Accueil / Actus / Pro / DP World Tour / Ryder Cup : Les États-Unis ont toujours le sourire

Ryder Cup : Les États-Unis ont toujours le sourire

Vainqueurs des foursomes matinaux 3-1, les États-Unis ont porté leur avance à six points ce samedi à Whistling Straits. Malgré une petite réaction d'orgueil dans les quatre-balles (2-2), l'Europe n'est pas parvenue à combler l'écart (11-5), et devra gagner neuf simples sur douze pour conserver la Ryder Cup.

24-26
septembre
RYDER CUP
LIEU : Whistling Straits Golf Course (Straits), États-Unis
CIRCUIT : DP World Tour

Le résumé de la journée

Après la double correction reçue vendredi dans les foursomes et les quatre-balles, chaque session ayant été perdue 3-1, l'Europe allait-elle relever la tête lors de la deuxième journée et commencer à esquisser un semblant de révolte ? Porté par son duo vedette Sergio García-Jon Rahm, le Vieux Continent a, comme la veille, inscrit le premier point du jour. Les Ibères, pourtant menés 3 up après cinq trous par la paire Brooks Koepka-Daniel Berger, ont réalisé des miracles dans ce format exigeant tant de complémentarité, réalisant trois birdies, dont un chip-in de García au 9, et un eagle d'anthologie au 16, pour conclure proprement l'affaire sur le green suivant. En revanche, la suite a été favorable aux boys de Steve Stricker, qui ont gagné les trois autres foursomes grâce à la complémentarité de Dustin Johnson et Collin Morikawa (2&1 contre Paul Casey et Tyrrell Hatton), Justin Thomas et Jordan Spieth (2 up face à Viktor Hovland et Bernd Wiesberger, alors que ces derniers menaient 3 up après six trous...), et Xander Schauffele et Patrick Cantlay (2&1 contre Lee Westwood et Matt Fitzpatrick).

Encore une fois très loin du niveau attendu, Casey, Westwood et Fitzpatrick ont logiquement été sortis pour les quatre-balles de l'après-midi, que Pádraig Harrington et ses hommes ont entamé avec un déficit de six points. K.-O. debout, les Européens avaient pour mission de remporter au moins trois points dans cette ultime session de doubles, histoire de combler en partie leur retard et se donner une chance réaliste dans les simples de dimanche. Pour la première fois de la semaine, les Bleus ont fait jeu égal avec les Rouges,  García et Rahm apportant à nouveau un point, leur troisième en autant de matchs ensemble (2&1 face à Koepka et Jordan Spieth). Dans le premier match, Shane Lowry a sorti le grand jeu (6 birdies) pour venir à bout, presque à lui tout seul, de Tony Finau et Harris English. Jamais menés mais toujours sous pression, le rookie irlandais et son partenaire Hatton ont été la première paire européenne, autre que la doublette espagnole, à décrocher un point en triomphant 1 up grâce à un putt de 3 m enquillé sur le green du 18 par Lowry.

Revenus à 9-5 la Team Europe a donc accompli avec brio la première moitié de sa mission, mais a hélas saccagé la deuxième. En contrôle face à Bryson DeChambeau et Scottie Scheffler (1 up après treize trous), Hovland et Tommy Fleetwood ont cédé sur la fin, perdant les quatre derniers trous sur quatre birdies américains pour s'incliner 3&1 dans un match qu'il était vital de remporter. Dommage pour le Norvégien, qui n'a guère été aidé par l'Anglais (aucun birdie) très loin de l'euphorie du Golf National il y a trois ans... Et que dire d'Ian Poulter et Rory McIlroy, à qui Harrington a offert une chance de se racheter dans le dernier quatre-balles de la journée ? À nouveau inutile (aucun birdie) l'ex-numéro 1 mondial a laissé le « Postman » faire le travail tout seul ; et malgré les quatre birdies de l'Anglais la doublette européenne n'a pas tenu le choc face à Johnson et Morikawa (six birdies et un eagle à eux deux), notamment ce dernier qui semble ne jamais manquer un coup... Laminés 4&3, les deux hommes n'ont donc pu empêcher les États-Unis de reprendre six points d'avance, un avantage qui n'a jamais été remonté lors des simples dans toute l'histoire de la Ryder Cup. Il faudra donc rééditer le Miracle de Medinah pour conserver le trophée ce dimanche soir, et gagner au moins neuf des douze simples...

La décla de Jon Rahm

J'ai envie de croire que tout va s'arranger. Si nous prenons un bon départ, un peu comme en 2012, et que les choses tournent en notre faveur, on se sait jamais...

Le coup du jour

Difficile de choisir entre tous les coups d'anthologie tapés de part et d'autre, mais celui-ci, réalisé par Casey au 14 samedi matin, est assurément le plus spectaculaire !

Les simples de dimanche

La stat'

8,5Sur ces quarante dernières années, c'est le record de points glanés par l'une ou l'autre équipe dans les douze simples dominicaux (USA en 1999, Europe en 2006 et 2012). Il en faudra 9 aujourd'hui à la Team Europe...


Par Alexandre MAZAS
26 septembre 2021