Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / France-Irlande Boys : les Bleus s’inclinent de deux points

France-Irlande Boys : les Bleus s’inclinent de deux points

Déjà menés après la première journée, les jeunes Français ont été battus par leurs homologues irlandais, 11 à 9, lors de cette compétition amicale. Un match qui n’en reste pas moins une bonne préparation pour la suite, y compris immédiate, de la saison.

Aymeric Laussot et Marin d'Harcourt, dans la même partie, se sont soutenus mutuellement. ffgolf
22-23
mars
MATCH FRANCE V IRLANDE BOYS
LIEU : Terre Blanche, France
CATÉGORIE : U18

La tendance du premier jour s’est confirmée. Et le score du match France-Irlande Boys, disputé jeudi et vendredi sur le parcours Riou de Terre Blanche, en est la meilleure preuve : alors qu’ils étaient menés d’un point jeudi soir (6,5 à 5,5), les tricolores se sont finalement inclinés de deux longueurs, 11 à 9.

Pour cette deuxième journée, la formule de jeu était différente, puisque les joueurs s’affrontaient certes en face à face, mais en stroke play et non en match play. Par ailleurs, ils évoluaient en parties de quatre.

Laussot termine invaincu

Seul Français invaincu lors de la première journée, Aymeric Laussot (Paris Country Club) a mis un point d’honneur à le rester de part en part. Il a tout de même dû concéder le match nul à son adversaire John Brady, les deux joueurs rendant une carte de 73 (+1). Le Français a même dû cravacher pour parvenir à ses fins, avec des birdies au 14, au 16 et au 17.

« Je suis déçu de la défaite de l’équipe, mais on a passé un bon moment, réagit-il. Avec Marin, aujourd’hui, on s’est vraiment tirés vers le haut, et on a très bien joué au golf sur la fin. »

Le Marin en question est bien sûr Marin d’Harcourt (Saint-Cloud), qui partageait la même partie. Il a rendu, lui aussi, une carte de 73 (+1), insuffisant toutefois pour venir à bout de son adversaire Aaron Marshall.

Tom Vaillant (Saint-Donat) a eu moins besoin de s’employer, puisqu’il a triomphé de son adversaire, Jack Doherty, avec 16 coups d’avance. Il faut dire, une carte de 69 (-3), ça aide. « J’étais à +2 après trois trous. J’ai complètement renversé la situation, et après il a très vite décroché, donc j’ai déroulé et je fais -4 sur les cinq derniers trous », détaille-t-il. Il retient surtout de ces deux jours « l’attitude au top, car à chaque fois j’ai renversé les situations. Le jeu n’est pas encore au point, mais ça vient, avec en lien l’attitude, donc c’est super. »

Charles Larcelet meilleur Français du jour

Les deux autres victoires françaises du jour sont l’œuvre de Claude Churchward (Albret) et Charles Larcelet (Forêt d’Orient). Le premier, auteur d’une carte de 70 (-2), s’est défait de David Kitt. Le second est même le signataire de la meilleure carte française du jour : 68 (-4). « J’ai réussi à élever mon niveau de jeu et à rester constant », se félicite-t-il.

Tous auteurs de cartes au-dessus du par, Nathan Trey (Biarritz), Nicolas Muller (La Wantzenau) et Lucas Abrial (Bussy-Guermantes) se sont en revanche inclinés dans leurs confrontations respectives. Ce dernier a notamment pâti du manque de rythme dû à une grippe traînée pendant deux semaines, et de nouveaux clubs qui lui demandent un temps d’adaptation.

L'esprit d'équipe au beau fixe

« J’ai très très mal joué aujourd’hui (vendredi), une de mes plus mauvaises parties depuis longtemps, déplore-t-il. Mais j’ai eu un bon état d’esprit sur la fin de parcours. La journée a été dure, longue et épuisante mentalement. L’équipe est très soudée, on tire beaucoup de positif de ce séjour, qui annonce que du bon pour la suite. »

Car s’il est un point sur lequel les Français sont unanimes, c’est bien l’ambiance au sein de l’équipe. À commencer par Benoît Teilleria, qui a accompagné les jeunes tricolores sur le parcours pendant les deux journées de match. « Il y a eu un super état d’esprit, constate-t-il. Ce sont de bons joueurs de golf, et ça m’a fait plaisir de voir quelques étincelles dans leurs yeux. C’était un match amical, mais ils se sont tous donnés à fond. »

Autre bonne raison de se donner à fond : préparer la suite de la saison. Surtout quand la suite immédiate s’appelle Carlhian, et qu’elle arrive dès la semaine prochaine.


Par William LECOQ
23 mars 2018