Accueil / Actus / Pro / European Tour / HNA Open de France (ET) : Havret a fait parler l'expérience

HNA Open de France (ET) : Havret a fait parler l'expérience

Auteur d'une solide carte de 70 (-1) malgré un début de partie difficile, Grégory Havret s'installe dans le top 5 à mi-tournoi, à quatre coups seulement du Suédois Marcus Kinhult. Raphaël Jacquelin, Alexander Levy et Michaël Lorenzo Vera franchissent également le cut.

Grégory Havret
Un deuxième 70 (-1) pour Grégory Havret, désormais 5e du HNA Open de France. Alexis Orloff / ffgolf
28 juin -
1 juil.
HNA OPEN DE FRANCE
LIEU : Golf National, France
CIRCUIT : European Tour

C'est un Suédois de 21 ans qui a volé la vedette à toutes les têtes d'affiche du HNA Open de France ce vendredi lors du deuxième tour. Sous le soleil et dans le vent, Marcus Kinhult a rendu la carte de sa vie - en tous cas, la meilleure depuis son arrivée sur le Tour en début de saison - pour prendre seul les commandes du tournoi. Avec six birdies et un eagle contre deux bogeys seulement, le promu du Challenge Tour a signé un énorme 65 (-6), pas loin d'être exceptionnel dans ces conditions, et s'installe à -6 devant une poignée de grands noms. Deuxième à -4, Chris Wood (68) l'accompagnera en dernière partie demain, tandis que Jon Rahm (69), troisième à -3, et Justin Thomas (70), cinquième à -2, joueront dans les deux groupes précédents.

Havret a su attendre son heure

Premier Français au leaderboard hier soir (septième à -1), Grégory Havret a posté le même score aujourd'hui, mais d'une manière bien différente. Parti du 10, il a comme beaucoup laissé quelques plumes sur le retour (bogey au 12, double au 13, bogeys au 16 et au 18), tout en grappillant deux précieux birdies au 10 puis au 15. « À partir du 1, ça a été une autre histoire », commente-t-il. Avec cinq birdies, contre un petit bogey lâché en route au 7, le Rochelais est parvenu à jouer sous le par pour la deuxième journée consécutive, tirant avantage des trous relativement plus faciles de l'aller. « C'est le côté du terrain plus ouvert, où on peut scorer. C'est une journée qui a mêlé le chaud et le froid, mais évidemment, je suis content de cette super partie aujourd'hui. Faire sept birdies sur l'Albatros, ça m'est peut-être déjà arrivé, mais pas dans ces conditions », rigole-t-il.

Pour retrouver la trace d'un Havret bien placé dans son open national, il faut remonter à l'édition 2005, qu'il avait terminée à la quatrième place à quelques longueurs de Jean-François Remésy. Treize ans plus tard, le vétéran aujourd'hui âgé de 41 ans refuse de se mettre une pression particulière en vue d'un éventuel top 5 qui lui assurerait sa carte pour la saison prochaine : « Sur les deux derniers jours, j'espère prendre du plaisir à bien jouer au golf. C'est un parcours que j'apprécie beaucoup, et avec le public qui nous pousse, et ça réchauffe le cœur de voir qu'il y a autant de soutien autour des joueurs français », indique-t-il. Cinquième à -2 à hauteur de Justin Thomas et Matthew Fitzpatrick, il s'élancera à 13 h 40 demain en compagnie de l'Américain Julian Suri.

On a retrouvé le métronome Jacquelin

Raphaël Jacquelin
Raphaël Jacquelin (Lucas Hélin / ffgolf)

Du côté des autres Français, seuls trois sur quinze ont franchi le cut, fixé à +4. Comme une évidence, on retrouve dans ce trio l'autre vétéran, Raphaël Jacquelin, et les deux meilleurs Bleus à la Race to Dubai, Alexander Levy et Michaël Lorenzo Vera. Jacquelin, comme Havret, est parti du 10 et a fait pleuvoir les birdies sur l'aller (cinq au total) pour rendre un très solide 68 (-3) qui le place 22e à +1. « Ça fait toujours plaisir de jouer sous le par ici, d'autant plus dans des conditions venteuses. Le jeu est solide depuis quelques semaines, donc même si je ne dirais pas que c'est normal, je m'y attendais un peu. J'avais envie de faire un bon tour, et il faut être solide dans tous les compartiments du jeu pour faire un bon tour ici. Je l'ai été aujourd'hui, donc ça fait plaisir », se satisfait le Lyonnais, qui dispute son 22e open national.

Levy n'a rien lâché

Alexander Levy
Alexander Levy (Lucas Hélin / ffgolf)

Levy, de son côté, s'est battu comme un beau diable pour franchir le cut. Auteur de trois birdies et cinq bogeys, le Varois a sauvé un joli par au 18, attaqué en trois, pour rendre une deuxième carte consécutive de 73 (+2) et rester à +4, au 55e rang. « Je ne voulais pas rater le week-end de cet open de France. Même si je passe tout juste le cut, je ne suis pas si loin. Demain matin, un peu à la fraîche, avec un peu moins de vent, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer », lance-t-il.

Le bon boulot de MLV

Michaël Lorenzo Vera
Michaël Lorenzo Vera (Alexis Orloff / ffgolf)

Quant à Lorenzo Vera, impérial sur ses 14 premiers trous (quatre birdies et aucune erreur), il a certes payé un lourd tribut à l'enchaînement 15-18 (trois bogeys, un birdie) mais est parvenu à poster un très solide 69 (-2) pour franchir le cut de justesse. « L'Albatros est un parcours qui ne pardonne rien, jamais. On fait au mieux en espérant que le putter soit chaud. C'est une satisfaction de passer ce cut, car ça veut dire qu'on a bien travaillé pendant deux jours », commente le Basque, qui sera le premier Tricolore à s'élancer demain, à 8 h 45.


Par Alexandre MAZAS
29 juin 2018