Accueil / Actus / Pro / Challenge Tour / Challenge Tour Grand Final : Sciot-Siegrist s'en sort bien

Challenge Tour Grand Final : Sciot-Siegrist s'en sort bien

Au terme d'une premier tour disputé dans un vent soutenu, Robin Sciot-Siegrist (71) est le seul des sept Français en lice à pointer dans le par. Condamné à briller cette semaine pour monter sur le Tour, le joueur de Saint-Nom-la-Bretèche n'est qu'à trois coups du leader.

Robin Sciot-Siegrist
Le gaucher est le seul Bleu dans le par ce jeudi à Majorque. Alexis Orloff / ffgolf
07-10
novembre
CHALLENGE TOUR GRAND FINAL
LIEU : Club de Golf Alcanada, Espagne
CIRCUIT : Challenge Tour

Le résumé

Après quatre ans au Moyen-Orient, aux Émirats arabes unis et à Oman, la grande finale du Challenge Tour fait cette année son retour en Europe. C'est sur l'archipel des Baléares, dans l'île de Majorque, que la deuxième division continentale pose cette semaine ses valises, pour la première des quatre éditions prévues en mer Méditerranée. Et sans surprise, l'air marin n'a pas manqué de poser quelques problèmes aux 45 joueurs en lice, déjà bien préoccupés par l'unique objectif de la semaine : terminer dans le top 15 de la Road to Mallorca pour accéder à l'European Tour.

Disputé ce jeudi sous un vent soutenu, le premier tour a frôlé le jeu de massacre sur un parcours du Club de Golf Alcanada déjà exigeant en soi, avec ses greens rapides et ses lignes de jeu compliquées. Seuls sept joueurs sont ainsi parvenus à battre le par 71 du tracé, à commencer par Francesco Laporta, seul leader en 68 (-3). L'Italien, vainqueur il y a trois semaines du Hainan Open en Chine et n° 2 du ranking, devance d'un coup l'Espagnol Sebastian Garcia Rodriguez et le Gallois Rhys Enoch.

Les Français

Des sept Tricolores présents à Majorque, seuls deux sont assurés de monter sur le Tour en 2020. Quatrième de la Road, Robin Roussel a pris un mauvais départ en signant une carte de 76 (+5) qui le laisse 40e, aux côtés d'Ugo Coussaud. De son côté Antoine Rozner, cinquième du classement annuel, a démarré avec un 74 (+3) synonyme de 23e place, à hauteur de Mathieu Fenasse. « J'ai eu ce putt au 7 que j'ai vu partir complètement à gauche, mais la balle est finalement revenue pour trouver le trou. C'était un gros bonus », a-t-il déclaré à notre confrère de Journal du Golf présent sur place. « Mais sinon c'était une journée très compliquée. Le parcours est vraiment dur avec des greens rapides et pentus. Rien n'est simple. »

Si Grégory Havret et Damien Perrier, 33es ex æquo avec des scores de 75 (+4) ont eux aussi souffert, Robin Sciot-Siegrist s'est en revanche bien sorti de cette première ronde piège. Auteur de deux birdies pour deux bogeys, le gaucher formé à Saint-Nom-la-Bretèche a joué 71 (par) et occupe le huitième rang, à trois coups de Laporta. Un départ prometteur pour ce joueur obligé de terminer premier ou deuxième pour intégrer le top 15 dimanche soir. « C'était très, très dur, avoue-t-il. En plus, aujourd'hui il n'y avait pas trop de vent mais c'était quand même compliqué. Les greens sont très rapides, les drapeaux avaient été placés dans les coins. Quand le vent souffle c'est très difficile. Je pensais que l'aller était plus dur mais finalement, c'est sur le retour où j'ai eu le plus de mal. C'est là où sont les trous les plus longs et ils étaient tous vent contre. Je joue dans le par en ayant l'impression de faire -4, -5 », a-t-il indiqué à notre confrère de Journal du Golf.


Par Alexandre MAZAS
7 novembre 2019