Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Championnat d’Europe par équipes Girls : des Bleues et des bosses

Championnat d’Europe par équipes Girls : des Bleues et des bosses

À l’issue de cette première journée compliquée sur le tracé venteux de Parador de El Saler, l’équipe de France pointe à la douzième place provisoire et s’est faite bousculée par le parcours ibérique. Loin devant, les Allemandes à +5 ont dominé la journée de lancement.

Mathilde Delavallade au départ du trou numéro 9 dans un vent qui chahute les drapeaux. RM / FFGOLF
09-13
juillet
CHAMPIONNAT D'EUROPE PAR ÉQUIPES GIRLS
LIEU : Parador de El Saler, Espagne
CATÉGORIE : U18

Un 18 trous tranchant

Elles étaient prévenues et savaient que le parcours pouvait se défendre de toutes ses forces mais aujourd’hui c’est surtout la force du vent, plus intense que lors des journées de reconnaissance,

le green du 8 de Parador de El Saler.

qui a perturbé la totalité de l’équipe.

Il fallait mieux se retrouver dans les premières parties du matin pour éviter les bourrasques comme l’ont très bien fait les Allemandes, l’Espagne et l’Italie, qui composent le podium ce soir.

Avec trois clubs de plus dans les mains sur certains coups, difficile de s’engager à 100% et de prendre des repères fiables. Même certains bons coups n’ont pas été récompensés tant les conditions de jeu étaient compliquées : « Le combo du vent, de la pression et du parcours plus la chaleur a agit comme un rouleau compresseur sur les filles même si elles n’ont rien lâché », réagissait la capitaine Clémence Abrahamian en fin de journée. 

Pour preuve du challenge proposé par ce premier tour, seulement cinq filles sur l’ensemble du champ sont descendues sous le par 72. 

La France 12e, dans le ventre mou

Au terme de ce premier tour de qualification la France a souffert et se retrouve légèrement distancée à +38 total. La huitième place synonyme de passage dans le tableau délivrant les médailles est à vingt coups et occupée par la République Tchèque à +18. Il va falloir s’accrocher demain et rendre une meilleure copie mais les girls sont surmotivés. Tout reste à faire.

S’élançant dans la deuxième vague des départs, la France commence par lancer sa leader, Lucie Malchirand. La joueuse de Marseille La Salette débute la partie assez calmement avant de perdre pied sur le trou numéro 8 en concédant un triple bogey. Elle termine sa journée en signant au final un 77 (+5) qui ne reflète pas son réel niveau. La frustration s’installe alors dans le clan Français. Juste derrière Adéla Cernousek connaît bien plus de difficultés que sa copine sur le parcours et sa carte du jour de 89 (+17) ne sera pas retenue.

Plus tard dans l’après-midi c’est Mathilde Delavallade qui semblait enfin lancer et réveiller le score des tricolores. Au passage du 9 la joueuse de Royan est à -1, une sacré performance à ce moment de la partie où les rafales sévissaient sans cesse. Son retour est une toute autre histoire. Conclu en 47 elle termine la partie à +10 total : « À l’aller j’étais sûr de mes choix et à partir du trou numéro 11 où je prends un quadruple bogey tout a basculé. Les coups étaient vraiment difficile à analyser avec le vent et même au putting il fallait prendre un marge de deux voir trois trous pour espérer rentrer les putts. »

Quant à Loïs Lau et Alizée Vidal elles cochent le même score que Mathilde. Une carte de 82 (+10) avec du bon et du moins bon mais toujours bien loin de ce qu’elles sont capables de réaliser.

Pinthier tient la baraque

Lilas Pinthier au départ du 1.

Avec une carte signée de 75 (+3), Lilas Pinthier valide la meilleure performance tricolore du jour et garde son équipe à flot. La joueuse du PCC a su gérer les conditions éprouvantes et sa carte assez linéaire avec trois bogeys et que des pars reflète bien sa constance et sa régularité sur ces derniers mois. Toujours focus, et bien installée dans sa routine et son process, Lilas avouait être tendue en début de partie mais pas de quoi la déstabiliser : « La partie était vraiment épuisante avec la chaleur, le vent et l’attente au début mais j’ai réussi à sauver mes pars. Je n’ai pratiquement jamais essayé d’attaquer les drapeaux et je margeais du bon côté. »

« J’ai su tenir la balle en ligne sur les longs shots avec des coups tenus, poursuit Lilas Pinthier. Heureusement qu’on avait mis en place une stratégie très claire avec l’équipe sinon je ne crois pas que j’aurais pu garder le rythme jusqu'à la fin. »

Les mots du staff

Mickaël Mahéo : « C’était pas forcément la journée qu’on attendait, on a subi un peu trop le parcours et sa difficulté. Forcément un peu déçu mais on compte sur elles pour avoir une réaction

L'ensemble du staff se concerte sur la stratégie à adopter.

d’orgueil demain et essayer de se glisser dans les huit. C’est des filles qui ont déjà scoré très bas donc on y croit ! »

« Il faut maintenant trouver la bonne posture entre je vais réagir et prendre ma revanche sur ce parcours mais il faut aussi le respecter. Ça demande beaucoup d’exigence sur les prises d’infos et la clé c’est de trouver le juste milieu entre faire un max de birdie et savoir rester humble vis à vis du tracé. »

Gwladys Nocera : « Elles avaient toutes un objectif élevé et elles se sont faites piéger par un parcours qui paraît simple mais qui avec ce vent est rude. Elles ont eu du mal à trouver des solutions mais une chose est sûr elles se sont battus jusqu’au bout. C’est un peu triste pour elles parce qu’on a le sentiment que certains petits détails coutent très cher, la sanction du score est un peu lourde je trouve. »

« Maintenant il ne faut surtout pas tomber dans le côté ça y est c’est fini on a plus aucune chance, il faut trouver les mots pour les piquer et demain il reste une partie de golf à jouer. Ça peut encore basculer dans le bon sens. »


Par Romain MURAILLE
9 juillet 2019