Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Interligues U12 : faites entrer la relève

Interligues U12 : faites entrer la relève

Quatorze équipes prendront le départ, ce mercredi matin, des Interligues U12, 16e édition, sur le golf de Montpellier Massane. Pour les ligues, cette compétition est le moyen de détecter et d’optimiser la formation de ceux qui sont appelés à jouer les premiers rôles dans quelques années.

Quatorze équipes (comme ici celle des Hauts-de-France) sont présentes pour cette édition 2018. Alexis Orloff / ffgolf
24-27
octobre
INTERLIGUES U12
LIEU : Montpellier Massane, France
CATÉGORIE : U12

>>> L'album photo d'Alexis Orloff

Fini l’air surchauffé du mois de juillet, en lever de rideau du Championnat de France des Jeunes. En cette année 2018, les Interligues U12 ont migré vers les vacances de la Toussaint. Un changement de saison pas si brutal que ça, sur un golf de Montpellier Massane baigné de soleil ce mardi lors de la journée de reconnaissance, à tel point que les joueurs et joueuses cherchaient l’ombre pour peaufiner leur carnet de parcours.

La seizième édition de l’épreuve s’ouvrira donc ce mercredi sur le tracé héraultais, avec quatorze équipes sur la ligne de départ. Pour les ligues, le travail a débuté depuis un bon bout de temps maintenant, entre stages de préparation, rencontres individuelles par exemple lors des Grand prix jeunes, et matches entre ligues.

« Les Interligues, c’est un bilan global de la politique sportive d’une ligue, souligne Ilya Goroneskoul, entraîneur des U12 de la Ligue d’Île-de-France. Notre envie à travers cette compétition est de

Les équipes n'ont pas négligé leur préparation, ni golfique ni physique.

performer, mais aussi de transmettre aux jeunes un savoir-faire, et un savoir-être quant à l’attitude à adopter sur le parcours, vis-à-vis du jeu, du terrain, et du respect des autres. Et puis, dans les compétitions par équipes, il faut connaître ses coéquipiers, avoir une cohésion de groupe. »

Jean-Louis Lignier, président de la Ligue des Hauts-de-France, va même plus loin : « Les Interligues, c’est la plus belle compétitions pour les U12, devant le CFJ. Théoriquement, on a là les futurs champions de France. » Côté sportif, « on est là pour gagner, aller jusqu’au bout, même si on sait que, devant nous, il y aura sans doute Paris ou la Nouvelle Aquitaine. »

Paris vise un quadruplé

Comment, en effet, ne pas considérer la ligue de la capitale comme favorite au moment d’aborder le tournoi, elle qui a remporté les trois dernières éditions, et qui a soulevé huit fois le trophée au total. Mais les oppositions seront présentes, notamment de la part de la Ligue de Normandie, finaliste l’an dernier, ou justement de la Nouvelle Aquitaine. Et puis, dans un champ ayant considérablement fondu du fait de la réforme territoriale depuis quelques saisons, la porte est grande ouverte pour les surprises.

Configuration favorisée de plus par la formule de jeu particulière : après des qualifications en greensome en stroke play, la phase finale se joue certes en match play, mais en comptant non pas le nombre de matches gagnés mais le nombre de trous gagnés au total.

La Réunion fidèle au rendez-vous

L'équipe de la Réunion est la seule venue d'Outre-Mer cette semaine.

S’il est une ligue dont les contours n’ont pas changé, et ne sont pas prêts de le faire pour des raisons bien évidentes, c’est celle de la Réunion, qui assure la seule présence ultramarine de cette 16e édition. « Pour notre petite île, les Interligues, c’est le graal », confie Jean-Philippe Welter, l’entraîneur réunionais.

Qu’importe qu’il ait fallu changer d’hémisphère pour rejoindre Montpellier, la ligue a réussi, grâce à ses sponsors, à réunir le budget nécessaire à ce long déplacement. Et bien sûr, ses joueurs et joueuses ont effectué deux stages de préparation pour être fins prêts le jour J. Restera pour eux à s’adapter à la végétation du terrain, nettement différente de celle des tropiques et sa fameuse herbe "kikuyu", très dense et accrocheuse. « Ici, les roughs, pour nous, c’est le bonheur », sourit Jean-Philippe Welter.

Que ce soit à sa végétation, à son tracé ou à ses obstacles, charge à toutes les joueuses et tous les joueurs de ces Interligues de s’habituer au parcours de Montpellier Massane, car il sera leur compagnon quotidien jusqu’à la finale de samedi.


Par William LECOQ
23 octobre 2018