Accueil / Actus / Amateur / Jeunes / Trophée Michel Carlhian : sept Français passent le cut

Trophée Michel Carlhian : sept Français passent le cut

Elliot Anger, meilleur Français, a terminé deuxième de la qualification. Le joueur de Saint-Donat a signé une carte de 73 (+1), et décroche une médaille d’argent en finissant cette phase de stroke play dans le par total. Place dès samedi à la phase de match play, dans laquelle sept Français défendront leurs chances, tandis que 12 autres disputeront le Trophée Pierre Massie.

Elliot Anger a décroché la deuxième place de la qualification. ffgolf
18-22
avril
INTERNATIONAUX DE FRANCE U18 GARÇONS TROPHÉE MICHEL CARLHIAN ET TROPHÉE PIERRE MASSIE
LIEU : LES AISSES GOLF, France
CATÉGORIE : U18

Le résumé

Il a fait beau, il a fait chaud, mais surtout il a fait sec, très sec. Une aridité propice à durcir et accélérer les greens des Aisses, et du même coup à tarir un flot de birdies déjà maigre jeudi, lors de la première journée des Internationaux de France U18.

Pour ce deuxième acte qualificatif du Trophée Michel Carlhian, ce vendredi, l’enjeu était avant tout d’intégrer les 32 places qualificatives pour la phase de match play, mais également d’aller chercher une éventuelle médaille en tête du classement.

Celle en or est revenue en fin de compte au Néerlandais Benjamin Reuter, auteur d’une belle carte de 70 (-2), la meilleure de la journée, le plaçant dans le par total. Le départage lui permet de terminer

Alexandre d'Aurelle de Paladines a livré une journée solide, conclue dans le par.

devant l’Allemand Philipp Katich, troisième et médaillé de bronze, et surtout devant Elliot Anger, qui termine deuxième et meilleur Français, grâce à une carte de 73 (+1).

Les Français

Aucun problème, donc, pour le joueur de Saint-Donat, qui franchit aisément le cut. Pareil pour son camarade de club Tom Vaillant, qui signe la meilleure carte tricolore du jour en 72 (par), et termine en 4e position à +1.

Cinq autres Français franchissent le cut, qui est remonté jusqu’à +7, à la faveur du durcissement du parcours. Nathan Trey (Biarritz) signe lui aussi une carte dans le par (72), ce qui le porte à +4 total, en 16e position. Grâce à un birdie au trou n°18, Alexandre d’Aurelle de Paladines franchit le cut… du moins, c’est ce que suggère la lecture de sa carte de score. En réalité, le joueur de Saint-Nom, parti du 10, s’est fait quelques sueurs froides après un bogey au 9 (son véritable dernier trou), mais s’est vite rassuré : son 72 (par) et son total de +5 le mettent 19e.

Hugo Archer (Cissé-Blossac), qui a signé quant à lui un 71 (+1), remonte jusqu’au 24e rang, à +6. Enfin, Alexandre Bauduin (Biarritz) et Hugo Lari (La Grange aux Ormes) ont profité du départage effectué à la 29e place à +7 pour prendre deux des derniers tickets. Il leur a fallu pour cela signer des 74 (+2).

Les joueurs : Elliot Anger et Tom Vaillant

Certes, le membre le plus chevelu du duo de Saint-Donat est reparti vendredi soir avec une médaille de plus sur le torse que son régulier partenaire de foursome. Mais Elliot Anger et Tom Vaillant ont livré des performances très similaires lors des qualifications, qu’ils ont traversées dans une sérénité devenue un luxe parmi le champ de joueurs.

Parti vendredi en début d’après-midi, une vingtaine de minutes avant Anger, Tom Vaillant s’est mis dans le ton avec un birdie au 1, avant un double au 2, puis un nouveau birdie au 4. Un birdie au 13 et un bogey au 18 sont les seules colorations de son retour.

La carte de Tom Vaillant dans ce deuxième tour.

« Jeudi après-midi, j’ai travaillé pendant une heure et demie sur la vitesse des greens, parce que je ne l’avais pas, raconte Tom Vaillant. Du coup, j’ai rentré plus de putts, et j’ai été plus solide sur les petites distances. Mais ce matin, avant la partie, j’avais quelques vertiges, je n’ai pas pu taper trop de balles. Je voyais flou sur les premiers trous, mais à la fin ça allait mieux. »

De son côté, Elliot Anger a lui aussi fait birdie dès le 1, puis bogey au 2, avant d’empocher des birdies au 6 et au 8, pour figurer en tête du classement provisoire.

Au retour, un peu de fatigue est venue se mêler de la partie, ce qui l’a poussé a concéder trois bogeys.

La carte d'Elliot Anger dans ce deuxième tour.

« J’ai essayé de garder le même rythme par rapport à la première journée, explique Anger. Aujourd’hui (vendredi), le putting n’était pas trop présent, donc j’ai eu du mal à concrétiser au retour. Mais je suis content d’avoir fait ces scores. Je ne réfléchissais pas à grand-chose, j’ai juste joué, en essayant de faire le meilleur coup possible à chaque fois. Depuis la Mouchy, je suis heureux sur le parcours, je ne m’énerve pas trop, ça fait du bien. »

Pour l’un comme pour l’autre, à partir de samedi matin et des seizièmes de finale, un autre tournoi commence.

Le Trophée Pierre Massie

Les meilleurs U16 à ne pas avoir franchi le cut figurent comme traditionnellement à partir de samedi dans leur propre tableau de match play. Parmi les 16 joueurs retenus, douze Français tenteront de décrocher le Trophée Pierre Massie : Paul Beauvy (Pléneuf Val-André), Louis Pilod (Golf Club de Lyon), Toméo Tissot (Aix Marseille), Balthazar Duclos (Saint-Cloud), Oihan Guillamoundeguy (Hossegor), Valentin Luna (Le Golf National), Théo Boulet (Chantilly), Joseph Linel (Biarritz), Antoine Le Mée (Nantes Île d’Or), Arthur Genest (Touraine), Martin Couvra (Dolce Frégate) et Gaspar Glaudas (Aix Marseille).

Le Trophée des nations

Grâce à une solide deuxième journée, l’équipe 1 italienne termine avec un total de +3. Le départage en leur faveur par rapport à l’équipe de Suisse 1 permet à Matteo Cristoni, Pietro Bovari et Lucas Nicolas Fallotico de décrocher la timbale.

L’équipe de France 2, avec Tom Vaillant, Nicolas Muller (77) et Raphaël Le Bot (79) termine à la 6e place à +8. La première triade tricolore, constituée par Nathan Trey, Claude Churchward (75) et Charles Larcelet (79) termine un coup plus loin, à la 8e place.

Le coup du jour : Joseph Linel… pour le par

87e de la qualification à +14, Joseph Linel a décroché sa place pour le tableau de la Pierre Massie. Il a surtout posté ce vendredi un par d’anthologie sur le par 4 du 14. Mal embarqué après avoir loupé sa mise en jeu fort à droite, il s’est emballé sur le recentrage joué sous les branches basses d’un arbuste, finissant dans un bunker. Puis a eu du mal à négocier la sortie, restant une bonne dizaine de mètres court du green. Bon, sachant qu’il a fait le par, vous devinez la suite : approche dans la boîte, et large sourire pour le joueur de Biarritz.


Par William LECOQ
19 avril 2019