Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Internationaux d’Espagne dames : Malchirand et Pinthier en quarts

Internationaux d’Espagne dames : Malchirand et Pinthier en quarts

Ce matin elles étaient 8 Françaises à s’élancer pour une journée marathon sur le tracé du Royal Golf Club Tenerife. Ce soir, après les seizièmes et les huitièmes de finale, elles ne sont plus que deux survivantes.

Lilas Pinthier s'élancera dans le match 4 demain face à Isabel Laulhe. Crédit / La Reina 2020
26 févr.
1 mars
INTERNATIONAUX D’ESPAGNE DAMES COPA SM LA REINA
LIEU : Real Club de Golf de Tenerife, Espagne
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le résumé

Après l’Espagne, la France était ce matin la nation la plus représentée dans ce tableau titre. Mais parmi ces huit Tricolores, certaines ont déroulé tandis que d’autres ont bataillé en vain.

Sur leur lancée des deux premiers tours en stroke play, Lucie Malchirand et Lois Lau n’ont pas tremblé. La première d’abord s’est imposée très largement 7&5 face à l’Espagnole Marta Lopez Echevarria. De son côté Lois Lau en faisait de même en surclassant 5&4 Carla Bernet Escuder en seizième.

Les deux Françaises se sont alors retrouvées pour un duel en huitième l’après-midi et c’est la joueuse de Marseille La Salette qui est sortie gagnante de l’opposition franco-française : « J’ai essayé de rentrer directement dans mon premier match sans tomber dans la comparaison et en respectant mon plan de jeu. Ça a fonctionné après c’est dommage d’être tombée face à Lois mais on a tout donner en huitième et j’ai tiré mon épingle du jeu en jouant dans le par en stroke play. »

Lucie, première qualifiée pour les quarts, a donc montré l’exemple. Elle a vite été rejointe par Lilas Pinthier qui était aussi attendue sur ce tournoi et elle n’a pas planché. La Parisienne a d’abord maîtrisé ce matin en se débarrassant de la Russe Ekaterina Malakhova 3up. Sur sa lancée elle a renouvelé la performance dans l’après-midi en corrigeant 5&3, la coriace Anglaise Euphemie Rhodes.

Elle poursuit donc l’aventure et devient ainsi la seconde Bleue toujours en course vers la Coupe de la Reine: « J’ai gardé ma stratégie offensive tout au long de la journée et ça a marché. Maintenant chaque chose en son temps, il faut que je me focalise sur le match de demain matin et que je garde la même mentalité et on verra. »

Les Françaises éliminées

Pour rappel, passer l’étape des deux tours de stroke play et déjà une bonne performance tant le champ de la compétition espagnole est relevé. Alors pour celles qui se sont arrêtées aujourd’hui, le chemin est déjà brillant.

Un ton en dessous ce vendredi, Emma Falcher, Pyrène Delample et Camille Banzet ont perdu dès les seizièmes. Même chose pour Inès Archer mais la résistance de la Bretonne est à souligner puisqu’elle n’a perdu que 1down face à l’actuel numéro 2 mondial, l’Italienne Alessia Nobilio.

Enfin Zoé Allaux s’était imposée dans la matinée mais elle n’a pas su doubler son succès sur ce tour. Elle s’est inclinée 4&3 en huitième.

La décla

Chaque match est une nouvelle étape, une nouvelle partie où les compteurs reviennent à zéro. Je vais continuer ainsi avec les mêmes objectifs pour la suite du tournoi.

Déclarait Lucie Malchirand en fin de journée.

Les mots du coach : Mickaël Mahéo

« Déjà huit filles dans le cut c’est très bien surtout avec certaines filles pour qui c’était une première de participer à cette épreuve comme Zoé, Camille, Inès ou encore Pyrène. »

« La satisfaction du tournoi c’est la prestation d’ensemble des plus jeunes ! Inès a fait un super match, il fallait qu’elle joue son jeu et elle a fait du Inès Archer sans regarder Alessia qui est quand même une sacrée joueuse ! Ce qui a fait la différence c’est sûrement l’expérience mais Inès s'est bien battue. »

« Lilas fait des gros efforts sur le fait d’être plus offensive et ça marche donc elle voit les résultats de son boulot notamment sur ses deux matchs du jour. Lucie quant à elle monte en puissance. Elle a plus d’expérience et aujourd’hui elle n’a laissé aucune chance à ses adversaires, c’est très encourageant ! Elle dégage une sérénité qui est assez déstabilisante et son statut peut effrayer l’adversaire. »

Le post social 


Par Romain MURAILLE
28 février 2020