Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / The Women’s Amateur Championship : 12 Françaises en Irlande du Nord

The Women’s Amateur Championship : 12 Françaises en Irlande du Nord

Le parcours du Royal County Down est le cadre de la 116e édition du plus prestigieux des tournois amateurs individuels européens. Douze Tricolores sont au départ, avec pour ambition de succéder au palmarès à Céline Boutier, dernière Française victorieuse au "British Ladies", en 2015.

Les quatre Girls françaises sont accompagnées cette semaine par Mickaël Mahéo et Gwladys Nocera. ffgolf
11-15
juin
THE WOMEN’S AMATEUR CHAMPIONSHIP
LIEU : Royal County Down, Irlande (pays)
CATÉGORIE : Toutes catégories

Le tournoi

C’est l’année de l’Irlande, en ce qui concerne les événements phares du Royal & Ancient. Avant de voir le British Amateur être disputé à Portmarnock à partir de lundi prochain, puis l’Open Championship se jouer au Royal Portrush en juillet, l’île au trèfle entame ce mardi son triptyque par le Women’s Amateur Championship, ou "British Ladies" le plus souvent dans la bouche des joueuses, sur l’époustouflant parcours du Royal County Down, dans l’Ulster.

La tradition reste la même, à l’aube de ce qui sera la 116e édition : 144 joueuses, qui partiront toutes du 1 lors des deux premiers tours de qualification, avant une phase finale en match play réunissant les 64 meilleures.

Pour le reste, un pur links en bord de mer, des conditions météorologiques pouvant tomber dans l’une des quatre saisons, voire les quatre en une seule journée, et un décorum rappelant des tournois plus gros encore. « Certes, il n’y a pas de tribunes, mais à part ça, ça ressemble vraiment à un British Open », souligne Mickaël Mahéo, responsable du Pôle France Girls, présent sur place.

Les Françaises

Baccalauréat oblige, quelques absences sont à signaler parmi les meilleures Françaises, comme Pauline Roussin-Bouchard, Candice Mahé ou Lucie Malchirand, toutes trois membres du top 50 mondial. Mais les Tricolores ne manquent pas d’atouts pour autant : Elodie Chapelet (Epherra) est de retour sur le Vieux Continent, en provenance de son université de Lamar, tout comme Laura Van Respaille (Bondues), de l’Université du Maryland, Ariane Klotz (Ouenghi) de l’Université du Delaware, Margot Béchadergue (Aix Marseille) de Louisville, et Chloé Salort (RCF La Boulie), de Kent State.

Yvie Chaucheprat (Golf Club de Toulouse), Gala Dumez (Bordeaux Lac) et Charlotte Liautier (Saint-Nom La Bretèche) complètent la partie "dames" de l’escouade française, qui compte en outre quatre Girls : Adéla Cernousek, Alizée Vidal (Saint-Cloud), Lilas Pinthier (Paris Country Club) et Loïs Lau (Fontainebleau), rentrée dans le champ depuis la liste d'attente à quelques jours du départ.

Ces dernières ont notamment préparé ce rendez-vous irlandais pendant quatre jours la semaine passée, en jouant sur Le Golf National et Saint-Germain, deux parcours plutôt typés links. En outre, elles disposeront toutes les quatre, pendant tout le tournoi, d’un caddie local. Le tout sous l’œil, non seulement de Mickaël Mahéo, mais aussi de Gwladys Nocera, devenue coach de l’équipe de France Girls après sa retraite sportive.

Le parcours

Vous prenez un par 4 d’environ 380 m. Vous le placez dans le sens du vent, et vous obtenez un drive-wedge. Vous retournez le vent, et vous voilà face à un par 5. Circonstance typique sur ce links du plus pur style qu’est le Royal County Down, summum d’alliance de beauté et de challenge golfique, avec des mises en jeu extrêmement exigeantes. Petite particularité : les devants des greens sont un peu moins souvent défendus que sur certains autres parcours fétiches du Royal & Ancient. Il est donc probable de voir des joueuses faire tomber leurs balles courtes, pour les laisser rouler. Pour le reste, comment dire… certaines splendeurs ont simplement besoin d’images.

Le parcours du Royal County Down, cadre de cette 116e édition du British Ladies.

L’oeil du staff

Mickaël Mahéo a fait passer ses consignes auprès des Girls pour aborder au mieux ce rendez-vous important : « Il faut faire passer un message de patience, de stratégie et d’humilité. Il va falloir être détaché du score au maximum, pousser le plus loin possible le principe du coup par coup. Pour ce qui est du cadre du tournoi, je pense que les joueuses le prennent dans le bon sens. Elles ont conscience que c’est dur, mais elles sont prêtes à relever le challenge. »

Le post social


Par William LECOQ
11 juin 2019