Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Championnat de France des jeunes : quatre têtes couronnées

Championnat de France des jeunes : quatre têtes couronnées

Lana Guyot, Martin Rizzon, Zoé Rubichon et Raphaël Jusseaume sont les quatre champions de France des jeunes 2021. Tous se sont imposés lors des finales de samedi au Gouverneur, et inscrivent ainsi leur premier titre national à leur palmarès.

25-31
juillet
CHAMPIONNAT DE FRANCE DES JEUNES
LIEU : GOLF DU GOUVERNEUR, France
CATÉGORIE : U14

U12 garçons : Martin bonheur

La finale des U12 garçons présentait un double caractère inédit. Pour la première fois, un joueur réunionnais, Nicolas Viroleau, se hissait à ce niveau de la compétition. Et il affrontait le premier joueur de la toute jeune Golf Académie 57, Martin Rizzon, à atteindre une finale nationale chez les jeunes.

Les débats sont restés équilibrés sur les sept premiers trous, mais à partir du 8, Rizzon a commencé à faire la différence. 1 up, puis 2, 3, 4 up… la constance du joueur lorrain a payé, tandis que le jeu de son adversaire traversait visiblement un temps faible. Pourtant, le joueur du Golf du Colorado s’est repris par le gain du 12 pour revenir 3 down, puis le gain du 15, alors que Rizzon, repassé 4 up, était déjà dormie. Le par lui a suffi sur le 16 pour soulever le Trophée Crocodile.

« Je suis très très content, réagit Martin Rizzon, qui disputait cette semaine son premier CFJ. Mon but, au début, c’était d’être dans le top 10. Je n’imaginais pas aller aussi loin. Après, j’ai gagné petit à petit tous mes matches. »

Dans le match pour la troisième place, Simon Lignereux, vainqueur de la qualification, s’est adjugé la médaille de bronze. Il lui a pour cela fallu batailler pendant l’intégralité des 18 trous face à Paul Martin (Paris Country Club), pour l’emporter 1 up.

 

U12 filles : Lana dorée

Après avoir sorti la grande favorite Alice Kong en demi-finale, l’une des grandes questions de ce samedi était de savoir jusqu’où allait bien pouvoir aller Lana Guyot. On connaît désormais la réponse : jusqu’au bout.

Face à Mila Tamisier (Aix-Marseille), la joueuse de Maison Blanche a pris l’avantage en gagnant le 3, puis l’a doublé en empochant le 5. La marque de 3 up était atteinte au 10, précédant une réaction de la joueuse provençale, qui s’adjugeait le 11 pour revenir 2 down. Hélas pour elle, Lana Guyot reprenait son avantage sur le trou suivant, et parvenait à le conserver jusqu’au départ du 16, où elle arrivait dormie.

Sur ce par 4, l’attaque de green de Tamisier, un peu trop tonique, filait à l’arrière du green, avec très peu de place pour arrêter sa balle au drapeau sur le chip. De fait, Lana Guyot, qui avait trouvé le milieu du green, a pu se contenter du par pour mettre fin au match.

« En début de semaine, je ne m’y attendais pas du tout, livre la joueuse de Maison Blanche. Même d’arriver en finale, je ne m’y attendais pas. Et puis, au fur et à mesure que les jours avançaient, je me suis mise à y croire de plus en plus, et je me suis dit que je pouvais y arriver. »

Les deux finalistes ont été accompagnées sur le podium final par Alice Kong (Le Golf National), sortie vainqueur d’un long match de 20 trous face à Céleste Bobo-Lloret (Marseille La Salette).

 

Benjamins : Raphaël aux anges

Le joueur du Golf de Touraine tournait autour depuis maintenant quelques années. Cette fois, Raphaël Jusseaume peut en être sûr : il tient enfin son titre de champion de France. Dans la finale qui l’opposait à Heikki Charon (PCC), il a été le premier à se mettre en évidence, en gagnant le 3 et le 4. Mais il a ensuite vu son adversaire revenir à sa hauteur par deux fois, tant et si bien que le match s’est présenté square au départ du 15.

Sur ce par 5, Jusseaume prenait de nouveau l’avantage, grâce à un bon birdie. La belle résistance opposée jusque-là par Heikki Charon a fini par craqueler au 17, où le joueur du PCC concédait un fatal trois-putts, synonyme de perte du match, 2&1.

« Je ne pourrais pas vraiment décrire mes émotions, réagissait Raphaël Jusseaume dans la foulée de sa victoire. C’est vraiment un sentiment particulier, une énorme fierté d’avoir réussi à gagner. »

La médaille de bronze de la catégorie a été décernée à Louis Demailly (Bussy), qui a disposé de Tom de Herrypon (Saint-Nom-La-Bretèche), 2&1, dans le match pour la troisième place.

 

Benjamines : Zoé y est arrivée

Plus incertaine encore fut la destinée du titre de championne de France benjamines. Cette journée de samedi a été un ping-pong permanent, gros jeu de golf à l’appui, entre Zoé Rubichon (Golf des Volcans) et Juliette Demeaux (RCF La Boulie). Jamais aucune des deux joueuses n’a pris ne serait-ce que deux trous d’avance sur l’autre.

Les deux derniers trous, à l’entame desquels les deux joueuses étaient revenues à égalité, ont donc décidé du sort du match. Sur le par 5 du 17, Juliette Demeaux s’est procuré une première franche occasion, en arrivant en deux tout près du green, alors que son adversaire, dans du rough épais après sa mise en jeu, n’a pu se laisser qu’un coup de wedge en troisième coup. Malgré une belle approche, la jeune Racingwoman ne parvenait pas à conclure en rentrant le birdie, laissant le match à égalité.

Sur le dernier trou, Zoé Rubichon sortait le coup de fer 8 décisif, déposé à quelques centimètres du trou pour un birdie quasi-donné. Après une tentative de birdie très bien exécutée par Juliette Demeaux depuis l’entrée du green, mais qui ratait la cible d’un rien, l’Auvergnate poussait au fond le putt de la victoire.

« Je crois que je ne réalise pas encore, soufflait-elle à la sortie du green. J’ai réussi tous les objectifs de mon année pratiquement. Être championne de son pays, c’est incroyable. »

Dans le duel 100 % PCC entre Solène Balet et Manon Martin, pour la médaille de bronze, la victoire est revenue à la première, sur le même score de 1 up.


Par William LECOQ
31 juillet 2021