Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Championnats de France cadets-cadettes : Théo Lavergne seul leader

Championnats de France cadets-cadettes : Théo Lavergne seul leader

Auteur d’un score de 70, le joueur de Bordeaux Lac devance d’un coup Martin Couvra et Louis Paulus. Chez les filles, Jeanne Messin, Adela Cernousek et Margot Boeni (72) partagent la première place. Les dix-huit premiers et les ex æquo prendront le départ du second tour.

Théo Lavergne au championnat de France cadets
Connaissant le parcours de Moliets par coeur, Théo Lavergne en a tiré avantage lors du premier tour. Alexis Orloff / FFGOLF
RÉSULTATS DU 1ER TOUR CADETS 156,5 kB
RÉSULTATS DU 1ER TOUR CADETTES 175,6 kB
DÉPARTS DU 2E TOUR CADETS 148,7 kB
DÉPARTS DU 2E TOUR CADETTES 323,3 kB

Licencié à Bordeaux Lac, Théo Lavergne habite à Moliets et s’entraine tous les jours sur le parcours accueillant le championnat de France cadets : «Je le connais pas coeur, déclare-t-il. J’ai des repères qui m’ont beaucoup aidé.»

Un très bon coup de fer 8 au 1 à un mètre du drapeau lui a offert un birdie. Il a enchaîné par un bogey au 2 à cause d’une erreur de distance qui l’a laissé court de vingt-cinq mètres : «Je me suis trompé de plaques», précise-t-il. Sur le par 5 du 5, son coup de wedge a pitché à deux mètres du trou et il a rentré le putt (- 1).

Mais, au 9, il a expédié son deuxième coup dans l’eau et n’a concédé qu’un bogey en enchaînant chip-putt pour boucler son aller dans le par.

Au départ du 11, son drive s’est égaré à droite l’obligeant à taper un coup de fer 7 bas qui a atteint le green à 3,5m du mât. Il a enquillé le putt (- 1).

Martin Couvra au championnat de France cadets
Grâce à un eagle au 17, Martin Couvra a conservé toutes ses chances de s'imposer demain.

Et sur le dernier par 5 du parcours (le 17), Théo Lavergne a exécuté un excellent chip à quelques centimètres du trou pour un birdie donné et un score de 70 : «J’ai fait le job même si j’ai manqué de réussite au putting, ajoute-t-il. Je me suis créé pas mal d’occasions sur le retour comme au 10, au 12 étau 16, toutes à trois mètres, mais aucun putt n’est tombé. Ca reste une bonne partie.»

Le Bordelais est talonné à un coup par deux joueurs, Martin Couvra et Louis Paulus.

Parti dans le premier groupe, le pensionnaire du Pôle France s’est échauffé alors que le jour n’était pas encore levé et sous la pluie : «Je n’ai pas pu chipper et très peu putter», dit-il.

Après un birdie sur le par 5 du 3 grâce à un bon chip-putt, il a pris un double au 7 à cause d’une «socket» lors de son recovery : «Et encore, j’ai glissé un putt de sept mètres pour ne perdre que deux coups».

Il a, ensuite, aligné neuf pars d’affilée avant de "boîter" un chip d’une vingtaine de mètres depuis le rough au 17 pour un eagle et finir sous le par (- 1) : «J’ai assez bien joué mais, j’étais un peu loin des drapeaux, poursuit le joueur du Dolce Frégate. J’ai manqué de précision sur mes coups de fers et mon driving n’a pas été assez régulier. Il faut que je rectifie tout ça pour score plus bas.»

Louis Paulus (Ammerschwihr) partage la deuxième place en compagnie de Martin Couvra. Un bogey au 18 (trois putts) l’a privé d’occuper la première avec Théo Lavergne : «Je suis très satisfait de ma réaction sur le retour, affirme le jeune Alsacien. Deux erreurs de profondeur au 6 et au 8 m’avaient coûté deux bogeys et j’étais un peu énervé. Mais, mon putt de huit mètres pour le birdie au 9 m’a bien relancé et fait du bien à la tête.»

Au 13, son drive s’est arrêté à une vingtaine de mètres du green. Un chip-putt l’a remis dans le par. Sur le par 5 du 15, touché en deux, il a pris deux putts (- 1). Au 16, son demi-coup de pitch s’est immobilisé à trois mètres du drapeau et il a mis le putt (- 2). Une grosse virgule au 18 après un putt pour le birdie un peu chargé lui a valu un bogey.

Messin, Cernousek et Boeni dans le par

Sur le podium l’an dernier (3e), Jeanne Messin a bien débuté la compétition en signant une carte dans le par (72) et figurer en tête avec Adela Cernousek (Saint-Cloud) et Margot Boeni (Kempferhof).

Si la météo s’est montrée plus clémente que les prévisions ne l’annonçaient, le parcours du Grand Saint-Emilionnais était encore trempé et les balles pouvaient se plugger sur le fairway. Heureusement, le comité du tournoi avait prévu des commissaires pour aider les joueuses à les retrouver si besoin était. 

Jeanne Messin au championnat de France cadettes
La Rémoise a résolu ses problèmes de putting sur le retour pour finir dans le par.

La Rémoise a été un peu pénalisée par son putting sur les neuf premiers trous. Elle a pris un "trois putts au 4 et quatre putts au 7 sans perdre son sang froid.

Passée en (38, + 2), elle a mieux négocié le retour grâce à un putting retrouvé. Elle a rentré deux putts de trois mètres au 12 et au 17, et planté un coup de wedge donné sur le par 5 du 15 après un bogey au 14 pour un retour en 34 (- 2) : «Mon driving a été nickel et mon jeu de fers efficace puisque je n’ai loupé que trois greens».

Totalement rétablie de sa blessure au poignet (elle ne porte même plus de strapping), Adela Cernousek a bénéficié d’un super petit jeu pour se tirer de situations parfois mal engagées. Avec trois bogeys et deux birdies à l’aller, la Clodoaldienne a enchaîné les pars sur le retour avant de conclure par un birdie : «J’ai eu deux ou trois occasions sur le retour mais, j’étais un peu loin des drapeaux, confie-t-elle. Je me suis donc laissé de longs putts.»

La carte de Margot Boeni a été très colorée par quatre birdies, un eagle, quatre bogeys et un double : «La partie a été mouvementée notamment le final, reconnaît-elle. J’ai réussi un eagle au 16, suivi d’un double au 17 et un birdie au 18. J’ai planté pas mal de coups de fer et rentré de bons putts. En revanche, j’ai totalisé quatre «trois putts».»

Blessée au dos au début du mois d’août, la minime du Kempferhof a repris à l’occasion des Internationaux de France. Depuis, elle s’est entraînée assidûment pour recouvrer son meilleur niveau pour ce championnat de France.


Par Gérard RANCUREL
28 octobre 2020