Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Augusta National Women's Amateur : Malchirand n’attend que ça !

Augusta National Women's Amateur : Malchirand n’attend que ça !

Avec Pauline Roussin-Bouchard et Candice Mahé, Lucie Malchirand sera l’une des trois Françaises engagées dans ce tournoi. Ce deuxième épisode est donc consacré à la joueuse de Marseille La Salette, plus qu’impatiente d’aller croiser le fer à Augusta.

Privée du ANWA l'an dernier à cause de la Covid-19, Lucie Malchirand va vivre une expérience unique cette année. Crédit / GTGA
31 mars
3 avr.
AUGUSTA NATIONAL WOMEN'S AMATEUR CHAMPIONSHIP
LIEU : Augusta National / Champions Retreat, États-Unis
CATÉGORIE : Toutes catégories

Performer sans trop s’émerveiller

S’il y a bien un tournoi coché comme primordial sur le calendrier de Lucie Malchirand, c’est celui-ci. Déjà surexcitée à l’idée de participer à l’Augusta National Women’s Amateur l’an dernier, la pandémie l’avait malheureusement privé de l’un de ses rêves. Mais cette année c’est la bonne, à partir de mercredi la Française sera bien sur place pour enfin marcher sur des fairways d’un autre monde : « Le tournoi en lui-même est juste énorme. Accéder à cet endroit unique c’est une réelle chance et puis ça met en valeur l’image de la femme dans le golf. Maintenant sur l’aspect sportif ça reste une compétition comme une autre avec une gagnante et des perdantes. Et autant dire que je ne vais pas là-bas pour faire de la figuration. »

Le mot d’ordre pour la semaine : excitation. Mais attention, une excitation mesurée car même si Lucie n’attend que ça, elle s’est avant tout préparée pour gagner. 19e joueuse mondiale au ranking amateur, la Tricolore a bien lancé sa saison en Espagne se hissant jusqu’en demie des Internationaux. Derrière, elle s’est accordée du repos, avant de reprendre le boulot en compagnie de Benoît Ducoulombier.

En confiance en ce moment, sa fraîcheur et son dynamisme seront de sérieux atouts pour cette semaine. Elle qui respire, mange et transpire Augusta depuis qu’elle est arrivée sur place : « On est arrivé la semaine dernière pour avoir le temps de se remettre du décalage horaire. Je me sens vraiment bien dans ma tête et dans mon golf. Jusqu’au début du tournoi je vais m’entraîner dans le coin. J’ai juste trop hâte d’y être et de taper les mêmes coups que Tiger (rires). Tous les jours depuis notre arrivée on passe devant et je cherche un stratagème pour escalader la barrière. Plus sérieusement, je suis tellement curieuse et excitée à l’idée de jouer ici. Je suis impatiente de voir ça. »

J’ai envie de "kiffer" le moment, de prendre un maximum de plaisir tout en gardant à l’esprit que je suis là pour être compétitive. Faudra trouver le juste milieu entre la contemplation et la concentration.

Lucie Malchirand, quelques jours avant l'entrée dans le grand bain. 

Sans pression mais avec de l’implication

« Je pense que ça ne sert à rien d’en faire des tonnes. Certes c’est Augusta. Certes c’est exceptionnel de jouer dans ce temple du golf. Mais avant d’y aller il faut d’abord passer par l’autre parcours »,  a déclaré la Française.

Lucide sur le poids que représente cette épreuve, elle ne se projette pas pour autant. En effet, avant d’avoir la chance de jouer sur le tracé de L’Augusta National, il faut d’abord passer par deux tours sur le parcours voisin de Champions Retreat. Deux jours qui servent de qualifications pour disputer le dernier round sur le dessin du Masters.

Forte de son expérience de l’US Open 2020, Malchirand veut aborder le ANWA sans pression. Même si le terrain sera bien préparé, même si le champ de joueuses sera plus étoffé, elle connaît ses forces et son envie prend le dessus. Bien décidée à fièrement représenter le drapeau tricolore, Lucie aime cette ambiance compétitive : « C’est dans ce genre de tournois que je vais progresser. Même si je suis jeune, que je n’évolue pas aux Etats-Unis, j’ai la niaque avec moi et en y mettant du cœur je peux faire quelques chose de bien. Je ne me suis pas imaginer des choses avant d’y être. Je veux juste vivre mon ANWA à moi et jouer mon meilleur golf. »

Les intentions sont claires, à l’image de sa personnalité franche et incisive. Et même si elle ne fait pas partie des favorites, elle sera à n’en pas douter une joueuse à surveiller.


Par Romain MURAILLE
29 mars 2021