Accueil / Actus / Lifestyle / Culture / La petite balle blanche en bulles (1/2)

La petite balle blanche en bulles (1/2)

En cette période de confinement, notre expert et historien Alexis Orloff a concocté pour les mordus de littérature imagée une sélection de bandes dessinées de golf. En voici la première partie.

Le Golf de Mose

Dans le langage « golf » courant, certains mots reviennent comme des leitmotivs. L'on évoque, l'on invoque des concepts et des conseils, en général pour apprendre à mieux jouer. Parmi ces mots, il en est un qui revient très souvent : humilité… Si Arnold Palmer, le Roi en sa personne, nous a apparemment laissé cet adage « le meilleur truc pour abaisser son score est la gomme », il est curieux de constater que le sens de l'humour n'est pratiquement jamais mis en avant. Avant de se croire obligé de sortir la gomme, savoir rire de soi ne serait-il pas le meilleur des trucs ?

1. Raymond Baërt : « Dupont champion de golf »

Dupont champion de golf
Dupont champion de golf 3

Librairie Moderne – Paris, 1913

Parmi les premiers livres de golf édités en France, et il se trouve être un livre d'humour avec une suite de 42 dessins illustrant les tribulations d'un aspirant au jeu qui pense naïvement, dès son intronisation en tant que nouveau membre d'un club, pouvoir en maîtriser les subtilités tant cela lui paraissait facile.

Pourtant le jeu va vite le rappeler à l'ordre, au point de suivre ce pauvre Dupont jouant sa balle dans des endroits invraisemblables et de la voir tomber dans une bouche d'égout. Notons malgré tout la parfaite observance de la règle implacable : jouer la balle où elle se trouve… À ce titre, il mérite indubitablement la coupe de « champion de parcours libre et d'endurance sportive » !

Ayant été parmi les premiers à illustrer les vicissitudes du jeu, on peut s'apercevoir que les tribulations de l'inénarrable Mr Bean au golf ne sont venues que bien après.

2. Baille Hache : « Poum et Patatras font du sport »

Poum et Patatras 2
Poum et Patatras

Berger-Levraut – Paris, 1934

Et oui, nous sommes dans le début des années trente et nos deux jeunes héros peuvent être, malgré leur tout jeune âge, comme des sportsmen émérites. De par leurs caractères fantaisistes et aventuriers, ils goûtent à de nombreuses disciplines.

Il est significatif de constater que la page de garde, montrant la première des 30 planches de l'album, est une illustration de golf. Nous n'aurons pas l'audace de mettre en avant ce document comme preuve irréfutable du golf comme étant véritablement un sport, mais enfin, parmi la boxe, l'équitation, le tennis, l'aviation et d'autres, le golf a bien été choisi pour démontrer les valeurs sportives de nos deux jeunes aventuriers…

3. Léon J. Martin : « Noix de Coco sportsman »

Noix de coco 1
Noix de coco 2

Albin Michel – Paris, circa 1930  Illustrations d'Armand Rapeno

Et oui ! Accident fréquent ! Toujours se mettre en face du joueur prêt à jouer. Toujours ! Habitude qui se perd de plus en plus, au mépris des règles élémentaires de sécurité. Même si le swing a l'air plutôt bon et en souplesse, même si l'on peut excuser le jeune âge du cadet, se mettre derrière est une faute…

4. René Pellos et Corrald : « Les Pieds Nickelés sportifs »

Pieds Nickelés

Hachette – Paris, 2013

Les Pieds Nickelés, c'est épatant. Prêts à tout pour gruger et prendre l'avantage, quelle que soit l'occasion, celle qui fait le larron. Une imagination débordante et un culot sans retenue, même dans le sport ils ont démontré leurs aptitudes. Il est vrai que, toujours, ils filoutent. Mais, sans gagner à chaque fois, donc la morale est sauve.

5. Francis Sapin et Filmore : « Les Golfeurs - Le green ne paie pas »

Les Golfeurs

Bamboo – Charnay-lès-Macon, 2008

Les blagues de golf mises en image. Certaines connues, mais regarder les déconvenues et caractères mis en scène est toujours d'autant plus amusant que l'on ne se sent pas mis en cause soi-même. C'est toujours l'autre… En tous les cas, voilà du vécu….

6. Mose : « Le Golf de Mose »

Le Golf de Mose

Le Cherche-Midi – Paris, 1987

Drôlerie, surréalisme, poésie et golf. Tout cela ne va-t-il pas bien ensemble ? Même s'il a reçu autrefois le grand prix de l'Humour noir, au-delà de la loufoquerie de certaines situations, la charge contre le jeu est légère est drôle.

7. Jean Duverdier : « Le Golf de Duverdier »

Duverdier

Le Cherche Midi – Paris, 1989

« Il faut se méfier des comiques, ils disent parfois des choses pour plaisanter », Coluche. Noté sur la biographie de Jean Duverdier. Qui, malgré ses grands talents de caricaturiste a eu la bonté de ne pas rendre des personnages reconnaissables au golf ! Cela n'enlève rien à la drôlerie de sa mise en scène même si parfois on se retrouve au bord de l'abîme golfique.

8. Mordillo : « Mordillogolf »

Mordillogolf

Glénat – Grenoble, 1987 Avec un tee-off de Roberto de Vicenzo

Mordillo, compatriote de Robert de Vicenzo, nous a quitté l'année dernière. Mordillo avait décrit son sens de l'humour comme dicté par « la tendresse de la peur ». C'est bien vu. Mais à cela il faut ajouter la beauté de son dessin, la justesse et le timing de ses gags. Et, pour des dessins croqués il y a plus de trente ans, une justesse de sa vision sur, entre autres, l'envahissement médiatico-technologique dans la pratique du golf…

9. Napo : « Le Golf »

Napo

Glénat – Grenoble, 1998

Autre compatriote de Roberto de Vicenzo, Napo – de son vrai nom Mongellio Ricci – ne dessinera plus non plus puisqu'il nous a quitté en début d'année 2020. Ses dessins n'ont besoin d'aucune légende. Ils sont drôles et la loufoquerie poétique qui s'en dégage n'enlève rien au côté envisageable d'une situation en apparence irréelle.

10. Philippe Semo : « Golf et Images »

Golf et Images

Éditions Philippe Semo, 1988 – Dessins de P. Reynaud et C. Antonelli

Tout est annoncé : la légende, l'histoire, le terrain, le matériel, l'étiquette, les règles, les compétions, les golfs de France, le handicap, le classement, la leçon, les histoires drôles. Tout cela en bandes dessinées et venant d'un grand connaisseur et vrai amoureux du jeu.


Par Alexis Orloff
2 avril 2020