, 2&1.

« Le matin, j'ai vraiment fait un bon match, avec un seul bogey, livre Jean Bekirian. L'après-midi, c'était plus difficile. Des matches comme celui-là, dans un championnat, il y en a toujours. Mais j'ai su trouver les ressources. »

Beauvy toujours propre

Deuxième de la phase de stroke play, Paul Beauvy (Pléneuf Val-André) s’est montré particulièrement solide tout au long de la journée. Cela lui a été bien utile le matin, alors qu’Antoine Biegle (Aix-Marseille), qui avait fait le même score que lui lors du premier tour de qualification, se présentait face à lui. La ficelle rentrée par ce dernier au 13, alors que Beauvy avait pris l’avantage par un birdie au 12, montre le prix auquel il a vendu sa peau. Seulement, son drive sur la partie gauche au 18, à quelques centimètres du hors limites, lui a ôté tout espoir de prolonger le match, alors qu’il était 1 down. Victoire de Beauvy, 2 up.

L’après-midi, le jour de Pléneuf s’est rendu la tâche plus facile. Profitant de la fatigue manifeste de Gaspar Glaudas (Aix-en-Provence), il a déroulé à partir du 4, pour l’emporter dès le 13, 7&5.

« Franchement, je n’étais pas trop stressé, confie-t-il. Je le voyais fatigué, mais je l’étais aussi. Je suis vraiment content d’être passé du matin assez moyen à cet après-midi où j’ai bien joué. »

Un match alléchant l’attend lundi matin, puisqu’il retrouvera Alexandre d’Aurelle de Paladines (Sain-Nom La Bretèche). Ce dernier s’est tout d’abord défait d’Harilala Raherindraibe, 3&1, avant de retrouver le dernier local de Bordeaux Lac en lice, Aubin Lacaze. Mené 2 up sur l’aller, le Francilien est revenu all square à la fin de l’aller, avant de prendre l’avantage et de faire le break au 12 puis au 13, puis finir par l’emporter 4&3.

« J’ai un long jeu solide en ce moment, et là, depuis le début de la semaine, mon putting commence à venir, sourit-il. Du coup, en match play, ça peut vraiment faire tourner un match. »

Ledouble prend le quart

Hugo Ledouble a solidement géré cette première journée de match play.

Les grands animateurs des seizièmes de finale de dimanche matin ont sans conteste été les joueurs de Biarritz. En l’espace de vingt minutes, Nathan Trey, Baptiste Labeyrie et Alexandre Bauduin se sont imposés sur le même trou, le 14, avec 7 birdies dans la musette pour le pire d’entre eux. Mais l’après-midi, le rouge vif de leur maillot a viré au rose pâle. Alexandre Bauduin a cédé sur un dernier birdie, au 18, réalisé par Loïc Heurtin. Et Nathan Trey s’est incliné, 2&1, face à Hugo Ledouble.

« J’avais surtout envie de gagner, car ces dernières années, je me suis incliné en huitièmes, souligne-t-il. Je savais qu’il fallait s’accrocher, et ne pas compter sur une erreur de l’adversaire. »

Le joueur du Paris International Golf Club affrontera Clément Marquet lundi matin, ce dernier ayant battu Arthur Aubigeon dimanche après-midi.

Le seul survivant de cette furia matinale est finalement Baptiste Labeyrie, troisième des qualifications, et qui s’est défait de Martin Trochu, 4&3, l’après-midi. Il retrouvera justement Loïc Heurtin en quarts de finale, au début d’une nouvelle journée à deux tours. Ah, le match play…


Par William LECOQ, à Bordeaux
29 juillet 2018