Accueil / Actus / Pro / European Tour / Amundi Open de France : Les Bleus font le dos rond

Amundi Open de France : Les Bleus font le dos rond

Au cours d'une deuxième journée très compliquée, Benjamin Hébert et Victor Perez sont parvenus à rendre de solides scores dans le par. Ils demeurent tous deux très bien placés au leaderboard de l'Amundi Open de France.

Benjamin Hébert
Meilleur Français, Benjamin Hébert ne compte que quatre coups de retard sur la tête ffgolf
17-20
octobre
AMUNDI OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Le résumé

Les bourrasques auront certes eu le mérite de chasser les nuages du ciel de Guyancourt. Mais pas sûr que les joueurs de l’Amundi Open de France s’en soient réellement réjouis ce vendredi. Avec ses rafales glaciales et son souffle omniprésent toute la journée, le vent a rendu cette deuxième journée diabolique pour la plupart des concurrents.

Pas étonnant dès lors de retrouver un natif du plat pays parmi les plus sérieux clients dans ces conditions. Agressif club en main, Nicolas Colsaerts est en effet parvenu à poster sept birdies pour deux petits bogeys (66, -5). 114e de la Race to Dubai, le Belge est bien parti pour assurer son maintien sur le Tour européen cette semaine. En -9 total, il occupe la tête du tournoi en compagnie du Sud-Africain George Coetzee, impressionnant en fin de journée avec six birdies pour un bogey sur son retour. Les deux hommes devancent d’un coup l’Américain Kurt Kitayama, seul troisième en -8 après sa démonstration matinale au plus fort de la tempête (68, -3).

Les leaders Français

Victor Perez

Meilleurs Bleus la veille, Benjamin Hébert et Victor Perez n’ont pas connu la même réussite. Mais, s’ils n’ont pas scoré, les deux tête de gondole du clan tricolore sont parvenues à verrouiller deux solides cartes dans le par.

Ce n’était pas gagné pour Hébert, pénalisé par une balle dans l’eau au 15 (double bogey) et un putting parfois timide à mi-distance. Le 17e de la Race a eu le mérite de s’accrocher pour aller chercher une carte dans le par (71) inespérée après avoir pointé à +3 après 11 trous. « Je suis content et soulagé parce qu’on n’a rien lâché avec Yann (Vandaele, son caddie), confie-t-il. À un moment cela aurait pu mal tourner, parce que j’étais +3, mais j’ai réussi à bien m’accrocher et à revenir dans le par. Faire égalité avec le parcours ici c’est toujours bien, notamment dans des conditions comme ça. » À -5 total, le joueur de Moliets recule au sixième rang, mais demeure idéalement placé avant le week-end.

Même constat pour Perez dont la carte plutôt sobre (deux birdies pour deux bogeys) ne reflète pas vraiment le joli combat livré. « Dans l’ensemble je suis très content de ma partie, confirme le Tarbais. Mais la variable vent fait que les bons coups deviennent beaucoup plus aléatoires. On se retrouve à taper certains coups avec des clubs que l’on n’a pas l’habitude d’utiliser ici. Donc il faut rester l’esprit ouvert et bien s’engager. J’ai réussi à ne faire que deux bogeys, c’est plutôt bien pour une journée piège. » Avec son 71 (par), le vainqueur du Dunhill Links sort tout juste du Top 10 (11e,-4) mais demeure à portée de la tête.

13Le nombre de Français qui franchissent le cut de leur Open national. Un joli ratio sur 19 Bleus engagés.

Les « petits » Bleus à la fête

Jeong Weon Ko

Invités pour la première fois sur le Tour européen, deux amateurs tricolores se glissent parmi les treize Français à franchir le cut (+3) de cet Open de France. Très suivis par le public, Jeong Weon Ko et Charles Larcelet ont fait le spectacle sur l’Albatros. En signant un 69 (-2) immaculé, le premier a tout simplement rendu la seule carte sans le moindre bogey du jour pour revenir dans le par total. « La consistance a été un point essentiel de cette partie, explique-t-il. Sur l’aller je n’étais jamais en danger et même si c’était plus dangereux en fin de parcours, je suis resté en contrôle. C’est génial de passer le cut, je vais essayer de m’éclater ce week-end. » 31e,le joueur de Bussy partage sa place avec un Larcelet électrique, auteur d’un solide 71 (par) et bluffant sur la fin de partie. « Pour l’instant je ne réalise pas trop mais ça va venir quand je redescendrai de mon nuage ce soir, confie-t-il. J’avais beaucoup de supporters pour moi, je jouais un peu avec eux, c’était génial. Ma main droite a tremblé sur les 18 trous mais j’ai géré le truc a fond. »

Un coup derrière, Romain Langasque (73, +2 aujourd’hui) et Jérôme Lando Casanova (72), tous deux 25es (-1), les deux jeunes amateurs partagent leur rang avec trois anciens, titrés sur le Tour : Grégory Bourdy, Romain Wattel et Julien Quesne.

Quatre autres Bleus complètent le joli tir groupé tricolore : Frédéric Lacroix (55e, +2), Victor Dubuisson, Matthieu Pavon et Adrien Saddier (67es, +3).

Le coup du jour

Le presque trou-en-1 de Gavin Moynihan sur le 16. Passé tout près de remporter la voiture offerte en tel cas, l'Irlandais qui aura au passage "cassé" le trou n'a finalement pas pu faire mieux que le par sur ce par 3. Sa carte de 69 (-2) lui permet tout de même de pointe au sixième rang (-5 total).


Par Sébastien CACHARD-BERGER
18 octobre 2019