Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Trophée Golfers’ Club - 1/4 de finale n°4 : le Paris Country Club tout en maîtrise

Trophée Golfers’ Club - 1/4 de finale n°4 : le Paris Country Club tout en maîtrise

Opposée à Bondues dans le dernier quart de finale, le Paris Country Club, tenu en échec lors des foursomes du matin, a fait respecter la hiérarchie sans trembler lors des simples de l’après-midi, pour l’emporter 5-2. Le PCC retrouvera Saint-Cloud, lundi, en demi-finale.

Lou Vrain a apporté deux points à son club, le matin en foursome avec Elsa Ettori-Douard, et l'après-midi en simples. Alexis Orloff / ffgolf
04-08
mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES DAMES 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOLFER'S CLUB
LIEU : Hossegor, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Une statistique suffit à résumer la maîtrise dont ont fait preuve les joueuses du Paris Country Club, dimanche après-midi, lors des simples du quart de finale les opposant à Bondues. Dans l’ensemble des cinq matches, les Parisiennes sont passées au moins 2 up à l’aller. La marque était même de 3 up en faveur de Thelma Beck, face à Eve-Marie Sapin.

Mais, confirmant que toute statistique isolée est imparfaite, elle ne rend pas compte du fait que les joueuses nordistes ne se sont aucunement rendues sans combattre. Ce deuxième fait apparaît plutôt dans le scénario des matches.

Vrain et Ettori-Douard s’y reprennent à deux fois

Lors des foursomes du matin, comme très souvent en match play, il a surtout été question de putting. Chargées de mener le camion des tenantes du titre, Lou Vrain et Elsa Ettori-Douard prennent l’avantage dès le 1 face à Sophie Delfosse et Constance Georgel, les Nordistes manquant le putt pour le par. Les Parisiennes doublent la mise au 3, profitant d’une mise en jeu égarée de leurs adversaires, puis la triplent au 5, les joueuses de Bondues ne pouvant faire approche-putt pour partager le trou.

La dynamique s’inverse au 7, lorsque Lou Vrain doit revenir taper un coup de départ, le drive d’Elsa Ettori-Douard restant introuvable à droite. Le par rentré par Sophie Delfosse fait largement l’affaire pour le gain du trou. Même chose sur le 8, pour ramener l’avantage parisien à 1 up.

Sur le par 5 du 12, les deux équipes voient leur mise en jeu filer dans l’obstacle d’eau à gauche. Cependant, au jeu du point d’entrée, les joueuses parisiennes se retrouvent beaucoup moins bien placées. Après leur troisième coup qui se terre dans un buisson, Lou Vrain est obligée de recentrer en arrière. Les joueuses parisiennes ne peuvent que concéder le trou, ramenant le match all square.

Le tournant survient sur le par 3 du 14. Alors que les deux paires ont sereinement trouvé la gauche du green, les joueuses nordistes encaissent un douloureux trois-putts. Cette fois, Lou Vrain et Elsa Ettori-Douard ne lâchent pas cet avantage, et parachèvent en remportant le 17, et le match, 2&1.

Chloé Caron en pleine chauffe

Dans le deuxième foursome, entre Lilas Pinthier et Rose le Tendre côté PCC, et Chloé Caron et Constance Benoit côté Bondues, le putting serait presque le seul sujet qui vaille pour résumer la partie. Citons seulement un drive légèrement égaré à gauche au 10 par Lilas Pinthier, qui occasionne la perte du trou. Pour le reste, les choses se sont jouées sur les greens, dans une partie qui pourrait être renommée "le festival Caron".

Chloé Caron était redoutable, dimanche matin, putter en mains.

L’ex-étudiante de Baylor rentre un long putt dès le 1 pour partager le trou. Au 3 puis au 4, Lilas Pinthier et Rose Le Tendre manquent deux occasions de se détacher, tout d’abord en prenant trois putts à 5 m, puis en ratant un putt de 2 m pour birdie. Le gain du 5 les fait passer 1 up, mais un nouveau trois-putts au 6 remet le score d’équerre.

Le putter de Chloé Caron, chaud tendance incandescent, revient alors en scène : un putt pour birdie rentré sur le 7, puis un autre sur le 8, bien aidée à chaque fois par de bons coups de fer de Constance Benoit. À 3 down au départ du 11, les Parisiennes réagissent en gagnant le 11 sur un birdie.

Vous croyiez le "festival Caron" fini ? Nenni. Un nouveau putt de 6 m rentré au 12 pour partager le trou, puis un autre pour un par improbable après un recentrage au 16. Plus proche pour le gain du trou, Lilas Pinthier manque son propre putt. Le partage du 17 permet à Bondues de gagner 2&1, et de recoller au score. On vous laisse deviner qui rentre le putt pour la gagne…

« J’étais en confiance, confirme Chloé Caron. Du coup, comme les lignes étaient confirmées par Bruno (Petit, coach de Bondues, NDLR) et Constance, j’avais juste à la pousser dans la ligne. Constance a fait les fers, et j’ai fait les putts. J’aime bien les greens qui roulent vite et qui ont beaucoup de pente. Aujourd’hui (dimanche), les positions de drapeaux étaient plus compliquées qu’au début de la semaine, et je préfère quand c’est comme ça. »

Les simples dominés par les Parisiennes

Comme dit précédemment, lors des cinq simples de l’après-midi, la dynamique n’est plus du tout partagée. Reconduite en première partie, Lou Vrain met à profit les cinq points d’index et les 40 m de longueur de drive qui la séparent de la jeune Kitrie Noé (14 ans) pour l’emporter 5&4. « Tu as bien joué. Continue comme ça », glisse la Parisienne à son adversaire, juste après la conclusion du match.

Dans les trois matchs suivants, plus serrés sur le papier, les Parisiennes prennent également rapidement l’avantage. Lilas Pinthier est 2 up après 8 trous, et pousse son avantage jusqu’à 4 up au départ du 14. Le putt pour le par rentré sur ce par 3 par son adversaire Sophie Delfosse lui permet de prolonger le match, mais sur le trou suivant, son troisième coup arrive dans le rough à droite du green, à un endroit d’où il est presque impossible d’arrêter la balle non seulement au drapeau, mais même sur ce green étroit. La Bonduoise ne peut que concéder le match, 4&3.

Rose Le Tendre porte l’estocade

L’issue globale de la rencontre ne fait alors plus grand doute. Cependant, la résistance des Nordistes ne faiblit pas, et pousse Eve-Marie Sapin, 3 down au départ du 14, à remporter trois trous consécutifs, du 14 au 16, pour revenir square dans son match l’opposant à Thelma Beck. Le sort de la rencontre se scelle définitivement dans le quatrième simple, opposant Chloé Caron à Rose Le Tendre.

Remise de sa frustration matinale sur les greens, cette dernière empoche le 4 sur un birdie, après avoir concédé le 3. Elle poursuit son effort sur le par 3 du 5 pour passer 1 up, puis remporte le 6, Chloé Caron égarant son drive dans les arbres à droite.

Frustrée dimanche matin au putting, Rose Le Tendre s'est reprise l'après-midi.

Les deux joueuses se présentent avec cette marque sur le départ du 15, et Rose Le Tendre prend de nouveau le dessus pour mener 3 up. Sur le par 4 du 16, Chloé Caron envoie son attaque de green sur la droite, près d’un grillage. Elle réussit néanmoins à mettre son approche à 3 m, mais manque le putt pour le par.

De son côté, Rose Le Tendre vit également un trou compliqué, en tapant une grosse branche d’arbre après quelques mètres sur son deuxième coup.  Trouvant le green en trois, elle parvient à faire deux putts pour gagner le match, et donner le point décisif à son équipe. Prévenues, Eve-Marie Sapin et Thelma Beck décident de partager leur match sur le 18, tout comme Clémence Martin et Constance Benoit, qui s’affrontaient dans le dernier match.

« J’ai mieux putté que ce matin, mes drives étaient plus puissants et j’ai mis mes attaques de green plus près des mâts, confie Rose Le Tendre, comparant sa victoire de l’après-midi et sa défaite en foursome le matin. J’avais encore des petits problèmes au putting mais ça allait mieux. J’avais davantage la roule dans les doigts. »

En demi-finale, les joueuses parisiennes retrouveront leurs voisines de Saint-Cloud, qui ont battu Fontainebleau. « On les connaît bien, elles nous connaissent bien, on s’apprécie, donc ça risque d’être un beau match, très accroché », annonce Sylvain Raby, coach du PCC. On ne demande pas autre chose.


Par William LECOQ
6 mai 2018