Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / CFJ Minimes garçons : Bekirian sans ménagement

CFJ Minimes garçons : Bekirian sans ménagement

Jean Bekirian s’est adjugé la première place de la qualification, à -9, avec cinq coups d’avance sur son dauphin Paul Beauvy, et sept sur Baptiste Labeyrie, médaille de bronze, et Stanislas Zdebski. Dimanche matin, il affrontera son camarade de club Nelson Van Caneghem, sorti vainqueur d’un playoff à cinq.

Paul Beauvy (à gauche) et Baptiste Labeyrie (à droite) encadrent Jean Bekirian, vainqueur des qualifications. Frederic Stevens / ffgolf
27-31
juillet
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES - MINIMES GARÇONS COUPE YAN LE QUELLEC
LIEU : Bordeaux Lac, France
CATÉGORIE : Minimes (15-16 ans)

Score moyen sur les par 4 : 4,00. Score moyen sur les par 5 : 4,13. Et encore, il a fallu que le deuxième coup de Jean Bekirian sur le 17, ce samedi, finisse hors limites de 30 cm derrière le green, pour qu’un double bogey vienne plomber la moyenne. Sans ce malheureux ricochet dans un rough aussi souple qu’un shaft extra-stiff, le joueur de Nîmes Campagne se serait présenté avec une moyenne de score meilleure sur les par 5 que sur les par 4. Comment, dès lors, s’étonner de le voir remporter la qualification avec un total de -9, et cinq coups d’avance sur son plus proche poursuivant…

« Mon jeu était assez similaire à celui que j’ai produit sur les neuf derniers trous au premier tour », explique-t-il. La carte de score le reflète, puisqu’il a lancé sa partie par un birdie sur le par 3 du 3, pour enchaîner avec un birdie sur le 6 (un par 5…), une ficelle de plus de 10 m pour birdie au 7, et un eagle sur le 9 avec un putt de longueur similaire (un autre par 5…).

Ses bogeys sur le 10 et le 14 ont été gommés à chaque fois par des birdies sur le trou suivant, et grâce à un autre birdie au 11 (encore un par 5…), et à un putt rentré au 16, il débouchait au départ du 17 à -6 pour la journée et -12 total.

Le double bogey du 17, associé à un bogey au 18, se sont chargés de le ramener à un total de -9 et à une carte de 69 (-3), mais sans incidence sur sa première place des qualifications.

« Je vais encore dire merci à mon entraîneur Frédéric Fogeron, parce que c’est grâce à lui, sourit-il. Avec le travail qu’on a fait, on s’est dit que quand ça allait payer, ça allait être très bien. Je pense que je peux encore aller faire quelque chose en plus. »

Sans doute songe-t-il au trophée Yan Le Quellec en disant cela... Toujours est-il que la route menant vers le titre de champion de France Minimes passera pour lui par un seizième de finale contre son camarade de club Nelson Van Caneghem, qui s’est extirpé d’un playoff de trois trous à cinq joueurs pour empocher le dernier strapontin dans le tableau final.

Seuls deux joueurs ont joué sous le par lors des deux tours, et le deuxième d’entre eux occupe tout naturellement la deuxième place, à -4 total. Ce samedi, Paul Beauvy a signé une carte de 71 (-1). Le joueur de Pléneuf Val-André s’est lui aussi illustré sur l’aller, avec des birdies au 1, au 5 (approche rentrée depuis le fond du green), au 6 et au 9, et ce malgré la copieuse averse reçue par les joueurs sur les coups de 10h30. Avec un bogey au 8, il passait l’aller en -3.

Sur le retour, après un birdie au 12, il a concédé un bogey au 14 très similaire à celui de Bekirian, puis un double bogey sur le 16, à cause d’une balle dans l’eau, pour ramener son score du jour à -1.

« J’ai vraiment très bien joué, j’ai eu un super début de partie, se félicite-t-il. Sur la fin de partie, sans doute à cause de la fatigue et du fait que je n’ai pas trop géré l’alimentation, je pense que j’ai eu un petit coup de mou. Franchement, je suis loin d’être mécontent de ma qualif. C’est dommage pour la fin de partie, mais -4 total, je ne vais pas m’en plaindre. » Dimanche matin, il retrouvera Antoine Biegle (Aix-Marseille) en seizièmes de finale.

La troisième marche du podium s’est jouée sur un départage, qui a privilégié le bon deuxième tour de Baptiste Labeyrie (Biarritz), qui a signé un score de 72 (par). Le Basque était pourtant à -2 pour la journée et -4 total après le 12, après avoir rentré quatre birdies pour seulement deux bogeys. Mais des coups perdus au 15 et au 18 l’ont finalement ramené dans le par pour la journée, soit un score suffisant pour ramener une médaille de bronze à la maison. « Si on m’avait dit à l’avance que je ferais -2 et dans le par, j’aurais dit oui », se satisfait-il, remis d'un agacement palpable au sortir du 18. Un seizième de finale face à Pierre Garcia (La Nivelle) l’attend dimanche matin.

Stanislas Zdebski (Metz Cherisey), déjà troisième ex-aequo après la première journée, a également bien résisté dans ce deuxième acte. Et ce n’est pas un double bogey sur le par 5 du 6 puis son bogey au 7, après son birdie au 3, qui allaient le perturber. Deux birdies, au 9 et au 11, puis un bogey au 15 lui permettent de rendre une carte de 73 (+1), et de finir à -2 total.

« L’objectif était de passer le cut, et je l’ai rempli, avance-t-il. Ça fait deux mois que je tape vraiment bien la balle. Je sentais qu’il y avait des bons scores. Je pense que c’est aussi le résultat du travail que j’ai accumulé au cours de l’année. Maintenant, c’est place au match play, et il peut tout arriver. » Pour lui, le premier adversaire se nommera Nathan Trey, pour constituer ce qui sera l’une des belles affiche de dimanche matin. À vrai dire... il y en a quinze autres.


Par William LECOQ, à Bordeaux
28 juillet 2018