Accueil / Actus / Mondiaux 2022 / Équipe de France / Mondiaux 2022 : Le mental au service de la performance

Mondiaux 2022 : Le mental au service de la performance

Aujourd’hui indissociable de la réussite dans le sport de haut niveau, la performance mentale n’échappe pas à la préparation des potentiels sélectionnés pour les Mondiaux 2022. Éclairage avec Makis Chamalidis, psychologue du sport auprès de l’équipe de France messieurs.

Les Bleus très attentifs lors d'une séance collective avec Makis Chamalidis. Crédit / ffgolf

Un travail cousu main

Impossible de créer un processus unique qui marche pour tout le monde. Le travail du mental, c’est quelque chose de très personnel. La maturité du joueur entre en compte, sa capacité à réceptionner les conseils et les informations également. Il n’y a pas de science exacte mais plutôt une direction commune à prendre selon Makis Chamalidis. Psychologue du sport spécialisé dans la performance mentale, il intervient auprès de l’équipe de France messieurs tout au long de l’année et guide les Bleus dans leur préparation pour les Mondiaux 2022 : « Chaque joueur à son identité, sa vision personnelle du sujet. La performance mentale n’est pas mathématique mais on peut la traquer. Si on arrive fin août avec les billes qu’il faut, les joueurs sauront exactement ce qu’ils doivent faire. Ils seront prêts pour agir et ne seront pas dans la peur ou dans le “je vais essayer“. Certains sont plus ouverts que d’autres en fonction de leur expérience et c’est pour ça qu’on ne peut pas faire de la prépa mentale à toutes les sauces mais au contraire quelque chose de personnalisé. »

Exploiter les autres disciplines

L'équipe de France messieurs en pleine épreuve à Sotogrande.

L’échéance c’est pour la première semaine de septembre en France, à la maison, avec une pression supplémentaire à gérer : évoluer devant son public. Amené à travers son métier sur différents terrains de sport, Makis a utilisé son vécu pour définir l’un des points les plus importants de la préparation, savoir où mettre les pieds : « L’équipe de France a déjà performé et même gagné en 2010 en Argentine avec une superbe équipe. Cette année, à domicile, il faut qu’on sache où on met les pieds. C’est à la fois un avantage mais aussi un inconvénient car le niveau d’attente est bien plus élevé. J’ai fait plus de 20 Roland-Garros et les stats pour les premières participations ne sont pas bonnes. Il ne faudra donc pas tomber dans le piège et on travaille sur ça évidement. Ça ne veut pas dire que la France ne va pas performer mais il faut qu’elle soit consciente de l’atmosphère spéciale à l’instant-T. »

S’inspirer du monde extérieur et d’autres sports est donc un bon filon à exploiter. Présent à Sotogrande la semaine passée pour l’European Nations Championship, Makis Chamalidis et le staff des Tricolores ont eux aussi travaillé : « Notre staff doit être aligné par son vocabulaire et par son attitude. Sur cette grosse épreuve en Espagne qui se rapprochait énormément des mondiaux par son format, on a fait une visio avec un membre du staff de l’équipe de France de rugby. Il faut qu’on s’ouvre vers l’extérieur, là où il y a de la performance, et on a régulièrement des intervenants qui viennent nourrir notre projet. »

Respecter les valeurs

Être aligné sur les mondiaux avec un groupe qui en veut et qui ne jure que par la performance c’est l’objectif des équipes de France ; que ce soit chez les dames ou chez les messieurs. Pour ça, des valeurs simples et essentielles ont vu le jour tout au long de la préparation. Et si la répétition est bien connue dans l’exercice de la technique golfique, elle est également de rigueur pour le mental : « Depuis qu’on sait que les Mondiaux seront notre grosse échéance de l’année, on leur a demandé de respecter leur identité. Pas besoin de forcer ou de démontrer quelque chose. Il faut juste être soi-même le jour-J. »

Le projet des Bleus repose sur trois idées. Trois idées qui sont martelées et qui doivent s’afficher dans leurs esprits comme une ligne directrice. Elles se résument en un seul mot, “PUR“, qui est devenu au fil du temps un jeu de mot : « Les trois idées sont assez simples. D’abord le P pour Professionnel. Ensuite le U pour Unité et puis le R pour Respect », explique Makis Chamalidis.

Des principes simples pour un objectif simple. D’après Makis Chamalidis, les garçons seront dans les bonnes conditions pour bien figurer aux Championnats du Monde. Reste encore du chemin jusqu’à la fin de l’été pour peaufiner le mental et le rendre aussi tranchant qu’un coup de fer 7 au drapeau. 


Par Romain MURAILLE
6 avril 2022