Accueil / Actus / Pro / DP World Tour / Open britannique : « Welcome back » !

Open britannique : « Welcome back » !

Non organisé l'an passé en raison de la pandémie, l'open britannique est enfin de retour, quasiment deux ans après le sacre de Shane Lowry au Royal Portrush. Cinq Français sont au départ.

Royal St George's
Le Royal St George's accueille la 149e édition de l'open britannique. David Cannon / R&A via Getty Images
15-18
juillet
OPEN BRITANNIQUE
LIEU : Royal St George’s Golf Club, Angleterre
CIRCUIT : DP World Tour

L'an dernier, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, l'open britannique n'a pas eu lieu. Annulé en raison de la situation sanitaire mondiale, le plus ancien des Majeurs, créé en 1860, fait donc son grand retour dans l'agenda des meilleurs joueurs de la planète. Le coup d'envoi de la 149e édition sera donné ce jeudi au Royal St George's, l'unique parcours de la rotation situé dans le Sud de l'Angleterre, qui le reçoit pour la quinzième fois de son histoire. Le links du Kent, un par 70 créé par Laidlaw Purves en 1887, va proposer à l'élite mondiale un challenge golfique de taille, qui ne devrait cependant pas être excessivement corsé par les conditions météo puisque du soleil, des températures légèrement supérieures à 20° C et une brise modérée sont annoncés tout au long de la semaine. Néanmoins le tracé, porté à 6573 m cette année, est en soi un test redoutable avec ses trous exposés au vent, jamais consécutivement dans la même direction, et jalonnés de profonds pot bunkers dont l'Himalaya, un piège haut de 12 m au milieu du fairway du trou n° 4 !

Deux ans après le mémorable succès de l'Irlandais Shane Lowry devant son public au Royal Portrush, l'édition 2021 s'annonce tout aussi ouverte et, comme à chaque British Open, potentiellement légendaire. Les favoris sont légion, à commencer par l'ex-n° 1 mondial, l'Espagnol Jon Rahm entré dans le cercle des vainqueurs de Majeurs le mois dernier à l'U.S. Open. Même si le Basque vient d'être éjecté du trône par le précédent occupant, l'Américain Dustin Johnson, malgré un top 10 à l'open d'Écosse dimanche dernier, il représente sur le papier la meilleure chance de victoire d'un Européen, devant Tyrrell Hatton (10e), Rory McIlroy (11e) et Viktor Hovland (15e). Les Américains de leur côté ont débarqué à Sandwich en mode armada, occupant pas moins de treize des vingt premières places mondiales ! En l'absence du Japonais Hideki Matsuyama, le vainqueur du dernier Masters testé positif au Covid-19, le Sud-Africain Louis Oosthuizen est le seul « International » du top 20 planétaire présent au Royal St George's.

Côté français enfin ils sont cinq à s'aligner cette semaine dans le Kent (Matthieu Pavon étant actuellement deuxième de réserve) pour tenter de succéder au palmarès de The Open à Arnaud Massy, seul Tricolore vainqueur d'un Majeur il y a cent quatorze ans de cela au Royal Liverpool (et battu en play-off ici même en 1911). Victor Perez, Benjamin Hébert, Romain Langasque et Michaël Lorenzo Vera, qualifiés via leur classement à la Race to Dubai en 2019, ont récemment été rejoints par Antoine Rozner, qui a profité de l'un des nombreux forfaits enregistrés ces derniers jours. Perez et Rozner disputeront leur premier open britannique, alors que les trois autres l'ont joué deux fois chacun. Rappelons que lors de la dernière édition disputée au Royal St George's, il y a dix ans, Raphaël Jacquelin avait décroché une excellente huitième place, à six coups de Darren Clarke.


Par Alexandre MAZAS
13 juillet 2021