Accueil / Actus / Pro / DP World Tour / Ryder Cup : L’heure de la revanche pour les Américains ?

Ryder Cup : L’heure de la revanche pour les Américains ?

Sèchement battue (17,5 à 10,5) il y a trois ans au Golf National – certainement l’une des plus belles Ryder Cup de l’histoire – l’équipe US emmenée par son capitaine, Steve Stricker, entend ramener le trophée à la maison. Sur le papier (huit des dix premiers mondiaux sont Américains), cela ne fait aucun doute. Mais l’histoire récente de cette compétition née en 1927 incite cependant à la prudence.

L'équipe européenne et son capitaine Padraig Harrington, prêts à relever le défi en terre US... Andrew Redington / Getty Images North America - AFP
24-26
septembre
RYDER CUP
LIEU : Whistling Straits Golf Course (Straits), États-Unis
CIRCUIT : DP World Tour

Si l’on se fie uniquement au classement mondial réactualisé chaque semaine, le match USA-Europe est clairement déséquilibré. Au 19 septembre 2021, huit des douze américains engagés dans cette 43e édition de la Ryder Cup occupent ainsi le top 10. Contre un seul européen, l’Espagnol Jon Rahm, certes n°1 (ils ne sont que quatre dans le top 20 avec Hovland (14e), McIlroy (15e) et Hatton (19e) contre onze américains).

Mais heureusement, ce critère n’est pas rédhibitoire. On l’a ainsi constaté dans les précédentes confrontations où l’Europe, très rarement voire jamais favorite chez les bookmakers, est cependant parvenue à l’emporter sept fois sur neuf depuis 2002. Plus âgée (34,6 ans de moyenne contre 29,1 ans pour les Américains), l’équipe européenne et ses têtes d’affiches n’ont toutefois guère eu le loisir de briller dans les derniers grands rendez-vous depuis 2019. Si Shane Lowry a remporté l’Open britannique il y a deux ans, seul Jon Rahm s’est imposé à l’US Open 2021 pendant que sept golfeurs US en faisaient autant sur les autres Majeurs (Mickelson - USPGA 2021, Morikawa - British 2021, D. Johnson - Masters 2020, Morikawa - USPGA 2020, DeChambeau - US Open 2020, Woods - Masters 2019, Koepka - USPGA 2019, Woodland - US Open 2019).

Ajoutez à cela les récents succès de Patrick Cantlay à la FedEx Cup (PGA Tour), la médaille d’or de Xander Schauffele à Tokyo, le triomphe de Justin Thomas au PLAYERS Championship, considéré comme le 5e Majeur de l’année, ou encore la place de finaliste de Scottie Scheffler au WGC-Match Play en mars dernier à Austin (Texas), battu par un autre américain, Billy Horschel - victorieux le 12 septembre du BMW PGA Championship (European Tour) et pourtant non retenu par Steve Stricker (!) - et vous avez très certainement sur le papier l’une des plus redoutables équipes américaines de l’histoire de la Ryder Cup.    

Le tournoi

Initialement programmé fin septembre 2020, le duel opposant les Etats-Unis à l’Europe a été reporté du 24 au 26 septembre 2021 en raison de la pandémie mondiale liée au Covid-19. En termes comptable, les USA affichent depuis 1927, année de la création de l’épreuve, 26 victoires pour 14 défaites et 2 nuls. Néanmoins, depuis 1979 et l’arrivée des golfeurs issus de l’Europe continentale (seuls les Britanniques étaient jusque-là autorisés à prendre part à l’épreuve), le Vieux Continent l’a emporté à 11 reprises contre 8 défaites et 1 nul. Mieux. Depuis le début du XXIe siècle, il a gagné sept des neuf confrontations, ne s’inclinant qu’en 2008 et en 2016, à chaque fois sur le sol américain. 

Le contexte

Si l’équipe américaine est ultra dominatrice en Presidents Cup (Etats-Unis contre une équipe internationale sans les joueurs européens) avec 11 victoires, 1 nul et seulement 1 défaite, c’est loin d’être le cas en Ryder Cup (voir ci-dessus). Les Américains restent d’ailleurs sur un cinglant revers enregistré du 25 au 27 septembre 2018 au Golf National, à Saint-Quentin-en-Yvelines (78). L’équipe emmenée par le capitaine Jim Furyk s’était en effet lourdement inclinée 17,5 points à 10,5 points, l’Italien Francesco Molinari s’offrant d’ailleurs un inédit 5 sur 5 alors que Tiger Woods, qui sortait pourtant d’une victoire retentissante au TOUR Championship (PGA Tour), avait perdu ses quatre matches.

Le parcours

Par 71 de 6 727 mètres, le Straits Course de Whistling Straits (Wisconsin) se situe sur les rives du lac Michigan. Inauguré en 1998, il a été dessiné par Pete et Alice Dye et se compose de 3 pars 5, de 11 pars 4 et de 4 pars 3. Il a déjà reçu trois fois le PGA Championship : en 2004 (victoire du Fidjien Vijay Singh), en 2010 (victoire de l’Allemand Martin Kaymer) et en 2015 (victoire de l’Australien Jason Day). Il a également accueilli l’US Open senior en 2007 (victoire de l’Américain Brad Bryant). Compte tenu des restrictions concernant les voyages vers les Etats-Unis toujours liées au Covid-19, le public sera essentiellement américain cette semaine dans les tribunes placées tout le long du parcours, un atout de taille pour l’équipe US.

Le format et le programme

Compétition par équipes, la Ryder Cup se joue en formule Match Play. Chaque victoire rapporte un point, un demi-point en cas de match nul. 28 points sont mis en jeu (16 en doubles, 12 en simples). Si l’Europe parvient à 14 points, elle conserve le trophée deux années de plus en tant que champion sortant. Les Etats-Unis doivent récolter 14,5 points pour récupérer la Coupe.

Cette 43e édition se dispute sur trois jours. Quatre parties de foursomes (deux équipes de deux joueurs jouent alternativement la même balle) puis quatre de fourballs (deux équipes de deux joueurs jouent chacun leur balle) auront lieu le vendredi et le samedi avant douze matches en simple le dimanche.

Le capitaine américain

Né le 23 février 1967 à Edgerton (Wisconsin), Steve Stricker, 54 ans, a pris part à trois Ryder Cup (2008, 10 et 12) et engrangé 3,5 points en 11 matches (3 victoires (toutes en 2010), 7 défaites, 1 nul). Il a également assuré le rôle de vice-capitaine en 2014, 16 et 18 ainsi que celui de capitaine en 2017 en Presidents Cup (victoire 19 points à 11 au Liberty National Golf Club (New Jersey)).

L’équipe américaine

Six des douze joueurs en lice découvrent la Ryder Cup : Collin Morikawa (24 ans), Patrick Cantlay (29 ans), Xander Schauffele (27 ans), Harris English (32 ans), Daniel Berger (28 ans) et Scottie Scheffler (25 ans). Mais Cantlay, Schauffele et Berger ont déjà une expérience en Presidents Cup (en 2019 pour les deux premiers, en 2017 pour le troisième). Dustin Johnson, 37 ans, le plus expérimenté avec 4 Ryder Cup (2010, 12, 16 et 18), affiche 7 points gagnés en 16 matches (7 victoires, 9 défaites). Suivent Jordan Spieth, 28 ans (Ryder Cup 2014, 16 et 18 avec 8 points en 14 matches (7 victoires, 5 défaites, 2 nuls)), Brooks Koepka, 31 ans (Ryder Cup 2016 et 18 avec 4,5 points en 8 matches (4 victoires, 3 défaites, 1 nul)), Bryson DeChambeau, 28 ans (Ryder Cup 2018 avec 0 point en 3 matches (3 défaites)), Justin Thomas, 28 ans (Ryder Cup 2018 avec 4 points en 5 matches (4 victoires, 1 défaite)) et Tony Finau, 32 ans (Ryder Cup 2018 avec 2 points en 3 matches (2 victoires, 1 défaite)).     

Le capitaine européen

Né le 31 août 1971 à Dublin (République d’Irlande), Padraig Harrington, 50 ans, a disputé six Ryder Cup (1999, 2002, 04, 06, 08 et 10), en a remporté quatre et engrangé 10,5 points en 25 matches (9 victoires, 13 défaites, 3 nuls). Comme son homologue américain, il a été lui aussi vice-capitaine en 2014, 16 et 18.

L’équipe européenne

Avec seulement trois rookies (l’Autrichien Bernd Wiesberger (35 ans), l’Irlandais Shane Lowry (34 ans) et le Norvégien Viktor Hovland (24 ans)), l’Europe propose indéniablement sur le papier beaucoup plus de vécu, et donc d’expérience (sept d’entre eux étaient déjà là en 2018 en France). L’Espagnol Sergio Garcia, 41 ans, recordman du nombre de points gagnés (25,5 en 41 matches), s’élance cette semaine pour sa dixième Ryder Cup (après celles de 1999, 2002, 04, 06, 08, 12, 14, 16 et 18). Vice-capitaine en 2018, Lee Westwood, 48 ans, fait mieux encore avec une onzième Ryder Cup en tant que joueur après 1997, 99, 2002, 04, 06, 08, 10, 12, 14 et 16. En 44 matches, l’Anglais a récolté 23 points (20 victoires, 18 défaites, 6 nuls). Surnommé Mr Ryder Cup, Ian Poulter, 45 ans, dispute sa septième Ryder Cup après 2004, 08, 10, 12, 14 et 18 (15 points en 22 matches (14 victoires, 6 défaites, 2 nuls)). Il est toujours invaincu en simples (5 victoires, 1 nul) et avait été l’artisan du Miracle de Medinah en 2012 (4 matches, 4 victoires). Rory McIlroy, 32 ans, est avec l’Anglais Paul Casey (6,5 points en 12 matches entre 2004, 06, 08 et 18), une des pièces maîtresses de Harrington avec une sixième Ryder Cup en onze ans (2010, 12, 14, 16 et 18). Le Nord-Irlandais, 15e joueur mondial, a rapporté 13 points à son équipe (en 24 matches) avec 11 victoires, 9 défaites et 4 nuls. Présents en 2018 au Golf National, l’Espagnol et actuel n°1 mondial, Jon Rahm (26 ans), et les Anglais Tyrrell Hatton (29 ans) et Tommy Fleetwood (30 ans) cumulent à eux trois 6 points en 11 matches (4 points en 5 matches rien que pour Fleetwood). Enfin, Matthew Fitzpatrick (27 ans) enchaîne avec une seconde Ryder Cup après un douloureux baptême du feu à Hazeltine en 2016 : deux matches, deux défaites.


Par Lionel VELLA
22 septembre 2021