Accueil / Actus / Pro / European Tour / Amundi Open de France : Les parties à suivre jeudi et vendredi

Amundi Open de France : Les parties à suivre jeudi et vendredi

Les spectateurs présents lors des deux premiers tours de l’open national se verront offrir des parties de prestige sur un plateau. Coup de projecteur sur quatre triplettes qui devraient attirer le gros du public, jeudi et vendredi.

Alexander Levy partagera sa partie avec Martin Kaymer et Alex Noren lors des deux premiers tours. Alexis Orloff et Frédéric Stevens / ffgolf
17-20
octobre
AMUNDI OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

Kaymer – Noren – Levy : les candidats au rachat

Martin Kaymer pourrait confirmer cette semaine son regain de forme.

Certes, si l’on regarde le passé récent, cette partie regroupe un Martin Kaymer dont le meilleur jeu est à dater au carbone 14, un Alex Noren dont la saison 2019 cherche toujours son premier top 10, et un Alexander Levy qui a laissé sa place de n°1 français à Benjamin Hébert à l’aube de l’open national.

Mais à y regarder plus globalement, comment ne pas avoir en tête les deux victoires en Majeurs de l’Allemand (PGA Championship 2010 et US Open 2014), ou la victoire du Suédois sur ce même parcours l’an dernier qui lui avait ouvert la voie royale vers la Ryder Cup… sur ce même parcours ? Quant à Alexander Levy, difficile de parier sur un fléchissement de sa popularité auprès des supporters français, surtout pour un joueur toujours spectaculaire à voir jouer. Bref, une partie qui peut offrir de beaux coups de golf.

Départs : jeudi à 9 h 05 du 10, vendredi à 13 h 20 du 1.

Bjørn – Cink – Molinari : L’expérience peut payer

On se calme tout de suite : le Molinari en question est Edoardo, le frangin de l’autre. L’Italien, malgré tout joueur de Ryder Cup aux côtés de son frère en 2010, n’a peut-être pas le palmarès de Francesco, mais il pèse malgré tout trois victoires sur le Tour (la dernière en 2017 au Trophée Hassan II), et surtout, il sévit dans l’élite européenne depuis 2006.

Autant dire que la partie va afficher des milliers de kilomètres de fairways au compteur, puisque les deux autres larrons se nomment Stewart Cink, vainqueur de The Open en 2009 et 46 ans au garrot, et Thomas Bjørn, qui culmine quant à lui à 48 printemps, et dont les meilleurs souvenirs sur le tracé de l’Albatros remontent à septembre dernier et une petite rencontre amicale intercontinentale.

Départs : jeudi à 9 h 15 du 10, vendredi à 13 h 30 du 1.

Hébert – Kitayama – Luiten : le trio des hommes en forme

Benjamin Hébert est passé tout près de la victoire à deux reprises cette saison.

Pas besoin de mettre la machine à remonter le temps à marche forcée pour vendre le pedigree des trois joueurs. Leur saison 2019 parle d’elle-même : des tops 10 cette année à Abu Dhabi, en Arabie Saoudite, au British Masters et à domicile au KLM Open pour Joost Luiten ; Deux victoires (ses deux premières sur le Tour, en 11 tournois joués seulement, un record) pour l’Américain Kurt Kitayama, à l’île Maurice fin 2018 puis à Oman en mars.

Enfin, la saison 2019 est d’ores et déjà la meilleure de Benjamin Hébert sur le Tour européen, lui qui a été tout proche de la victoire au Volvo China Open en mai, puis en Ecosse au mois de juillet, dans un tournoi des Rolex Series qui plus est. Il serait donc étonnant de ne voir aucun de ces trois joueurs jouer un rôle de premier plan dans cette 103e édition.

Départs : jeudi à 13 h 10 du 1, vendredi à 8 h 55 du 10.

Perez – Pieters – Sullivan :  Victor en prime time

Sa victoire lors du Dunhill Links Championship, sa première dans l’élite continentale, a eu un effet parmi tant d’autres : les regards de beaucoup de fans français se sont soudain focalisés sur Victor Perez. Rien d’étonnant, alors, à le voir partager ses deux premières parties avec deux vétérans de l’équipe européenne de Ryder Cup 2016, l’Anglais Andy Sullivan et le Belge Thomas Pieters. De quoi se mesurer de manière encore plus directe à deux routiers du Tour européen.

Départs : jeudi à 13 h 20 du 1, vendredi à 9 h 05 du 10.


Par William LECOQ
16 octobre 2019