Accueil / Actus / Pro / European Tour / US Open : Matthieu Pavon, un garçon dans le vent

US Open : Matthieu Pavon, un garçon dans le vent

Domptant le terrible parcours de Shinnecock Hills et les éléments clairement contraires, le Bordelais signe un véritable exploit avec son 71 (+1) du jour qui le place en sixième position, à deux coups des leaders. Alexander Levy est plus loin, à +7…

En 2017 au British, il n'avait pas réussi à franchir le cut. Là, à Shinnecock Hills, le Bordelais tient le bon bout. Pour le moment... Bob Carr / Getty Images North America - AFP
14-17
juin
U.S. OPEN
LIEU : Shinnecock Hills Golf Club, Etats-Unis
CIRCUIT : European Tour

C’est ce qui s’appelle réussir son entrée dans la cour des très grands ! Matthieu Pavon, premier US Open au compteur après une brillante qualification sur 36 trous à Walton Heath (Angleterre) le 4 juin dernier, trône fièrement au sein du top 10 du deuxième Majeur de la saison à l’issue des dix-huit premiers trous. La performance du jeune bordelais, 25 ans, est clairement hors-norme tant les conditions de jeu ont été dantesques. Un vent à décorner un bœuf a ainsi soufflé tout au long de la journée sur Shinnecock Hills, laminant une grande majorité du champ. La preuve. Quatre golfeurs seulement ont posté une carte sous le par. Un 69 (-1) venu d’un autre monde, propriété du numéro 1 mondial, Dustin Johnson, mais aussi de ses compatriotes Russell Henley et Scott Piercy et du tenace anglais, Ian Poulter

Etre créatif, tout le temps…

Matthieu Pavon, lui, est juste derrière. A deux longueurs. A +1 (71), en sixième position. Parti du tee n°1 dans le premier groupe à 6h45 locale (12h45 en France), le Français a fait preuve d’un courage inouï et d’une solide justesse de jeu (71 % de fairways touchés, 44 % de greens en régulation et 25 putts). « Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de vent en début de semaine, souffle-t-il en sortant du recording. On savait que cela pouvait un peu se lever l’après-midi, mais dès le matin ça a été de grosses rafales, avec presque trois clubs quand on avait du vent en contre, ce qui est énorme ! Des greens rapides, plus rapides qu’en reconnaissance… Ici, il faut être hyper créatif. Tu ne peux pas taper un coup standard. Il y a des fois où il faut faire sortir une balle très basse, en contre ou dans le sens du vent… Pareil sur les coups de fer. Le chipping c’est pareil… C’est vraiment un « set-up » avec ce vent qui demande beaucoup de créativité. » 

Une vraie boucherie

Alexander Levy, le deuxième tricolore engagé cette semaine dans ce 118e US open de l’histoire n’a pas connu la même « réussite ». Pas un seul birdie à se mettre sous la dent mais cinq bogeys et un double (au 15) à dénombrer. Le Varois est 87e à +7, en compagnie de quelques illustres golfeurs (Bubba Watson et Phil Mickelson) et devant certains anciens numéros 1 mondiaux (Tiger Woods, +8, Jason Day, +9, Rory McIlroy, +10). Une véritable boucherie ! 


Par Lionel VELLA
15 juin 2018