Accueil / Actus / Environnement / Eau : une avancée significative

Eau : une avancée significative

Dans le cadre de son action environnementale, la Fédération a signé mercredi 14 janvier au golf de Orléans-Limère une convention de trois ans avec l'agence de l'eau Loire-Bretagne pour aider les clubs du bassin à la préservation qualitative et quantitative de la ressource en eau.

Le secrétaire général de la Fédération, Gérard Nadot (à gauche) et le directeur général par intérim de l'agence Eau-Loire Bretagne, Bernard Alet.

Engagée depuis 2010 avec la Charte nationale golf et environnement en partenariat avec le ministère en charge de l'environnement, la ffgolf a fait de la gestion de l'eau dans les clubs un enjeu majeur.

L'eau, une priorité

Loin des idées reçues, 90% des golfs utilisent aujourd'hui pour l'arrosage une eau impropre à la consommation humaine, qu'elle soit de surface, souterraines, pluviales, usées et traitées par station d'épuration ou encore agricoles. Seuls 10% des golfs ont recours à l'eau potable.

La consommation a diminué de 14% en moyenne entre 2006 et 2010 témoignant des efforts réalisés par les clubs en la matière. Le contexte économique actuel est délicat car l'augmentation régulière des prix des produits phytosanitaires, des fertilisants et de l'eau pèse de plus en plus sur leur activité.

« La prise de conscience de l'importance de l'eau et des produits phytosanitaires s'est énormément accrue dans les golfs. Aujourd'hui, cette sensibilisation arrive au bon moment. Les clubs ont de moins en moins de doute car la préservation, de par son coût, est une vraie contrainte », explique le secrétaire général de la ffgolf, Gérard Nadot.

Un accompagnement financier sans précédent

C'est pourquoi la Fédération, afin d'aider les clubs à initier des démarches bénéfiques pour l'environnement, s'est rapprochée de l'agence de l'eau Loire-Bretagne qui gère les ressources en eau de 28% du territoire. Les agences de l'eau, établissements publics de l'État perçoivent des redevances auprès de toute personne publique ou privée prélevant ou polluant l'eau. En contrepartie, elles subventionnent toutes les actions visant à améliorer la qualité ou la disponibilité de l'eau.

« Je tenais à signer cette convention car il est bénéfique d'accompagner les gestionnaires de golf à agir en faveur de l'environnement mais aussi de faire savoir à l'ensemble des golfeurs et du grand public en général que l'on peut concilier pratiques sportives de qualité et respect de l'environnement », a déclaré le directeur général par intérim de l'Agence, Bernard Malet, lors de son discours d'introduction.

Parmi les 150 golfs qui composent le bassin, 24 ont déjà déclaré un ou plusieurs projets pour améliorer leur gestion de l'eau. Si leur projet est éligible, ils seront accompagnés administrativement et financièrement par la ffgolf et l'Agence.

Chaque demande doit être effectuée auprès de la ffgolf au travers d'un dossier technique. Si validé, celui-ci est ensuite transféré à l'Agence qui décide des aides à apporter, du montant des travaux retenus et des modalités à fournir. Ainsi, un club pourra bénéficier d'une aide financière de 50% pour la réalisation d'un diagnostic technique préalable à la mise en oeuvre de travaux ou équipements et entre 20 et 50% pour leur mise en place, dans la limite de 200 000 euros d'aide financière.

Cette convention n'est qu'un premier pas. « Cette démarche pourrait inciter les autres agences de l'eau à aller dans le même sens, c'est en tout cas ce que souhaite la ffgolf. Une des priorités aujourd'hui est le bassin de l'Île-de-France, très important en nombre de golfs et en consommation d'eau, et nous travaillons déjà avec l'agence de l'eau Seine-Normandie pour relever ce défi », a ajouté M. Nadot.