Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Championnat d’Europe individuel dames : Delphine Bourson la pionnière

Championnat d’Europe individuel dames : Delphine Bourson la pionnière

Battue en play off par la Belge Florence Descampe à Pedreña en 1988, la joueuse de St Nom-la-Bretèche est devenue la première Française championne d’Europe trois ans plus tard en Autriche.

Delphine Bourson, championne d’Europe individuelle 1999, entourée de Sandrine Mendiburu (2e) et de la Hollandaise Mette Hageman (3e) DR
20-23
juillet
CHAMPIONNAT D'EUROPE INDIVIDUEL DAMES
LIEU : GOLF DE SAINT-GERMAIN, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

« On apprend peu par la victoire mais, beaucoup par la défaite. » Ce vieux proverbe japonais, Delphine Bourson a pu le vérifier tout au long de sa magnifique carrière. Vainqueur des Internationaux d’Espagne, championne de France juniors en 1987 et déjà victorieuse à deux reprises de la Golfers’ Club avec son club de St Nom-la-Bretèche, la Francilienne, âgée de 19 ans, s’était retrouvée en tête du championnat d’Europe individuel l’année suivante sur le parcours de Pedreña, si cher à Severiano Ballesteros, l’enfant du pays.

Toujours leader au cours de la dernière journée, la Française fut rejointe à la première place par la Belge, Florence Descampe, auteure d’un 67 au quatrième tour pour un total de 289. Les deux amies poursuivirent alors la compétition par un play off sur cinq trous : « J’ai concédé un bogey sur le premier et je n’ai pas réussi à combler mon retard, explique-t-elle. Je me suis dit : tu as peut-être loupé quelque chose. Mais, je me suis aussi rendue compte que j’étais capable de gagner un tel tournoi. Cette défaite a décuplé ma motivation à m’entraîner davantage. Pourtant, j’étais déjà une grosse travailleuse. Je me suis investie à fond en étant certaine que je parviendrais à obtenir ce titre. »

Sélectionnée en équipe de France dames en 1989, Delphine Bourson et ses partenaires (Cecilia Mourgue d’Algue, Sandrine Mendiburu, Sophie Pfeiffer, Valérie Pamard et Caroline Bourtayre) offrirent à leur pays le cinquième sacre européen de son histoire sur le parcours de Pals sur la Costa Brava : « Une énorme performance », reconnaît la joueuse de St Nom. L’année suivante, Delphine Bourson remporta la première de ses deux coupes de France (90 et 91) avant de devenir championne du monde universitaire. Mais, c’est sur les fairways du Canoe Brook Country Club dans le New Jersey qu’elle allait s’illustrer à l’occasion de l’US Women’s Amateur en atteignant les demi-finales, vingt-et-un ans après le triomphe de la grande Catherine Lacoste dans cette prestigieuse épreuve. Elle s’inclina face à l’Américaine Pat Hurst, la future championne.

Delphine Bourson domine le championnat d’Europe en 91

Ayant ajouté une ligne supplémentaire à son merveilleux palmarès avec une troisième victoire à la Golfers’ Club en ce début d’année 91, Delphine Bourson se lança à la conquête du championnat d’Europe individuel sur le parcours autrichien de Schönborn. Durant les trois premiers tours, la Française surclassa la concurrence : « J’ai véritablement volé pendant trois jours, confirme-t-elle. Il ne pouvait rien m’arriver. Jamais, je n’avais ressenti de telles sensations sur un parcours. Mais, au dernier tour que je partageais avec Sandrine (Mendiburu), il y a eu pas mal de turbulences. Le temps s’était gâté et le vent balayait le Schönborn Country Club. Grâce à ma niaque et mon envie de décrocher cette médaille d’or, je me suis accrochée jusqu’au bout pour conserver trois coups d’avance sur Sandrine et sur la Hollandaise Mette Hageman. J’étais très heureuse car mes parents étaient venus m’encourager. Je leur dois beaucoup pour ma carrière. Un titre individuel est un accomplissement personnel mais, rien ne vaut une victoire en équipe. Ce sont celles qui m’ont procuré les plus grandes joies et les plus beaux souvenirs. »

Une victoire au 19e trou contre Annika Sorenstam

Auréolée de ce succès européen, Delphine Bourson traversa à nouveau l’Atlantique en direction du Kansas pour disputer l’US Women’s Amateur, organisé sur le parcours du Prairie Dunes Country Club.Troisième meilleur score de la qualification, elle franchit les premiers tours sans encombre avant de retrouver en huitièmes de finale la championne NCAA, une certaine Annika Sorenstam ! Cette confrontation donna lieu à un match fantastique d’intensité et de suspense. “Dormie“ au départ du 17, la Française réduisit l’écart à la faveur d’un birdie sur ce trou et bénéficia d’un bogey de la Scandinave au 18 pour égaliser ! Sur le premier trou du play off, Annika Sorenstam concéda un nouveau bogey après un drive égaré offrant ainsi la qualification pour les quarts de finale à la joueuse de St Nom. Le lendemain, cette dernière fut éliminée par la Texane Martha Leach.

Au cours de la décennie suivante, Delphine Bourson remporta quatre nouvelles Golfers’ Club avec ses amies de St Nom-la-Bretèche tout en poursuivant de brillantes études universitaires  : « Après le baccalauréat, j’ai intégré une école de commerce française, l’EPSI - Groupe Essec car je n’ai jamais souhaité partir aux Etats-Unis, indique-t-elle. Tout le monde disait que les études et le sport de haut niveau n’étaient pas compatibles en France. J’ai voulu relever ce défi pour démontrer le contraire. Car, pour moi, le sport est la plus belle école de la vie. Ensuite, j’ai enchaîné sur une maîtrise de gestion du Sport à Dauphine. Tout ce que j’ai vécu dans ma carrière de golfeuse m’a beaucoup aidée par la suite dans ma vie professionnelle. » Delphine Drossaert-Bourson gère, aujourd’hui, son propre cabinet de courtier en assurance.

Depuis 1991, quatre Françaises ont succédé à Delphine Drossaert-Bourson au palmarès du championnat d’Europe individuel : Virginie Beauchet en 2003, Jade Schaeffer en 2005, Céline Boutier en 2012 (devant Shannon Aubert) et Agathe Laisné en 2017. L’édition 2022 du tournoi se déroulera sur le parcours de Saint-Germain (du 20 au 23 juillet) : « J’espère de tout coeur qu’une Française puisse conquérir le titre devant son public », conclut la pionnière des championnes d’Europe tricolores.


Par Gérard RANCUREL
18 juillet 2022