Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / CFJ Minimes garçons : les favoris se sont bien réveillés

CFJ Minimes garçons : les favoris se sont bien réveillés

Jean Bekirian a pris la tête à -6, à l’issue du premier tour des qualifications, grâce à un retour étourdissant en 29 (-7). Hugo Archer suit à -4, juste devant un groupe de quatre joueurs à -3, constitué d’Alexandre d’Aurelle de Paladines, Paul Beauvy, Antoine Biegle et Stanislas Zdebski.

Jean Bekirian a démarré doucement, et a fini en trombe. Frederic Stevens / ffgolf
27-31
juillet
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES - MINIMES GARÇONS COUPE YAN LE QUELLEC
LIEU : Bordeaux Lac, France
CATÉGORIE : Minimes (15-16 ans)

Il a fallu que Jean Bekirian laisse passer les premières lueurs du jour, les assauts répétés de voraces moustiques, les quelques gouttes de pluie tombées une heure après les premiers départs… mais aussi et surtout un début de partie cahin-caha, qui l’a vu concéder un bogey au 1 sur une attaque de green franchement loupée à droite, puis deux autres au 4 et au 5.

« J’ai putté en arrivant le matin au practice, il faisait nuit, il y avait de la rosée. Du coup, sur les premiers greens, je ne mettais que des charges, plaide-t-il. Je me suis dit qu’il fallait essayer de serrer le jeu, et de jouer le par ou +1. »

Bekirian : -9 en 13 trous

Et soudain, sans signe avant-coureur, le joueur de Nîmes Campagne s’est fâché aussi rouge que les huit birdies et un eagle qui sont venus garnir sa carte sur les 13 trous suivants. Sa remontée a doucement commencé avec deux birdies au 6 et au 7, gommés en partie par un bogey sur le long par 3 du 8 mais rétablis dès le par 5 du 9, pour passer l’aller à +1.

Un birdie sur le par 5 du 11 lui permet de passer dans le par, avant que ne débute le festival : quatre birdies consécutifs du 13 au 16, et un eagle sur le par 5 du 17, pour conclure en beauté. Résultat : un retour en 29 (le meilleur score de sa jeune carrière sur neuf trous), et une carte de 66 (-6) pour occuper seul la tête à la mi-temps de ces qualifications.

« J’ai pris la roule des greens, et j’ai planté un peu les drapeaux, explique simplement le Provençal. Ça fait un mois que je joue bien comme ça. Là, le putting à moins de trois mètres était présent. Le travail fait avec mon entraîneur (Frédéric Fogeron, NDLR) a bien marché. Notre objectif était de rendre mon swing un peu plus adulte, car j’avais encore mon swing d’enfant. Ça permet de serrer le jeu quand ça ne va pas très bien. »

Archer dans la roue du leader

Hugo Archer s'est, lui aussi, illustré sur le retour.

Son partenaire de jeu, Hugo Archer (Cissé-Blossac), n'a pas été spectateur pour autant, loin de là. Lui aussi est remonté sur le canasson après deux bogeys tôt dans la partie, au 1 et au 4. Le joueur breton a tout d’abord posté deux birdies au 7 et au 9, pour passer l’aller dans le par, puis en a enchaîné trois autres entre le 11 et le 13, avant d’en rentrer un dernier au 17. Avec une carte de 68 (-4), il occupe seul la deuxième place.

Un groupe de quatre joueurs suit un coup derrière, à -3. Alexandre d’Aurelle de Paladines (Saint-Nom La Bretèche) et Paul Beauvy (Pléneuf Val-André) en font partie, eux qui ont joué ensemble ce vendredi matin. Le Francilien a été le premier à se mettre en évidence, avec cinq birdies à l’aller pour aucun bogey. Son principal coup d’arrêt est survenu au 13, avec un double bogey après un deuxième coup qui a filé dans le foin derrière le green. Il concède un autre bogey sur le par 3 du 15, après une mise en jeu loupée à droite. Mais il se reprend avec un birdie au 16, pour terminer sa journée avec un 69 (-3).

« Ça a été une partie mouvementée, je me suis bien amusé, sourit-il. Je suis bien reparti après mon double bogey. Demain (samedi), je vais jouer mon golf, c’est ce que je sais faire de mieux. Il ne faut pas se mettre à penser à autre chose. »

Beauvy est resté patient

Paul Beauvy a eu un démarrage plus calme, avec un bogey dès le 5, mais deux birdies au 6 et au 9 lui ont permis de passer l’aller en -1. Ayant enfin réglé la mire au putting, il a rentré deux birdies au 11 et au 12, avant de reculer légèrement par des bogeys au 13 et au 14. Mais il réenclenche la marche avant au 16 puis au 17, pour finir avec un 69.

Paul Beauvy a fini par trouver la clé au putting.

« Au début, je ne me rapprochais pas beaucoup des mâts, mais j’étais toujours du bon côté, confie-t-il. Le putt du 11 a vraiment été le déclencheur. J’ai rentré 5 m, et un autre pareil au 12. La clé était vraiment d’être patient, j’ai essayé de le rester au maximum. »

Antoine Biegle (Aix-Marseille) et Stanislas Zdebski (Metz Cherisey) sont les deux autres membres de ce quatuor. Le premier, à -4 après 11 trous, a lui aussi connu un coup dur avec un double bogey au 12, la faute à une mise en jeu embarquée à gauche. Mais il s’est repris, grâce là encore à deux birdies au 16 et au 17, avant de conclure par un bogey au 18. « J’ai raté plus de putts à 1,5 m qu’à 5 m, ironise-t-il. Je méritais peut-être deux ou trois coups de mieux, mais -3, c’est bien. »

Stanislas Zdebski, de son côté, a passé l’aller en -1, avec deux bogeys (au 1 et au 7) et trois birdies (au 2, au 4 et au 9). Sur le retour, lui aussi a su profiter des deux par 5 du 11 et du 17 pour inscrire deux birdies de plus, et finir à -3.

Le peloton des poursuivants impressionne par sa densité. Neuf autres joueurs sont dans le par ou en-dessous, et il suffit de remonter jusqu’à +2 pour trouver le cut provisoire. Entre la gagne de la qualification et la bataille pour les derniers billets d’entrée dans le tableau de match play, la lutte sera rude à tous les niveaux, samedi, lors du deuxième tour.


Par William LECOQ
27 juillet 2018