Accueil / Actus / Pro / Challenge Tour / Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open (CT) : Un grand cru pour Saint Omer

Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open (CT) : Un grand cru pour Saint Omer

Le Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open s’apprête à vivre à partir de jeudi sa 18e édition sur le Challenge Tour. Une édition particulièrement prometteuse avec un champ de joueurs exceptionnel et des Français en pleine forme en ce début de saison.

St Omer
Qui succèdera au Gallois Stuart Manley vainqueur de l'édition 2018 ?
13-16
juin
HAUTS-DE-FRANCE PAS-DE-CALAIS GOLF OPEN
LIEU : Aa Saint-Omer Golf Club, France
CIRCUIT : Challenge Tour

Un classique du circuit

Créé en 1997, le Hauts-de-France Pas-de-Calais Golf Open s’apprête à vivre cette année sa 23e édition. Inscrit au calendrier du Challenge Tour en 2000, le tournoi français est l’un des plus anciens de la deuxième division européenne qu’il accueille pour la 18e fois cette semaine. Avec une telle longévité, le tournoi a vu passer certains des plus grands joueurs du moment et demeure une occasion unique de découvrir les talents de demain. Présents à l’US Open cette semaine, Brooks Koepka (quadruple vainqueur en Majeur), ou les vainqueurs de la dernière Ryder Cup, Tyrell Hatton et Alex Noren y ont fait leurs armes.

Un défi de taille

Ils y ont d’ailleurs connu quelques difficultés tant le parcours de Val de l’Aa Saint Omer Golf Club s’avère un test redoutable pour les joueurs. Plutôt court avec ses 6 252 mètres, ce par 71 offre à peu près tout ce qu’un golfeur peut redouter : des dénivelés importants, des fairways étroits et des greens à multiples plateaux. Un vrai défi proposé par l’architecte Dudok Van Heel qui en a fait l’un des parcours les plus difficiles de la saison. « Ici il faut toucher le plus de fairways et de greens possibles, confirme Mathieu Fenasse, troisième l’an passé. Il faut être fort mentalement pour réussir. Cette année, il va y avoir du vent, la météo va être compliquée donc la clé est de rester patient. »

Si sa difficulté en a fait un tracé parfois craint par les joueurs, ce n’est pas le cas de tous. « Moi je l’aime bien le parcours, je le trouve amusant, explique Antoine Rozner, qui y revient pour la troisième fois cette année. Il faut particulièrement bien jouer ici. Ce n’est pas un hasard si ce sont souvent les meilleurs, ceux qui tapent le mieux la balle qui s’y imposent ». Et ce n’est certainement pas un hasard non plus si les cinq derniers vainqueurs du tournoi ont tous fini leur saison dans le Top 15 du Challenge Tour, leur permettant de grimper sur le Tour européen dans la foulée.

Un plateau exceptionnel

Parmi ces anciens lauréats, trois sont de retour cette année : Sébastien Gros (vainqueur en 2015), José-Felipe Lima (2004 et 2016à et Martin Wiegele (2010). Trois parmi la longue liste de joueurs au palmarès déjà bien fourni. Ne serait-ce que dans le clan Français, le plateau aura rarement été aussi séduisant avec au départ Grégory Bourdy (quatre victoires sur le Tour européen), Grégory Havret (trois), Julien Quesne (deux) et Gary Stal (une).

Des Bleus en pleine forme

Les Français justement abordent ce septième tournoi de la saison dans une forme particulièrement éblouissante, emmenée par un Antoine Rozner, leader du circuit après es deux victoires en Espagne et en République Tchèque. En cas de troisième succès cette semaine, le joueur de la Boulie grimperait directement  à l’échelon supérieur. « J’essaie de pas trop penser à la victoire parce que c’est vraiment dur de gagner un tournoi, explique-t-il. Il faut que tout se passe comme dans le meilleur des mondes pour l’emporter. J’essaie juste de continuer à faire un bon travail, de bien jouer au golf et si tout se passe bien, la victoire arrivera peut-être. Mais je ne me mets pas plus de pression que ça et j’essaie de continuer à m’amuser. »

Trois autres Français pointent dans le Top 25 du ranking au quart de la saison. Tous sont présent cette semaine à Saint Omer : Grégory Havret (23e), Robin Roussel (12e) et Mathieu Fenasse (7e). Pour sa troisième saison pleine sur le circuit, ce dernier réalise d’ailleurs sa meilleure entame avec déjà deux Top 10 (2e à Prague et 4e en Suisse). « Je suis très content de mon début de saison, confesse-t-il. Mais on a joué peu de tournois, donc il va falloir continuer à bien jouer et essayer de faire encore mieux. Je me suis beaucoup entraîné cet hiver pour passer un niveau au-dessus. Pour l’instant je ne suis pas totalement satisfait de mon jeu mais les résultats sont là et je pense que je suis meilleur que l’année dernière. On va continuer à travailler dur pour essayer de monter encore. » Comme lui comme pour les autres Bleus, cette semaine est une belle occasion de le prouver devant un public acquis à leur cause.


Par Sébastien CACHARD-BERGER
12 juin 2019