Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / The Spirit International Amateur Championship : Les Français en tête

The Spirit International Amateur Championship : Les Français en tête

Les Bleus ont pris la tête du classement général à l’issue de la première journée, avec un score total de -16. Julien Sale et Adrien Pendaries occupent par ailleurs la tête du classement messieurs, ce dernier étant 2e en individuel, grâce à ses sept birdies.

Julien Sale, Candice Mahé, Pauline Roussin-Bouchard et Adrien Pendaries encadrent la coach de l'équipe de France, Patricia Meunier-Lebouc. ffgolf
07-09
novembre
THE SPIRIT INTERNATIONAL AMATEUR CHAMPIONSHIP
LIEU : Whispering Pines Golf Club (Texas), Etats-Unis
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le résumé

Avec la formule originale de ce Spirit, la course au birdie promise a bel et bien eu lieu dans ce premier tour, malgré des conditions pluvieuses sur Whispering Pines. La première et principale bénéficiaire de cette première levée a été nulle autre que l’équipe de France. Les quatre Bleus ont cumulé pas moins de 18 volatiles dans cette première journée, et mènent ainsi la danse au classement général à -16.

Les Français devancent ainsi de deux longueurs la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud, et possèdent déjà cinq coups d’avance sur l’Australie et les Etats-Unis. Avec trois birdies pour Pauline Roussin-Bouchard, et quatre pour une Candice Mahé qui a attendu son retour (les trous 1 à 9) pour appuyer sur l’accélérateur, la partie regroupant les deux dames de l’équipe de France a apporté une belle contribution à la moisson bleue.

« C’était difficile pour nous au début, on n’était qu’à -1 sur les 9 premiers à nous deux, explique Candice Mahé. Mais après, sur les 9 derniers, on a joué -6. »

« On ne voyait pas vraiment ce que faisaient les garçons devant, mais on voyait leurs scores, complète Pauline Roussin-Bouchard. Ça nous motivait d’essayer de les battre. »

Motivation réelle, mais objectif vain : le gros de la récolte (à deux coups près...) est venu de la partie de derrière, où Julien Sale a posté quatre birdies, malgré deux bogeys sur ses quatre premiers trous, et où Adrien Pendaries a surtout rentré sept birdies.

« On a pris un bon départ, on a fait trois birdies de suite, note Julien Sale. On a bien continué ensuite. » « Je crois qu’il faut qu’on continue comme ça, abonde Adrien Pendaries. Ça a bien marché pour nous, ça a marché pour les filles, donc on va se concentrer sur ce qu’on a fait de bien. »

Conséquences logiques : l’étudiant d’Arkansas State et celui de Duke sont également devant à -9 dans le classement des messieurs, avec deux coups d’avance sur l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Adrien Pendaries est par ailleurs deuxième au classement des messieurs, à un birdie de l’Australien Jack Trent.

Les dames, elles, sont également en bonne position dans leur classement, en deuxième position à -7, un petit coup derrière les leaders coréennes.

Les scores des Français dans ce premier tour (en vert les birdies, et encerclés les deux scores retenus sur chaque trou).

Le coup du jour

Un joli chip pour Adrien Pendaries (le deuxième joueur à jouer, au premier plan), sur le 4.

L’œil de la coach : Patricia Meunier-Lebouc

« La formule, qui incite à faire un maximum de birdies, les met à l’aise, c’est certain. Après, ce qui fait qu’ils ont performé aujourd’hui (jeudi), c’est qu’ils ont fait une très bonne préparation et de bonnes recos les deux premiers jours, et je pense que l’état d’esprit est le bon, tout simplement. On a envie de scorer bas, mais le revers de la médaille peut être de se frustrer, de ne pas faire de birdie pendant quelques trous. Là-dessus, ils sont clairs : patience, jouer son jeu, et se donner un maximum d’opportunités. Ils jouent très bien, et il y a une très bonne ambiance dans l’équipe. Les personnalités sont différentes mais complémentaires, les jeux également. On a des attaquants avec Adrien et Pauline, tandis que Candice et Julien sont plus mesurés. Ça permet d’avoir une bonne tactique. »

Le post social

Un leaderboard avec la France en tête, ça fait toujours plaisir à voir.


Par William LECOQ
8 novembre 2019