Accueil / Actus / Amateur / Messieurs/Dames / Trophée Gounouilhou (demi-finale) : Biarritz au bout du suspense

Trophée Gounouilhou (demi-finale) : Biarritz au bout du suspense

Le champion de France défendra son titre, demain, contre Bussy. Il lui a fallu batailler jusqu’au 18e trou du dernier simple contre Saint-Donat pour décocher sa qualification (4 à 3) et disputer sa deuxième finale consécutive.

Joie des Biarrots
Philippe Larvaron, l'entraîneur de Saint-Donat, salue Nathan Trey sous le regard de ses partenaires, Nicolas Calvet et Alexandre Bauduin. Alexis Orloff / ffgolf
27 avr.
1 mai
CHAMPIONNAT DE FRANCE PAR ÉQUIPES MESSIEURS 1ÈRE DIVISION - TROPHÉE GOUNOUILHOU
LIEU : GOLF DE TERRE BLANCHE, France
CATÉGORIE : Toutes catégories

C’est pour vivre de tels moments d’émotion et de partage que les participants au championnat de France par équipes apprécient autant la Gounouilhou.

La première demi-finale, ayant opposé Biarritz à Saint-Donat, a donné lieu à un grand spectacle avec de multiples rebondissements, des «crèmes renversées» comme les qualifient Philippe Larvaron, l’entraîneur azuréen.

Et ils n’ont pas manqué tout au long de la journée et ce dès les foursomes de la matinée partagés entre les deux clubs (1 à 1). Mais, ce que tout le monde retiendra de cette demi-finale, ce sont les derniers trous du simple entre Nathan Trey et Adrien Montarant.

Dominateur en début de partie (3 up après quatre trous) grâce à deux birdies et un "trois putts" de son adversaire au 4, le Biarrot a stupidement perdu le 6 alors que le Saint-Donatien avait expédié sa balle dans un lac, puis le 9 pour ne plus mener que 1 up. 

Nathan Trey à la Gounouilhou
Malgré la fatigue, Nathan Trey a puisé au plus profond de lui pour remporte son simple.

Au 10, les deux joueurs ont partagé le trou avec un birdie. Adrien Montarant en a réussi un autre au 11 pour égaliser (AS).

Un chip donné de Nathan Trey au 12 lui a redonné l’avantage (1 up) avant de creuser l’écart au 14 grâce à un nouveau birdie (2 up) : «Pour moi, ce fut le tournant du match, commente Philippe Larvaron. Adrien a touché le green en deux et putté pour l’eagle. Malheureusement, il a pris trois putts. Il s’est bien accroché mais, au 18 il était mal placé après sa mise en jeu.»

Nullement abattu par cet échec, l’Azuréen a gagné le 16 et le 17 pour revenir «all square» sous les ovations de ses partenaires.

Sa mise en jeu du 18 a fini dans un rough épais tandis que celle du Biarrot était idéalement placée au milieu du fairway. Il a atteint le green en deux tandis qu’Adrien Montarant a eu besoin de quatre coups. Il lui fallait enquiller le putt pour conserver un mince espoir de partager le trou mais, sa balle n’est pas tombée. Il l’a ramassée ainsi que la marque de son adversaire pour lui signifier qu’il lui donnait le match : «Je suis épuisé mais, heureux du dénouement, confie Nathan Trey. A partir du 11, mon corps m’a lâché. Je tremblais de fatigue. Il n’y avait plus d’essence dans le moteur mais, j’ai tenu. C’était essentiel pour l’équipe.»

«Nous allons disputer une nouvelle finale, apprécie Nicolas Cano. Je suis très content pour eux car ils se sont bien battus. J’espère que notre expérience de l’an dernier nous sera utile, demain. C’est ce que je leur avais dit avant le début de la compétition : se servir de note parcours de l’an dernier pour aller le plus loin possible. Leur attitude a été formidable et je les sens encore plus motivés qu’en 2018. Ils y ont pris goût d’autant que la coupe est rutilante cette année.»

Pour sa quatrième participation (2011, 17, 18 et 19) au championnat de France par équipes de 1ere division, l’équipe de Saint-Donat a franchi un palier supplémentaire en atteignant les demi-finales : «Nous avons fait trembler le champion jusqu’au dernier trou mais, les Biarrots étaient un peu plus expérimentés que nous. Je suis très fier de cette jolie bande de potes formés au club que j’ai vu arriver à l’âge de 3-4 ans.»

Dos à dos après les deux foursomes

La matinée avait donné le ton avec deux foursomes âprement disputés entre Edouard Castagnet - Nathan Trey et Elliot Anger - Tom Vaillant pour le premier, et Antoine Auboin - Nicolas Calvet et Yannick Blazy - Adrien Montarant pour le second.

Eliot Anger et Tom Vaillant
Elliot Anger et Tom Vaillant laissent éclater leur joie après leur succès en foursome.

Menant 5 up après neuf trous, Auboin et Calvet semblaient s’acheminer vers un succès facile. Mais, les deux Azuréens n’ont pas baissé les bras et ont comblé une partie de leur retard grâce à deux birdies (10 et 12) et en profitant d’un bogey de leurs adversaires au 15. Un birdie du double basque au 16 a mis fin au foursome (3&2).

En revanche, le premier ne s’est achevé que sur le green du 18 par la victoire (1 up) des deux Saint-Donatiens. Un par au 3 a donné le premier avantage à Biarritz mais, Elliot Anger a égalisé par un birdie au 4. Les Azuréens ont bénéficié d’un "trois putts" biarrot au 7 pour passer devant au score (1 up). Un birdie des Basques au 11 a remis les deux équipes "square". Les joueurs de Saint-Donat ont perdu leur balle au 12 (1 down). Et, sur le 14, une "gratte" de Nathan Trey a coûté la perte du trou (AS) à Biarritz.

Sur la mise en jeu suivante, Edouard Castagnet a perdu sa balle et les Biarrots ont donné le trou à leurs adversaires (1 down). Elliot Anger a raté un putt pour le par au 16 (AS).

Mais, au 17, Tom Vaillant en a rentré un de six mètres pour le birdie et redonner un trou d’avance à son équipe (1 up) qu’ils ont conservé au 18.

Une égalité parfaite après quatre simples

Parti en n°1, Edouard Castagnet a bouclé son aller avec une courte avance (1 up) sur Hugo Amsallem. Après avoir partagé le 10 avec un birdie, le Biarrot a pris le 11 grâce à un nouveau birdie (2 up). Une balle hors limites de l’Azuréen au 13 a porté le score à 3 up. Un par a suffi au gaucher de Biarritz pour s’adjuger le gain du 14 (4 up). Puis, au 15, après un coup de pitch à cinq mètres du drapeau, il a mis le putt pour le birdie et conclure 5&3. 

A peine le temps de saluer son adversaire, il a couru rejoindre le reste de la troupe biarrote rassemblée autour de la partie de Nathan Trey.

Edouard Castagnet à la Gounouilhou
Edouard Castagnet a gagné son simple au 15.

Elliot Anger avait déjà terminé la sienne (7&5) contre Alexandre Bauduin. Profitant des nombreuses erreurs du Biarrot, le Saint-Donatien l’a distancé (4 up après six trous). Après avoir «égalisé» le 7, le 8 et le 9 (avec deux birdies), il a encore creusé l’écart (5 up) après un "trois putts" du Basque au 10. Il a poursuivi son cavalier seul avec un par au 12 (6 up) et il a conclu par un chip "boîté" au 13.

En leader de l’équipe biarrote, Antoine Auboin a apporté un second point en gagnant son simple (5&4) au dépens de Théo Brizard.

Auteur de cinq birdies et d’un seul bogey (au 4), le Basque a livré une partie solide (3 up après trois trous). Théo Brizard s’est accroché pour revenir 1 down à la faveur d’un birdie au 6. Il en a effectué un autre au 9 après avoir perdu le trou précédent.

Mais, Antoine Auboin a encore haussé son niveau de jeu pour se redonner un peu d’air grâce à des birdies au 10 et au 11 (3 up). Une balle perdue de l’Azuréen au 13 a donné quatre longueurs d’avance au Biarrot (4 up). En position d’eagle au 14, il n’a pas eu besoin de putter, Théo Brizard lui offrant le gain du trou.

Très en forme depuis quelques semaines, Tom Vaillant a produit un jeu performant au cours de son simple contre Mathieu Echelard dominé 5&4.

Tom Vaillant à la Gounouilhou
Tom Vaillant a démontré toute la qualité de son golf en s'imposant en foursome et en simple.

"Square" après trois trous et un birdie chacun, celui du 4 a redonné l’avantage au Saint-Donatien. Il a planté son coup de fer 9 à un mètre au 7 (2 up) alors que son adversaire avait expédié sa mise en jeu dans la forêt. Au 9, c’est un coup de 52° qui a pitché à un mètre du mât (3 up).

Après un bogey de Mathieu Echelard au 10 (4 down), les deux joueurs ont partagé le 11 avec un birdie. Le Biarrot a récidivé sur le 12 (3 down). Mais, un par (au 13) et un birdie (au 14) de Tom Vaillant a apporté un deuxième point en simple à Saint-Donat.

Il leur en manquera un pour faire tomber le champion.


Par Gérard RANCUREL
30 avril 2019