Accueil / Actus / Pro / DP World Tour / Open britannique : Hébert, la belle journée

Open britannique : Hébert, la belle journée

Le joueur briviste a signé un très bon 66 (-4) lors du premier tour du dernier majeur masculin de la saison, pour occuper la quatrième place à deux coups de la tête. Victor Perez et Antoine Rozner, de leur côté, ont joué dans le par.

Benjamin Hébert n'a commis aucun bogey dans cette première journée. ffgolf
15-18
juillet
OPEN BRITANNIQUE
LIEU : Royal St George’s Golf Club, Angleterre
CIRCUIT : DP World Tour

Le résumé

Après deux ans d’attente pour cause de pandémie, revoir les fairways ondulés et les bunkers redoutables typiques des links britanniques a sans doute été une bouffée d’oxygène pour beaucoup de monde, ce jeudi matin, avec le lancement de la 149e édition de The Open Championship. De bunkers il ne fut pas beaucoup question pour Louis Oosthuizen : le Sud-Africain a négocié mieux que personne ce premier tour au Royal Saint-George’s, ne commettant aucun bogey, et rentrant en revanche six birdies, tous concentrés sur ses 11 derniers trous.

L’ancien vainqueur de l’épreuve est ainsi le seul leader après ce premier acte, un coup devant un duo américain constitué de Brian Harman et d’un autre ancien lauréat, Jordan Spieth, ce dernier visiblement déjà très à l’aise sur les greens du Kent.

Le Français : Benjamin Hébert

On savait Benjamin Hébert à son aise dès lors qu’il s’agissait d’évoluer sur des parcours type links. Sa journée de jeudi n’a aucunement ressemblé à un démenti. Le meilleur Tricolore de ce premier tour, parti dans le milieu d’après-midi, n’a pas eu à concéder le moindre bogey. Même pas au 18, où il faisait une nouvelle preuve de sa solidité au putting au moment de conclure, lui qui avait laissé son premier putt depuis l’extérieur du green trois bon mètres court du trou.

Le joueur briviste a, par ailleurs, rentré quatre birdies au cours de sa journée, pour signer un 66 (-4) le faisant pointer dans le top 5 provisoire, précisément en 4e position. Pour sa troisième participation à l'Open britannique (après 2008 et 2019), il fait pour la première fois son apparition dans le top 10.

Les autres Français

Parti un peu plus tôt qu’Hébert, Victor Perez, qui a concédé un bogey dès le 1, avait également réussi à rentrer quelques birdies, trois en l’occurrence (au 7, au 8 et au 12), pour pointer à -2. Le n°1 français a néanmoins vu sa marche en avant contrariée par deux bogeys au 13 et au 14, mais n’en a pas moins signé une carte dans le par (70), pour une 48e place provisoire. « Un peu mitigé dans l’ensemble, il y a eu du très bien et du moins bien, a réagi le Tarbais au micro de Golf +. J’ai juste manqué deux coups au 13 et au 14 qui me coûtent deux bogeys, mais dans l’ensemble je suis plutôt content. »

Antoine Rozner, qui s’est élancé parmi les dernières parties, n’a visiblement pas trop souffert de cet horaire inhabituel dans les tournois professionnels réguliers, ni de la pression de sa première participation à l'Open britannique. Le Francilien a en effet signé la même carte que Victor Perez, 70 (par), certes avec quatre bogeys, mais également quatre birdies. Il s’est notamment accroché pour rentrer un ultime birdie au 18, ce qui lui permettra de passer la nuit 26 places plus haut dans le classement.

Le premier tour a été plus compliqué pour les deux derniers Français engagés, et qui seront contraints de cravacher, vendredi, pour rentrer dans les clous du cut. Mike Lorenzo-Vera, qui a été le premier Bleu à s’élancer dans le début de matinée, a connu un retour délicat, et finalement rendu un 75 (+5) pour une 138e place. Un peu plus tard, Romain Langasque a signé un 74 (+4), pour pointer au 127e rang.

La stat

11/14Le nombre de fairways touchés par Benjamin Hébert ce jeudi, avec 13 greens en régulation. Autrement dit, le Français a mis toutes les chances de son côté pour éviter les foins comme les bunkers.

Le coup du jour

Rentrer directement un coup de wedge pour faire eagle au 17 ? Bon, d’accord, c’est du déjà vu. Mais le faire alors qu’on vient de passer à deux centimètres du trou-en-un sur le trou précédent ? Il faut s’appeler Brandt Snedeker.

Le post social

Ce sera une constante cette semaine, pour ceux dont le driving connaîtrait quelques ratés : la bataille contre les haut roughs du Royal Saint-George's, rendu encore plus épais par la météo pluvieuse des dernières semaines.


Par William LECOQ
15 juillet 2021