Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Trophée Gounouilhou (1/4 finale) : Bussy à l’usure

Trophée Gounouilhou (1/4 finale) : Bussy à l’usure

Accrochés dans toutes les parties de la journée, les joueurs de Bussy sont tout de même parvenus à ne pas concéder le moindre match à leurs adversaires lyonnais. Alors qu’ils retrouvent cette année la Gounouilhou, ils affronteront un grand habitué en demi-finale, Saint-Cloud.

Bussy
La paire Douce / Abrial a apporté le premier point de la journée à Bussy Alexis Orloff - Frederic Stevens / ffgolf
27 avr.
1 mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES MESSIEURS 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOUNOUILHOU
LIEU : GOLF DE TERRE BLANCHE, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

Sans être une surprise, la présence de Bussy Guermantes en quart-de-finale de la Gounouilhou ne relevait pas non plus de l’évidence. Reléguée en 2016, l’équipe du golf seine-et-marnais retrouvait la première division avec l’assurance de disposer d’un effectif prometteur, mais sans pour autant figurer parmi les favoris. Impressionnants deuxième de la qualification, les Franciliens avaient déjà réussi leur retour parmi l’élite mais comptaient bien pousser le bouchon un peu plus loin. Opposés au Golf Club de Lyon en quart de finale, ils y sont parvenus moins facilement que le score (5,5 à 1,5) n’y paraît.

Des foursomes indécis...

Lucas Abrial et Aurélien Douce, vainqueurs de leur double 3&2

Ce fut notamment le cas lors des foursomes matinaux. Vainqueur 3&2 de son match, la paire Abrial / Douce n’a fait la différence qu’au cœur du retour. Square après dix trous, les joueurs de Bussy ont enquillé quatre trous consécutifs du 11 au 14 pour filer vers la victoire. Si la doublette lyonnaise Mary / Almeida prolongeait le suspense en empochant le 15, elle cédait finalement sur le par 3 suivant après une mise en jeu égarée dans le faussé protégeant ce green dangereux.

La deuxième match était encore plus indécis, les deux doublettes s’échangeant les amabilités au point qu’aucune n’aura jamais mené plus de 1 Up. En tête au 13, Christophe de Grancey et Jeong-Weon Ko étaient repris au 15, repassaient devant au 16, laissaient leurs adversaires recoller au 17, puis l’emportaient finalement au 18 sur une virgule cruelle du Lyonnais Louis Pilod.

... des simples tout autant

Jeong-Weon Ko

Encore une fois, les résultats des simples ne semblent pas vraiment accréditer la thèse de la victoire à l’arrachée. Mais les « larges » succès de Ko et de Grancey, décisifs pour la victoire de l’équipe, mirent un certain temps à se dessiner.

Aligné dans le premier simple, Ko a même longtemps souffert face à un Dimitri Mary en fusion au putting. Mené dès le 1, le 13e joueur au mérite national a recollé au 6, cédé une nouvelle fois la priorité à Mary dans la foulée. Avant d’accélérer définitivement à mi-parcours : par au 9 pour gagner le trou, puis birdies aux 10, 11, 12 et 14. Son adversaire lyonnais avait beau réaliser des miracles (approche – putt exceptionnel depuis le fond du green du 13 pour sauver le par notamment), il ne pouvait que repousser l’échéance qui arrivait au 16 (victoire 3&2).

La partie de tête reflète assez bien l’ensemble des autres matchs. Souvent en tête, parfois menés, mais jamais de plus d’un trou, les joueurs de Bussy restaient sous la menace d’un improbable retour rhodanien. « On ne s'attendait pas forcément se retrouver à ce niveau en début de semaine même si on l’espérait, raconte Nicolas Foschia, l’un des piliers de Bussy. On a une belle équipe mais ce n’est pas la première fois et les précédentes on s’était fait avoir donc il fallait rester concentré. Pendant toute la confrontation, c’était extrêmement serré. Ça pouvait vite basculer dans l’autre sens et il fallait rester vigilant en permanence. On a réussi à s’accrocher et à poser le jeu. »

De Grancey clôt le suspense

Christophe de Grancey

La délivrance vint finalement de la seule confrontation où il n’y eut pas véritablement match. Dans le quatrième simple, Christophe de Grancey prit en effet rapidement la mesure du capitaine lyonnais Arnaud-Pierre Malinvaud. Mené au 1, il recollait au 2 puis prenait le large sur la fin de l’aller pour virer avec trois trous d’avance à mi-parcours. Avant de boucler l’affaire sur le green du 14 pour une victoire 5&4. Le quatrième point pour l’équipe de Bussy synonyme de victoire. Les trois derniers matchs encore en cours n’iraient pas à leur terme (et sont donc partagés) pour un score final de 5,5 à 1,5.

Qualifié pour les demi-finales, Bussy y retrouvera Saint-Cloud, tombeur de Chantilly (voir article dédié). « On est très content d’atteindre les demis et de tomber contre nos amis de Saint Cloud, se réjouit Nicolas Foschia. J’ai presque envie de dire que tout recommence pour Bussy, on est reparti ! Maintenant on va essayer d’aller jusqu’au bout et on y croit. »


Par Sébastien CACHARD-BERGER
29 avril 2019