Accueil / Actus / Pro / European Tour / WGC-Workday Championship : sans Tiger Woods mais avec Victor Perez

WGC-Workday Championship : sans Tiger Woods mais avec Victor Perez

Le Français, 30e joueur mondial, participe à son second WGC-Workday Championship (ex-WGC-Mexico Championship), relocalisé en Floride en raison de la pandémie. Opéré du dos, Tiger Woods, sept victoires entre 1999 et 2013, est le grand absent de la semaine.

Quatrième WGC en trois ans pour Victor Perez, le seul français engagé cette semaine en Floride Ross Kinnaird / Getty Images Europe - AFP
25-28
février
WGC-WORKDAY CHAMPIONSHIP AT THE CONCESSION
LIEU : The Concession Golf Club, États-Unis
CIRCUIT : European Tour

Le tournoi

En raison de la pandémie liée au Covid-19, le WGC-Mexico Championship, localisé à Mexico City et hôte depuis 2017, a déménagé en janvier dernier à Bradenton (Floride). Rebaptisé au préalable WGC-at The Concession, il est officiellement appelé WGC-Workday Championship at The Concession depuis le 16 février 2021. Créé en 1999, ce Championnat du monde a connu plusieurs sponsors titres : American Express Championship jusqu’en 2006, CA Championship de 2007 à 2010 puis Cadillac Championship entre 2011 et 2016. Habituellement organisé aux Etats-Unis (Capital City en 2003, Harding Park en 2005 et au Doral de 2007 à 2016), le tournoi s’est également disputé en Espagne, à Valderrama (1999 et 2000), en République d’Irlande, à Mount Juliet (2002 et 2004), et en Angleterre, en 2006 (The Grove). A noter que l’édition 2001, qui devait avoir lieu du 13 au 16 septembre au Bellerive Country Club (Missouri), avait été annulée en raison des attaques terroristes du 11 septembre. Ce premier WGC de l’année calendaire (sans cut) regroupe 72 joueurs, dont notamment le top 50 mondial (au 21 février 2021), le top 30 de la FedEx Cup 2020, le top 20 de la Race to Dubaï 2020 ou encore le top 10 de cette même Race 2021 (au 8 février 2021). 

La dotation

D’une dotation de 5 millions de dollars à sa création, celle-ci n’a cessé d’augmenter au fil du temps, passant à 6 millions en 2003, à 7 l’année suivante, à 8 en 2007, à 9 en 2014 puis à 10 en 2018. Depuis 2020, celle-ci est fixée à 10,5 millions de dollars (8 642 289 euros). Comme l’an passé, le vainqueur repartira avec un chèque de 1 820 000 dollars (1 497 923 euros). 

Le parcours

The Concession Golf Club, un par 72 de 7 474 yards (6 834 mètres), a été créé et imaginé par Jack Nicklaus avec l’aide de son ami, Tony Jacklin. Il a été baptisé ainsi en hommage à leur match épique à la Ryder Cup 1969 au Royal Birkdale (Angleterre) où l’Américain avait offert le match nul à l’Anglais pour un premier score de parité (16-16) dans l’histoire de cette compétition biennale opposant alors les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Ce tracé réputé pour ses greens étroits a reçu à deux reprises le NCAA Championship, en 2006 puis en 2015, décroché cette année-là par un certain Bryson DeChambeau

Tiger Woods, le recordman

L’ex-numéro 1 mondial a remporté sept fois le tournoi (1999, 2002, 03, 05, 06, 07, 13) contre trois pour son compatriote Dustin Johnson (2015, 17, 19) et deux pour le Sud-Africain Ernie Els (2004, 10). Woods détient également la victoire la plus large dans cette épreuve : 8 coups d’avance en 2006, devant l’Australien Adam Scott et l’Anglais Ian Poulter. Eligible cette semaine puisqu’il occupait encore la 48e place mondiale le 15 février dernier, le Tigre ne sera toutefois pas au départ. Opéré pour la cinquième fois du dos entre Noël et le jour de l’An, l’Américain aux 82 succès sur le PGA Tour (comme Sam Snead, co-recordman) ne sait toujours pas quand il pourra de nouveau reprendre la compétition. Interrogé ce dimanche en marge du Genesis Invitational (PGA Tour) dont il est l’ambassadeur via sa fondation, Woods espérait être de retour pour le Masters (8-11 avril). Mais c'était avant ce terrible accident de voiture survenu mardi matin à Los Angeles. Le plus grand golfeur de ces 25 dernières années a en effet été hospitalisé puis opéré suite à de multiples fractures ouvertes, notamment à la jambe droite. Une pose d'une tige métallique et de vis au tibia afin de consolider les os du pied et de la cheville ont ainsi été nécessaires. Sa vie n'est plus en danger mais l'idée de le revoir sur un parcours de golf en 2021 semble d'ores et déjà écartée. 

Victor Perez, seul français en lice

30e joueur mondial au classement du 21 février 2021, Victor Perez va prendre part à son quatrième Championnat du monde en trois ans. 4e au WGC-HSBC Champions 2019, il enchaîne avec une 53e place au WGC-Mexico Championship 2020 puis une 65e place au WGC-FedEx St. Jude Invitational. Sixième de la Race to Dubaï 2020, le Tarbais, âgé de 28 ans, a démarré 2021 avec une très belle 4e place au Saudi International après avoir manqué le cut à l’Omega Dubaï Desert Classic une semaine plus tôt. Pour lancer son année, il avait terminé 46e à Abu Dhabi quinze jours auparavant. 

Un champ d’exception

Ils sont venus, ils sont tous là. Ou presque. Du top 50 mondial arrêté au 21 février 2021, seuls l'Anglais Paul Casey (n°18) et Tiger Woods (n°50) font l’impasse. Eligible puisque faisant partie du top 10 de la Race to Dubaï 2021 au 8 février 2021, le Sud-Africain Brandon Stone n’est pas là non plus. Victorieux ce dimanche à Los Angeles du Genesis Invitational, l’Américain Max Homa, 91e mondial il y a une semaine, grimpe à la 38e place et va donc pouvoir participer à la fête. Joueur du Korn Ferry Tour, la 2e division US, mais titulaire d’un droit de jeu temporaire sur le PGA Tour, Will Zalatoris (48e mondial), jouera son premier WGC. Le plateau, on l’a compris, est impressionnant. Incontestable n°1 mondial, Dustin Johnson va tenter de remporter une septième victoire en Championnat du monde, la première depuis 2019 (à Mexico). Rory McIlroy, lui, va pour sa part essayer de boucler son Grand Chelem en WGC. Chose que Dustin Johnson a réalisé en 2017 en gagnant au WGC-Match Play

Le tenant du titre

Membre à vie du Tour européen, 3e de la Race to Dubaï 2020, Patrick Reed remet son titre en jeu entre jeudi et dimanche en Floride. L’Américain l’avait emporté il y a un an au Mexique avec un score final de -18 (266), soit une longueur devant Bryson DeChambeau. L’Espagnol Jon Rahm et l’étonnant sud-africain Erik Van Rooyen finissant à trois coups du vainqueur du Masters 2018. Onzième mondial, le Texan, 66e au Saudi International début février sur le Tour européen, reste sur un succès sur le PGA Tour, au Farmers Insurance Open, à Torrey Pines (Californie), lieu mythique qui recevra en juin prochain l’US Open. Victorieux du WGC-Cadillac Championship 2014, Reed va également chercher à marcher dans les pas de Tiger Woods, seul golfeur à avoir conservé son titre (à deux reprises) dans ce Championnat du monde. 


Par Lionel VELLA
23 février 2021