Accueil / Actus / Pro / Interview Hors Limite / L'Interview Hors-Limites : Julien Brun

L'Interview Hors-Limites : Julien Brun

Entretien avec le pensionnaire du Challenge Tour Julien Brun, calme et imperturbable dans le golf comme dans la vie.

Julien Brun
Julien Brun sait manier le putter avec dextérité et pas que sur le green... Alexis Orloff / ffgolf

Trou n°1 :  es-tu un fan de la série Game of Thrones ?

Je viens de m’y mettre il n’y a pas longtemps, je suis un peu en retard je ne suis qu’à la cinquième saison. J’avais plus grand-chose a regarder et tout le monde en parlait, donc on s’y est mis avec ma copine et on a pas mal accroché pour le moment.

Trou n°2 : quelle est la passion qui te prend le plus de temps après le golf ?

Je n’ai pas une passion en particulier, mais tout ce qui est lié au sport peut me prendre beaucoup de temps. J’adore jouer au tennis et au paddle tennis. Lorsque je ne joue pas au golf, je pratique ou regarde souvent un autre sport en définitive.

Tu suis de près un autre sport ?

Je suis passionné de hockey sur glace. J’ai commencé à regarder aux États-Unis, et ma copine qui est slovaque m’a emmené voir pas mal de matchs. C’est le sport national là-bas donc elle suit beaucoup. Nous avons vu des matchs de NHL à Dallas et quand je vais chez elle en Slovaquie on y va aussi.

Tu as déjà joué ?

Malheureusement je ne sais pas patiner donc c’est compliqué. J’ai essayé cet hiver mais ça n’était pas vraiment prometteur…

Trous n°3 : est-ce que tu suis Roland Garros ? Quels sont tes pronostics pour cette année ?

Je suis pas mal les tournois du Grand Chelem en général, c’est ce qui m’intéresse le plus. Je n’ai encore jamais eu la chance d’aller à Roland Garros, mais je suis cela de loin.

Je ne m’y connais pas assez pour donner des pronostics, mais ça ne m’empêche pas de regarder. J’ai suivi le match de Benoit Paire et Herbert mercredi, je me suis régalé ! Après, je pense que Nadal et Djokovic seront dans le dernier carré, mais ce n’est pas très original…

Trou n°4 : si tu devais emmener deux personnes avec toi sur une île déserte pour une durée indéterminée, ce serait qui ?

Deux c’est compliqué… J’emmènerais ma copine c’est certain. On passe déjà pas mal de temps ensemble, on s’entend bien donc c’est mieux ! Mais la deuxième, je ne sais pas, je n’ai pas vraiment d’avis.

Trou n°5 : le plus beau compliment qu’on puisse te faire ?

Je pense être quelqu’un qui aime bien donner, partager, que ce soit matériel ou même au niveau de mon expérience, apporter une aide quelconque. Donc si on dit de moi que je suis généreux, ça me fait plaisir.

Et la pire critique ?

Je n’aime pas qu’on me dise que je suis nonchalant. C’est une critique que j’ai déjà pu entendre, mais je ne pense pas l’être, je suis simplement calme, posé, et parfois cela peut être perçu comme de la nonchalance, et ça m’ennuie.

Trou n°6 : qu’est-ce que tu changerais dans ta jeune carrière si on te donnait l’opportunité de recommencer quelque chose ?

Je n’ai pas vraiment de regret sur l’ensemble de mes choix. J’essaye d’être satisfait de ce que j’ai fait, je suis content d’être allé aux États-Unis, j’y ai passé de superbes années, c’était une expérience enrichissante à tous les niveaux.

La seule chose c’est que j’aurais éventuellement pu passer pro un an plus tôt, à une époque où j’étais dans une bonne dynamique, où je marchais bien. Mais à ce moment-là il me restait 6 mois pour valider mon diplôme et cela me tenait vraiment à cœur. C’était quand même un choix réfléchi, mais c’est vrai que si on ne pense qu’à ma carrière de golfeur j’aurais peut-être dû passer pro plus tôt.

Je suis plutôt quelqu'un de calme. Même sur un terrain de golf, je reste tranquille.

Trou n°7 : qu’est ce qui t’a donné envie de devenir pro de golf en particulier ? tu te souviens du moment où tu as dû prendre cette décision ?

J’ai toujours été très sportif et très compétiteur. J’ai fait beaucoup de basket, puis du tennis, de la natation. J’ai commencé le golf avec mon père et quand je suis rentré en Pôle mon projet s’est assez vite dessiné. Il y avait une bonne émulation, on avait tous cette envie de devenir pro.

A cette époque je suivais les tournois avec mon père. Dans les années 2004/2005 j’étais à fond derrière Tiger Woods qui déchirait tout, et c’est vrai que je devais me projeter. Et je jouais beaucoup de Grand Prix et de Championnats car j’adorais déjà la compétition. C’est tout un contexte qui m’a naturellement poussé vers ce choix assez jeune.

Trou n°8 : quel est le coup de golf qui te fait le plus peur ?

Ce qui m’a toujours posé le plus de problème c’est le driving. Je me force quand même à toujours sortir le driver pour m’améliorer. Mais je manque encore de constance pour pouvoir exploiter au mieux le reste de mon jeu. Donc je continue à travailler ce point.

Trou n°9 : est-ce que tu te souviens de la dernière fois où tu t’es vraiment énervé ?

Je n’ai pas de souvenir précis, je m’énerve assez peu. Sans être nonchalant je suis plutôt quelqu’un de calme. Même sur un terrain de golf, je reste tranquille, j’ai découvert rapidement que c’était mieux comme état d’esprit.

Quand j’avais 12-13 ans j’ai cassé deux clubs en m’énervant. J’ai mis un gros coup de club dans mon sac après avoir mis une balle dans l’eau et au tee suivant j’ai sorti, mon driver cassé, puis mon Bois 3 également cassé. Je pense que ça m’a bien servi de leçon…  Je me souviens que mon père m’avait dit « tu vas te les racheter tout seul ». Depuis je prends bien soin de mes clubs, plus de bêtises !

Trou n°10 : ton dernier achat déraisonnable ?

Je ne suis pas du tout un amateur de shopping, c’est plutôt catastrophique même. En règle générale j’essaye d’investir l’argent là où c’est utile. Et puis je ne peux pas me permettre n’importe quoi non plus, je ne suis pas vraiment flambeur. Ce n’est pas dans ma nature.

Trou n°11 : est-ce que tu te souviens de ton dernier concert ?

C’était il y au moins 5 ans, on avait pris des billets avec ma sœur pour aller voir Lily Wood & The Prick et Yodelice à Nice. C’était une super soirée.

Si tu pouvais ressusciter un artiste à quel concert aimerais-tu aller ?

J’aime bien les classiques, donc je choisirais les Beatles.

Trou n°12 : tu dirais que tu es plutôt un joueur de l’aller ou du retour ?

En vrai ça dépend des parcours… Mais la constante c’est que je suis plus un joueur du retour. Je mets souvent un peu plus de temps à démarrer, et une fois que la machine est lancée je joue mieux.

Trou n°13 : est-ce que tu as voté aux dernières élections européennes ? 

Ce n’est pas bien, mais non. J’essaye de suivre la politique, mais c’est vrai que c’est parfois compliqué de s’y intéresser vraiment.

Es-tu sensible aux préoccupations écologiques ?

Évidemment, il y a des questions auxquelles nous sommes plus sensibles, l’écologie c’est une préoccupation de notre génération. J’essaye à mon échelle de faire des efforts, mais on peut toujours faire mieux. Je ne suis pas non plus un exemple. Je trie mes déchets, comme beaucoup, je n’utilise plus de pailles en plastique… Ce sont des petits gestes mais il faudrait en faire plus c’est certain.

L'Amen Corner

Trou n°14 : ta chanson préférée ? Je ne connais même pas les titres des chansons que j’aime écouter ! Je ne suis pas très calé dans ce domaine.

Trou n°15 : ton sportif préféré ? Rafael Nadal

Trou n°16 : ton plat préféré ? J’aime de plus en plus de choses donc le choix est difficile. Mais je vais privilégier le foie gras de ma mère qui est excellent, je ne m’en lasse pas !

Trou n°17 : ta destination de vacances préférée ? Récemment j’ai découvert l’Île Maurice et c’était vraiment super.

Trou n°18 : ton coup de golf préféré ? Le putt. C’est le plus satisfaisant pour moi, la ligne parfaite, la bonne vitesse, la balle qui disparaît et le petit bruit de la balle qui tombe dans le trou !

À toi de jouer maintenant, de quel joueur ou joueuse souhaites-tu tester les limites pour L’Interview Hors-Limites du mois de juin ?

Paul Barjon avec qui j’étais en fac aux États-Unis, Ugo Coussaud et Alexandre Daydou.


Par Prune JUNGUENET
31 mai 2019