Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / German Girls & Boys : 20 jeunes Français à l’heure allemande

German Girls & Boys : 20 jeunes Français à l’heure allemande

Le German Open Girls & Boys 2018 débute ce jeudi 31 mai, sur le site de St. Leon Rot. Les chances françaises seront défendues par 11 filles et 9 garçons, dans une compétition qui risque, comme l’an dernier, d’être perturbée par la météo.

La majorité des Françaises présentes le sont pour la première fois sur ce tournoi. ffgolf
01-03
juin
GERMAN GIRLS & BOYS
LIEU : St-Leon Rot Golf, Allemagne
CATÉGORIE : U18

Certes, le séjour n’a rien de linguistique. Mais s’il est un mot allemand que les vingt jeunes Français engagés au German Open Girls & Boys risquent de mémoriser assez vite, il s’agit de Gewitter, qui signifie "orage". Quelques-uns, très localisés, sont en effet à craindre dans la région de St. Leon Rot, dans le nord du Land de Baden-Württemberg, où se déroule la compétition. Les joueuses et joueurs espèrent néanmoins aller au bout des trois tours de compétition, contrairement aux deux années précédentes, où le classement avait été arrêté au bout de 36 trous. La raison ? Gewitter.

German Girls : de l’expérience et de la nouveauté

L’escouade des jeunes Françaises compte pas moins de 11 unités. Elle est emmenée par Lucie Malchirand (RCF La Boulie), Candice Mahé (Dinard) et Adéla Cernousek (Cannes-Mougins), qui disputeront en parallèle le trophée des nations. Un mélange d’expérience et de nouveauté, puisque seule cette dernière participe à l’épreuve pour la première fois, tandis que ses deux congénères avait terminé dans le top 25 l’an dernier.

Loïs Lau (Fontainebleau) et Emma Boehly (Golf Club des Bouleaux) sont également des revenantes, puisqu’elles avaient disputé l’édition 2017. En revanche, Clémence Martin (Paris Country Club), Alizée Vidal (Golf Club de Toulouse), Éléonore Hubert (Golf Club de Lyon), Camille Banzet (Golf Club de Strasbourg), Zoé Allaux (Golf Club de Toulouse) et Inès Dakiche (Chantilly) font leurs débuts.

« Le niveau étant élevé, je suis plutôt là pour acquérir de l’expérience, confie Zoé Allaux. Je suis assez bien au long jeu, et j’ai travaillé mon putting, car il est laborieux en ce moment. »

« J’ai beaucoup joué dernièrement et mon swing s’est déréglé, livre pour sa part Clémence Martin. Je vais le rerégler. »

« Les joueuses qui jouent ici pour la première fois sont là pour continuer à prendre de l’expérience dans les tournois internationaux, souligne Mickaël Mahéo, responsable du Pôle France Girls, présent sur place. En revanche, des joueuses comme Candice ou Lucie, qui en plus jouent bien en ce moment, ont des objectifs forcément un peu plus élevés. »

German Boys : Laussot et Muller espèrent récidiver

Neuf Boys français sont engagés cette semaine en Allemagne.

Chez les garçons également, cette édition 2018 compte son lot de sang frais parmi les neuf Français au départ. Si Aymeric Laussot (Paris Country Club) et Nicolas Muller (La Wantzenau) rempilent (le premier avait fait top 10 en 2017, et le second top 20), les autres sont des nouveaux dans ce tournoi.

Charles Larcelet (Golf de la Forêt d’Orient), Marin d’Harcourt (Saint-Cloud), Théo Boulet (Chantilly), Valentin Peugnet (Metz-Cherisey), Alexandre d’Aurelle de Paladines (Saint-Nom La Bretèche), Maxime Legros (Dinard) et Elliot Anger (Saint-Donat) font leurs débuts en terre allemande. Ces deux derniers seront particulièrement heureux de prendre le départ jeudi matin, leurs sacs et leurs clubs n’étant arrivés sur place que mercredi en fin de journée, après une erreur d’aiguillage à l’aéroport, mardi.

« Ces dernières semaines, je ne me suis pas beaucoup entraîné à cause de mes oraux de bac, explique Maxime Legros. Donc j’arrive ici pas très bien préparé. C’est pour ça que cette semaine, mon objectif est juste de jouer au golf, et de taper un coup après l’autre, avec toujours la même application. »

« Depuis quelques semaines, notamment à la Murat, je n’ai pas bien joué, mais j’ai énormément travaillé avec mon coach Christophe Estermann, et j’ai pris un peu de repos en rentrant voir ma famille, indique Valentin Peugnet. Je n’ai jamais joué ce tournoi avant, je n’ai donc pas vraiment connaissance du niveau de jeu, je ne peux pas me donner d’objectif de classement. Je veux faire de mon mieux et prendre plaisir. »

« En ce moment je joue bien au golf, se satisfait Nicolas Muller. J’ai un très bon long jeu, mais un putting assez moyen, ce qui me prive de très bon score. Je n’ai pas d’objectifs de classement ou de scoring, mais plutôt des objectifs liés au mental, sur lequel j’ai travaillé cet hiver. »

Des parcours qui privilégient l’offensive

Garçons et filles joueront tous sur les deux parcours de St. Leon et de Rot, lors des deux premiers tours du tournoi. Le premier offre des fairways assez larges, donnant la possibilité d’allonger les mises en jeu pour se laisser des petits clubs. Certains par 3 offrent toutefois une belle longueur pour atteindre le green. Sur le Rot, « les mises en jeu sont plus exigeantes », dixit Elliot Anger, et les greens sont plus régulièrement entourés d’eau.

Il faut ajouter à cela que les organisateurs ont effectué une préparation relativement sage du parcours, en laissant les roughs assez ras notamment. « Le scoring sera bas, prédit Mickaël Mahéo. Ils savent qu’il faudra faire des birdies pour bien figurer. C’est une bonne alternance de pouvoir jouer des tournois dans cette configuration. Parfois, le par est un très bon score, et parfois, ce n’est pas assez. En formation, on se fixe souvent sur le par, mais là, ils sont obligés de s’adapter à ce qu’exige le parcours. »

Après le cut... tout le monde joue

Le tournoi présente une formule relativement classique de 54 trous en stroke play, de jeudi à samedi, avec un cut le soir du deuxième tour qui gardera les 45 meilleurs et ex-aequo chez les Boys comme chez les Girls, pour disputer la victoire finale. Petite originalité cependant : tandis que les meilleurs en découdront sur le St. Leon, ceux qui n’ont pas passé le cut joueront un "tour de consolation" sur le parcours Rot.

Par ailleurs, le résultat final du trophée des nations sera connu à l’issue du 2e tour.


Par William LECOQ
30 mai 2018