Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / CFJ benjamins : Faustin Labadie-Destenaves renversant !

CFJ benjamins : Faustin Labadie-Destenaves renversant !

Mené 2 up au 14, le Biarrot Faustin Labadie-Destenaves a retourné la situation face à Paul Franquet pour remporter le titre de champion de France.

Faustin Labadie-Destenaves sacré champion de France des benjamins au terme d'un match à rebondissements. Photos Alexis Orloff/ffgolf
25-31
juillet
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES - BENJAMINS
LIEU : GOLF DE SAINT CLOUD, France
CATÉGORIE : Benjamins (13-14 ans)

Le trophée des benjamins reste donc à Biarritz. Après la victoire l’an passé d’Alaric Mercie de Soultrait, son coéquipier Faustin Labadie-Destenaves va rapatrier la timbale dans la cité balnéaire basque.

Pourtant, elle semblait déjà dans une des mains de Paul Franquet. Le joueur des Yvelines avait la partie à sa tendance, mais au moment d’enfoncer le clou, il manquait le marteau.

Paul Franquet a manqué des petits putts à des moments importants. Fatidique.

Après quatre trous d’observation, le Francilien confirmait son avantage au 8 (2 up), le perdait un court instant au 11 mais le reprenait aussitôt. Le pensionnaire du Pôle de Châtenay-Malabry s’avançait sur la fin de parcours avec un net avantage, d’autant plus que le Basque semblait en manque de solutions pour le déstabiliser.

Néanmoins, il restait fidèle à son style, et cela payait, le 14 en tournant du match. Alors que les deux garçons étaient à un peu plus d’un mètre pour le par, Paul Franquet avait une occasion de mettre la pression sur le joueur du Phare en jouant en premier. Il manquait son putt, la porte pour "FLD" s’ouvrait et il s’y engouffrait.

Il faut croire que cela le galvanisait et a contrario déstabilisait son adversaire, qui ne jouait plus pour gagner mais pour ne pas perdre. Et là, ce n’est plus la même histoire.

« Je me suis dit que ce n’était jamais fini et je lui ai mis la pression, revenait le Biarrot, polo rouge flanqué sur le torse. J’ai commencé à sentir qu’il loupait les bons coups qu’il réussissait avant. »

De là commençait la recette de sa crème renversée. Peu importe la situation, chaude ou froide soit elle, il gardait sa manière de faire, si instinctive et inconsciente, qui façonne sa vista et son talent.
L’air pressé mais si déterminé, comme un Brandt Snedeker ou un Alexander Lévy, ponctué de sa touche enfantine, il fonçait sans se poser de question. Et ses putts tombaient plein godet alors que les balles de Franquet narguaient le trou.

Les deux garçons partageaient le 15 d’un birdie, et Labadie-Destenaves profitait sans un moindre doute des erreurs du pôliste.
Il prenait ainsi le 16, le 17 et serrait la main au 18 après un dernier coup de fer placé au drapeau (2 up).

Caractère bien trempé

Faustin Labadie-Destenaves.

Faustin Labadie-Destenaves s’est imposé en redoutable match player, prenant sa proie à la gorge et l’étouffant progressivement, sous une pression et une solidité à tout étage.

Le caractère du garçon peut se comprendre à travers une anecdote dont il garde toujours un souvenir. Alors qu’à 2 ans il bataillait avec ses clubs en plastiques offerts par ses parents, il s’avérait déjà impatient. Il abîmait volontairement ses pseudos outils de golf. Il voulait à tout prix des vrais, dont ses premiers étaient à la suite un fer 9 et un putter. Le petit, tout petit putter, est toujours rangé précieusement.

Direction l’école de golf à 5 ans, puis désormais, le garçon grandit et s’affirme sous les conseils de Philippe Mendiburu. « J’ai gagné en maîtrise et je m’entraîne davantage pour être plus performant », expliquait le jeune Faustin.

Ce titre vient conforter une bonne saison et progression.
Mais à peine son match terminé, il repartait défier sur le putting green son ami Noa Auch-Roy, vainqueur un peu plus tôt de la petite finale face à Diego Lourenco (2&1).
La passion du jeu…

Le podium de ce CFJ benjamins 2019 : Noa Auch-Roy (3e), Paul Franquet (2e) et Faustin Labadie-Destenaves, vainqueur.

Par Lucas HÉLIN
31 juillet 2019