Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / South Beach : huit Français passent le cut

South Beach : huit Français passent le cut

Le vent a soufflé fort sur le parcours du Miami Beach Golf Club tout au long de la journée d'hier et balayé les espoirs d’une partie de la délégation tricolore. Auboin, Sale, Chevalier, Muller, Fuchs, Couvra, Charmasson et Vaillant disputeront les deux derniers tours.

Antoine Auboin au South Beach
Eliminé pour un coup l'an dernier, Antoine Auboin s'est qualifié pour les deux derniers tours et ambitionne de finir dans le top 10. Alexis Orloff / FFGOLF
19-22
décembre
SOUTH BEACH INTERNATIONAL AMATEUR
LIEU : Miami Beach Golf Club, Normandy Shores Golf Club (Floride), Etats-Unis
CATÉGORIE : Toutes catégories

Il faut remonter à 2015 pour retrouver huit Français qualifiés pour les trente-six derniers trous du South Beach International Amateur. Cette année-là, Adrien Pendaries avait fini dans le top 10 (8e), un objectif que viseront Antoine Auboin et Julien Sale, vingtième avec un total de 145, à deux coups seulement des quatre neuvièmes.

Après la pluie et le vent du premier tour, les joueurs ont dû s’adapter à un vent encore plus soutenu qui a mis à rude épreuve leur swing et leur mental en ce jour de cut.  

«Il fallait se montrer très patient car ce n’était pas facile avec ce vent changeant selon les trous, assure Antoine Auboin, auteur d’un score dans le par (71). Par moment, on se serait cru au British. Avec des conditions aussi différentes de celles auxquelles nous avions été confrontés lors des reconnaissances, j’ai dû modifier ma stratégie.»

Sur les neuf premiers trous, le Biarrot a pris deux fois trois putts en se faisant surprendre par le grain et les rafales de vent. Il a réussi une "spéciale Auboin" sur le 7 où, après avoir lâché sa mise en jeu dans les arbres, il a tapé un coup de wedge au-dessus des palmiers et atteint le green. Puis, il a enquillé un putt de sept mètres pour son premier birdie.

Julien Sale au South Beach
Malgré un deuxième tour délicat dans le vent, Julien Sale jouera les deux derniers tours.

Passé en 35 (+ 1), il a entamé son retour au pas de charge par deux birdies. 

Au 11, son coup de sandwedge a pitché dans le trou mais, la balle est ressortie. Il a dû réparer les dégâts ! Et, sur le par 5 suivant, un chip-putt lui a offert un nouveau birdie. Se retrouvant à - 1, il a gratté son chip sur un avant-green dont le grain était contre et concédé un bogey.

De nouveau dans le par, il a profité du par 5 du 15 pour se relancer (- 1) avant de rentrer un putt de 2,5m au 16 (- 2). Malheureusement, le Basque a conclu par deux bogeys ramenant son score dans le par : «Sur le par 3 du 17, j’avais 160m pour le drapeau et j’ai tapé un fer 5, c’est dire la force du vent», déclare-t-il. 

En confiance, Antoine Auboin entend grappiller quelques places au cours des deux derniers tours.

Bien placé à l’issue du premier tour sur le parcours du Normandy Shores Golf Club, Nicolas Muller (77) a produit un golf un peu moins performant dans le vent : «Les conditions étaient très dures, confirme-t-il. J’ai commis un peu plus d’erreurs que la veille avec deux balles dans l’eau. Mais, mon putting a été efficace tout au long de la partie. En revanche, le driving et les longs fers l’étaient moins.»

Le joueur de Nîmes Campagne partage la 38e place (147) en compagnie de Guillaume Chevalier (73). Ayant grandi sur le parcours d’Aix-Marseille souvent balayé par un fort Mistral, le vent de la Floride ne l’a pas perturbé plus que ça. Il a été davantage préoccupé par son putting en progrès quand même par rapport à la veille : «Il n’est pas encore exceptionnel mais, je progresse, confie-t-il. J’ai changé de putter il y a deux semaines après un fitting à Memphis. Mais, si je ne démarre pas bien, j’ai beaucoup de mal à chasser de ma mémoire mes mauvais putts. C’est mon problème.»

Après deux échecs lors de ses deux précédentes participations, l’étudiant de Memphis a passé le cut : «C’est déjà une première satisfaction, avec la solidité de mon grand jeu, ajoute-t-il. Je vise désormais une place dans le top 20.» 

Alexandre Fuchs au South Beach
Auteur d'un 77 jeudi, Alexandre Fuchs a signé une carte dans le par et passé le cut.

Une carte dans le par pour Alexandre Fuchs

Au lendemain de son 77, Alexandre Fuchs a bien réagi en signant une carte dans le par (71) : «Ça s’est bien déroulé, admet-il. J’ai accompli un super retour grâce à une excellente gestion des par 5.»

Après des birdies au 10 et au 12, il a réalisé un eagle au 15 en glissant un putt de sept mètres après un coup de fer 6 de plus de 200m avec un vent favorable : «Ce n’était pas facile et je suis vraiment satisfait de mon comportement par rapport à celui de jeudi.»

Pour son premier South Beach, Martin Couvra a franchi l’écueil du cut grâce à deux cartes de 74 : «J’ai très bien joué du 1 au 8 même si j’ai pris deux bogeys à cause d’erreurs de wedging, explique le pensionnaire du Pôle France Boys. Sur les cinq trous suivants, j’ai connu un passage à vide. Mais, heureusement, je n’ai pas été pénalisé grâce à un bon chipping et un bon putting. Sur la fin, je me suis créé quelques occasions franches de birdie mais, je ne les ai pas converties. Je suis très content de jouer ce week-end.»

Clément Charmasson a bien négocié ses neuf premiers trous (34) mais, une balle perdue au 12 sur son attaque de green de ce par 5 lui a coûté un double. Le Toulousain a enchaîné sur un autre à cause d’une balle dans l’eau, puis un troisième au 16 avec une nouvelle balle dans l’eau : «Et, au 18, ma balle est venue se coller contre un tronc ce qui m’a obligé à me recentrer et à conclure par un bogey après mon birdie du 17, indique-t-il. Mais, ma balle perdue au 12 m’a sorti de la partie. C’est dommage car je joue vraiment bien et j’ai raté peu de coups malgré les conditions.»

Tom Vaillant s’est battu jusqu’au bout

Tom Vaillant au South Beach
Tom Vaillant a livré un gros combat pour rester du bon côté de la "cut line".

Malade la semaine dernière, Tom Vaillant était resté alité pendant trois jours. Il a même perdu trois kilos et n’avait pu reprendre les clubs que le 13. Recalé pour un coup l’an dernier, le jeune Azuréen ne voulait pas connaître pareille désillusion et il s’est battu jusqu’au 18 pour se qualifier in extremis (149 après son 75) : «C’était vraiment très dur à cause du vent et des positions de drapeau difficiles, avoue-t-il. Je me suis accroché et battu comme un dingue pour passer le cut. J’étais à + 4 après huit trous avec deux doubles (1 et 6) consécutifs à des balles pluggées. Puis, j’ai "boîté" un chip au 9 qui m’a remis dans la partie. J’ai bataillé jusqu’au 18 pour rester du bon côté de la «cut line».»

Lucas Abrial (tout comme Théo Boulet) l’a franchie dans l’autre sens pour un coup. Troisième au terme de la première journée, la joueur de Bussy a donné trois coups au parcours sur les quatre premiers trous. Toujours + 3 après le 10, il a concédé un quadruple au 11: «J’ai expédié ma première mise en jeu hors limites, raconte-t-il. Sur la deuxième, il y a eu une rafale pendant mon swing et j’ai fait un énorme snap. Ma balle a fini dans l’eau. Ce quadruple m’a mis un gros coup sur la tête. Je n’avais plus de droit à l’erreur.»

Il a ensuite sauvé quelques pars et laissé échapper deux belles occasions de birdies au 15 et au 16 qui lui ont fait mal. Un double au 17 a encore plus compliqué sa situation et le bogey du 18 l’a éliminé.

Les résultats des Français

Miami Beach Golf Club (par 71) : 20. Antoine Auboin 71 et Julien Sale 75 (145), 37. Guillaume Chevalier 73 et Nicolas Muller 77 (147), 47. Alexandre Fuchs 71, Martin Couvra 74 et Clément Charmasson 77 (148), 61. Tom Vaillant 75 (149).

Eliminés (cut à 149) : Théo Boulet 77 et Lucas Abrial 81 (150), Tom Guéant 79 et Elliot Anger 80 (153), Maxence Mugnier 75, Maxence Giboudot 78 et Quentin Debove 81 (154), Aurélien Douce 81 (155), Clément Guichard 76 (156), Mathieu Montagne 82, Tomeo Tissot 82 et Sam Dumez 83 (157), Joachim Poivre d’Arvor 79 et Charles Larcelet 82 (158), Clément Poletti 82 (162).


Par Gérard RANCUREL
21 décembre 2019