Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Trophée Michel Carlhian : Trey et Vaillant en quarts

Trophée Michel Carlhian : Trey et Vaillant en quarts

Nathan Trey et Tom Vaillant sont les deux Français survivants de la première journée de match play. Le premier a dû s’employer à deux reprises pour s’en sortir, quand le second a montré beaucoup de maîtrise. Il seront sur le départ dimanche matin, tout comme six Français qualifiés pour les quarts de finale du Trophée Pierre Massie.

Nathan Trey a dû batailler, mais il n'a rien lâché dans les moments cruciaux.
18-22
avril
INTERNATIONAUX DE FRANCE U18 GARÇONS TROPHÉE MICHEL CARLHIAN ET TROPHÉE PIERRE MASSIE
LIEU : LES AISSES GOLF, France
CATÉGORIE : U18

Le résumé des seizièmes

Il fallait être là, peu après 8 h samedi matin, pour le croire : oui, il y a eu quelques gouttes de pluie sur le Trophée Michel Carlhian 2019. Tout juste assez pour baptiser une phase de match play dans laquelle sept Français s’étaient fait une place, car pour le reste, la météo est repartie sur le même schéma de franc soleil et de vent sec.

Parti le premier parmi les Tricolores dans les seizièmes de finale, Nathan Trey (Biarritz) a vite montré qu’il allait être l’un des facteurs de suspense de la journée. Après le gain des trois premiers trous, il s’est fait remonter par le Suisse Nicola Gerhardsen, qui allait ensuite passer tout le retour en tête. 1 down au départ du 17, le Basque a vu rouge : birdie très solide sur ce par 3, puis gain du match sur le 18, son adversaire ayant égaré son drive à droite.

Juste derrière lui, Hugo Archer a, en revanche, dû composer avec un putting délicat. Tant et si bien que le joueur de Cissé-Blossac, après le gain du 1, a lentement cédé du terrain au Norvégien Michael Alexander Mjaaseth, pour s’incliner 4&2.

Même destin pour Hugo Lari (La Grange aux Ormes), battu 4&2 par le puissant Allemand Philipp Katich. La troisième et dernière élimination française de la journée, celle d’Alexandre Bauduin (Biarritz), 4&3, signifiait dans le même temps la deuxième qualification, puisque son adversaire n’était autre que Tom Vaillant (Saint-Donat).

Le pensionnaire du Pôle France Boys a fait preuve d’une maîtrise similaire à celle d’Alexandre d’Aurelle de Paladines, vainqueur 3&2 de l’Autrichien Mikkel Schmitt. Celui qui a eu finalement le plus de fil à retordre a été Elliot Anger, qui a dû s’en remettre à un 19e trou pour venir à bout de l’Allemand Felix Krammer. Il faut dire que le joueur de Saint-Donat, pourtant 2 up après deux trous, a fait quelques cadeaux au camp adverse, notamment trois putts sur le green du 18, là où deux auraient suffi. Mais l’essentiel était acquis : une qualification en huitièmes.

Le résumé des huitièmes

Le Français à avoir brûlé le moins de calories sur le parcours ce samedi est incontestablement Tom Vaillant. Comme contre Bauduin le matin, il a maîtrisé le Slovaque Pavol Mach en début de partie, pour appuyer sur l’accélérateur à partir du 7. Il pliait l’affaire au 15, 4&3.

« J’ai refait le même plan que pendant les strokes, note celui qui a terminé la qualification à la 4e place. J’ai réussi à garder la bonne attitude, et à ne pas faire d’erreur. Pourtant, c’était vraiment dur d’arrêter les balles sur les greens, ça roulait beaucoup. »

Pour Nathan Trey, même si le résultat à la fin de la journée s’est avéré être le même, le chemin a été plus tortueux. Le Biarrot avait néanmoins fait le boulot, après un début de partie équilibré. Le gain du 11 puis celui du 12 lui ont permis de passer 2 up, avantage perdu au 13 mais regagné au 15. Mais un coup de malchance au 16 (une balle retrouvée une trentaine de secondes après la fin du temps imparti) a remis le Néerlandais Benjamin Reuter dans la partie, tant au score que dans la tête.

Le même Reuter qui s’en allait ainsi quérir un birdie plein d’autorité au 18, pour emmener le match en prolongation.

Mais les birdies autoritaires, au Pays Basque, on sait aussi en faire. Sur le par 5 du 1, Nathan Trey rentrait son propre putt pour mettre fin à un match très accroché.

Pour les deux autres Français, la fortune a été différente. Dans le match d’Alexandre d’Aurelle de Paladines, elle a même été franchement dans le camp de Philipp Katich, Germain puissant mais prompt à se mettre dans la délicate fenêtre à moins de 100 m du green.

Preuve apportée au 18, où une vilaine gratte de l’Allemand remettait le joueur de Saint-Nom dans le coup. Mais c’était sans compter sur le mât du 18, qui précipitait ensuite l’approche de Katich dans le trou, alors qu’elle se destinait à l’arrière du green. Ceci étant, le Français avait laissé passer une franche occasion d’égaliser sur le 17, en loupant à moins de 2 m.

Pour Elliot Anger, déjà en délicatesse le matin, la tâche s’est avérée trop ardue face au Norvégien Baard Skogen. Usé physiquement, le joueur de Saint-Donat s’est accroché, mais a cédé au 14, 6&4.

Le tableau des quarts de finale

Le résumé du Trophée Pierre Massie

Il y aura beaucoup de bleu-blanc-rouge, samedi matin, sur le second tableau, celui regroupant les meilleurs U16 ayant loupé le cut. Seuls les huitièmes de finale ont été jouées, mais elles ont permis à six Français de garder une chance de soulever un trophée cette semaine : Paul Beauvy (Pléneuf Val-André), Balthazar Duclos (Saint-Cloud), Théo Boulet (Chantilly), Arthur Genest (Touraine), Toméo Tissot (Aix Marseille) et Martin Couvra (Dolce Frégate).

Le tableau des quarts de finale du Trophée Pierre Massie.

Le coup du jour : Paul Beauvy pleine boîte

« J’avais jamais fait de trou-en-un ! », lançait un Paul Beauvy aux yeux écarquillés à la sortie de son match face à Louis Pilod (Golf Club de Lyon). Vu l’emploi du plus-que-parfait par le joueur de Pléneuf, vous l’avez deviné : au par 3 du 7, son coup de fer est allé se loger directement au fond du godet. Une belle pierre dans la construction de sa victoire, 3&1.


Par William LECOQ
20 avril 2019