Accueil / Actus / Pro / LET Access Series / Terre Blanche Ladies Open, l’incontournable

Terre Blanche Ladies Open, l’incontournable

Décalé de fin mars à début octobre en raison de la pandémie, le Terre Blanche Ladies Open demeure l’une des dates les plus importantes de la saison sur le LETAS, la deuxième division européenne féminine. Explications.

Qui succèdera à l'Autrichienne Sarah Schrober, victorieuse en... 2019 ? LETAS
07-09
octobre
TERRE BLANCHE LADIES OPEN
LIEU : Golf de Terre Blanche, France
CIRCUIT : LET Access Series

Absent du calendrier 2020 en raison de la pandémie liée au Covid, le Terre Blanche Ladies Open (40 000 euros de dotation), qui a l’habitude d’ouvrir au tournant des mois de mars et avril la saison du LETAS, la deuxième division européenne, s’élance exceptionnellement à partir de jeudi (7-9 octobre) pour sa cinquième édition. Plus d’une vingtaine de nationalités sont présentes cette semaine, dont les douze meilleures joueuses actuellement à l’ordre du mérite. 

Le contingent tricolore arrive aussi en force avec vingt-et-une joueuses recensées (dont sept amateurs). Plusieurs d’entre elles étaient en Espagne il y a quelques jours sur le Ladies European Tour (LET) pour l’Estrella Damm Ladies Open remporté par la Suédoise Maja Stark. C’est le cas d’Anaïs Meyssonnier, 24 ans, qui a la particularité de n’avoir manqué aucune édition du Terre Blanche Ladies Open depuis la première en 2016. Elle était encore amateur et avait pris la 19e place.

Mise en jeu cruciale

« Je connais très bien les lieux, confirme-t-elle. Et notamment son parcours, le Riou (par 72 de 6 005 mètres). On s’entraînait dessus avec le Pôle France. C’est un tracé qui n’est pas très long mais où il ne faut surtout pas manquer ses mises en jeu. Si on s’égare, ça devient beaucoup plus difficile. Ici, en restant sur les fairways, les occasions de birdies seront plus nombreuses. » 

L’Arlésienne reste sur une superbe troisième place acquise le 18 septembre dernier au Lacoste Ladies Open de France, l’une des étapes les plus importantes du LET. Une vraie bouffée d’oxygène pour celle qui se bat pour finir dans le top 60 de ce même LET et ainsi obtenir un droit de jeu dans l’élite pour 2022.

Un tremplin idéal pour jeunes joueuses en devenir 

« Je garde les pieds sur terre mais ça rajoute aussi un peu de confiance, souligne-t-elle, lucide. J’avais envie de passer en fin d’année les cartes du LPGA mais ça demande beaucoup de frais. Avec le LET qui se restructure de plus en plus, je suis en train de voir pour ne pas rester une année de plus et viser les cartes en fin d’année 2022, quand les finances me le permettront. Car rester encore sur le LETAS, ça m’énerverait un petit peu. J’en ai un peu marre. Et puis je remarque que je joue mieux sur un tournoi du LET que sur le LETAS. La motivation n’est pas la même. A moi maintenant de réussir à finir dans le top 60. » 

Le Terre Blanche Ladies Open a toujours eu pour vocation d’offrir un maximum de chances aux jeunes joueuses en devenir. En leur mettant notamment à disposition un outil de travail sublime niché dans l’arrière-pays varois. C’est toute la philosophie de ce tournoi reconnu comme étant l’une des étapes les plus importantes de la saison sur le LETAS.

La semaine la plus importante de l'année 

« On a un savoir-faire qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années, explique Jean-Marie Casella, le Directeur du Golf de Terre Blanche depuis 2009. On organise tout de a à z, sans le moindre promoteur. On essaie d’accueillir les filles dans des conditions idéales, comme si elles jouaient un tournoi du LET (transferts aéroports, invitations à déjeuner, conditions de tarifs ultra préférentiels pour certaines joueuses au sein du Resort, accès au SPA, etc). Pour nous, cette semaine est très importante. Sûrement la plus importante en termes d’événementiel sportif. » 

Etape incontournable du LETAS depuis six ans maintenant, il n’est d’ailleurs pas impossible dans un futur proche que le Terre Blanche Hôtel Spa Resort franchisse un palier supplémentaire et n’apparaisse bientôt dans le calendrier du Ladies European Tour, en plein essor grâce à sa joint-venture avec le LPGA Tour.

Bientôt sur le LET ? 

« On y pense, lâche Jean-Marie Casella en guise de conclusion. Cela nécessite à la fois de trouver des partenaires et plus de temps pour l’organisation de l’épreuve. Cela dépendra des opportunités de partenariats pour un événement qui se veut très qualitatif. On nous dit souvent que le Terre Blanche Ladies Open est au-dessus de certains tournois du LET au niveau réceptif, accueil, qualité d’organisation… Je le répète, on a le savoir-faire. Rien ne changerait dans notre organisation. Ce serait en quelque sorte un copier-coller mais avec une plus grosse dotation. Les interlocuteurs changeraient, ça serait aussi un peu différent en termes d’organisation, notamment pour le parcours. Pour le moment, la réussite du tournoi nous satisfait mais on sait que demain on peut faire l’équivalent sans difficulté avec un peu plus de moyens. Ce n’est pas encore un objectif car au niveau du LETAS, on est très satisfait, on accueille des jeunes joueuses qui ont encore leur carrière à faire, on est plus dans cet optique-là. On est aussi très attaché à offrir aux jeunes joueuses françaises l’occasion de jouer cet événement. Dès qu’on passe sur le LET, c’est moins évident en termes d’accessibilité. Après, on ne cherche pas à rivaliser avec l’Evian Resort par exemple qui a 15 millions d’euros de budget. On n’est pas dans la même formule… »


Par Lionel VELLA
5 octobre 2021